Tout le système en une image et quelques lignes, comment il s’auto-détruit.

Voici l’image qui symbolise la situation du système mondial: c’est la décapitalisation à laquelle procède la firme la plus avancée dans le monde depuis 2012. Apple c’est le phare.

Faute d’occasions rentables, profitables pour investir, ce leader global fait ce qu’il doit faire, il retourne l’argent a ses actionnaires.

Il rachète son propre capital, il se décapitalise.

Apple ne fait rien de mal, elle tire les conclusions logiques, optimum de la situation dans le cadre du système.

Son management est là pour maximiser le profit, la fortune des actionnaires et le cours de bourse. Apple fait exactement ce que tout firme doit faire.

J’ai appelé cela une grève du capital pour lui donner une symétrie en regard des autres grèves qui ne sont plus possibles faute d’un rapport de forces favorable: les greves des salariés.

Etant excedentaire, la force de travail, elle, ne peut faire grève; le capital excédentaire, lui, peut faire greve car les banques centrales lui fonnent les moyens de le faire grace aux dettes qui ne coutent riene et qui permettent de racheter le capital et d’ériger le fameux Mur de l’argent. Les banques centrales subventionnent la grève du capital! Les gouvernements aussi en autorisant la déductibilité des agios des bénéfices et en détaxant.

La decapitalisation est le phenomène de notre époque. c’est un phenomène politique, c’est une lutte de classe biaisée, encouragée par la classe politique crony et celle des élites financières.

La profitabilité du capital n’est plus assez attrayante, les occasions d’investir se rarefient , la logique oblige à en tirer les conclusions donc à retirer du capiatl et à le mettre au parking, ne plus le faire travailler.

Apple et ses semblables n’investissent plus en proportion de leurs profits, elles ne recherchent que la rentification, c’est à dire la possibilité monopolistique de prendre, de s’attribuer le profit des autres.

Cela de nombreuses cosnequences:

-le capital capable de supportter les risques des affaires se réduit, le système se fragilise

-la masse de dettes dans le système augmente, donc l’instabilité s’installe ainsi que la fragilité

-le consensus social s’effritte, les clivages se creusent , la legitimité du gouvernement, des firmes et du système s’erode .

-le besoin de soutenir la valeur des dettes en cas de revers economque ou choc ou de pendémie s’accroit fortement , on est obligé de socialiser le risque; ce qui est inique.

-les riches deviennent plus riches, les pauvres chôment ou voient leurs salaires sous pression.

En résumé le système s’auto-détruit.

Ci dessous, nombre d’actions Apple en circulation.

Une réflexion sur “Tout le système en une image et quelques lignes, comment il s’auto-détruit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s