Editorial: Quand j’ai les cheveux qui se dressent sur la tête…

Il n’est pas dans mes habitudes d’écrire sur les questions climatiques. La raison en est que c’est un domaine qui est tout à fait hors de mes compétences. Bien entendu, cela ne m’interdit pas d’écrire sur l’idéologie du climat et l’utilisation que les élites, les institutions internationales, les gouvernements, les grandes firmes mondialisées, font de l’idéologie elle-même. On peut se préoccuper du climat sans croire à l’idéologie climatique; on peut se préoccuper du sort des femmes dans le monde, sans reconnaître la validité de l’idéologie féministe, etc. Vous m’avez compris.

Je vous livre ci-dessous une traduction libre, arrangée, des derniers textes publiés par les institutions internationales cette semaine. Vous les lirez avec attention car je considère que les choses sont sérieuses.

Ces textes m’inspirent des remarques que je voudrais vous faire partager car ce sont des remarques fortes:

  • la croissance mondiale ne cesse de ralentir et elle va, selon tous les modèles, continuer de ralentir. Les prévisions ne trompent pas. Qu’est-ce que cela veut dire? Cela veut dire que l’on va produire moins de richesses
  • la période de transition va nous obliger à mettre au rebus et à déclarer obsolète une fraction considérable de notre appareil de production de richesses. Cela signifie que des choses qui étaient amorties sur longue durée vont devoir être passées en coûts, c’est à dire en perte. C’est un appauvrissement considérable
  • dans le même moment, il va falloir remplacer les installations, les équipements anciens par des équipements neufs qui vont coûter extrêmement cher et nécessiter des investissements financiers considérables.

Si vous mettez tout ceci bout à bout, la simple logique vous conduit à penser que la production de richesses va ralentir, qu’il va y avoir une grosse destruction de richesses anciennes et qu’en même temps, il va falloir mettre de côté et réserver des richesses considérables pour investir dans la constitution d’un appareil de production moins destructeur de la planète.

Mettez tout cela à la sauce que vous voulez, tripatouillez le tout, vous n’échapperez pas à la conclusion qui s’impose, les vraies richesses disponibles au cours des années et des décennies à venir vont être considérablement réduites. La lutte sur le partage du revenu mondial va s’exacerber; la lutte pour le partage des revenus domestiques dans chaque pays va elle aussi devenir féroce.

L’histoire et la logique, une fois de plus, ne trompent pas. Quand il y a raréfaction des richesses, quand il y a lutte pour se les attribuer et se les affecter, alors c’est l’inflation qui décolle. Le sens profond, c’est à dire des tensions sur les prix, c’est toujours, non pas comme le dit Friedman, d’origine monétaire, mais toujours d’origine sociale. Chacun veut augmenter sa part, chacun veut augmenter ses revenus, c’est la lutte à mort, c’est ce que j’appelle souvent l’échelle de perroquet.

Tous les gouvernements sont faibles, sauf le chinois. Ils n’ont aucune légitimité, comme le montre, d’un côté l’essor du populisme et, de l’autre, le spectacle lamentable de la destruction de la démocratie américaine. Faute d’autorité et de consensus, l’avenir est tout tracé. La transition climatique, si elle a lieu, sera financée par les banques centrales, par l’ingéniérie financière, par l’inflaiton des signes monétaires.

La destruction du passé va se faire par le biais de l’inflation d’une part et par l’effondrement des valeurs boursières fictives d’autre part. J’arrête là car j’ai suffisamment gâché votre journée.

Surtout, lisez la suite…

Dans un rapport publié cette semaine, les Nations Unies prévoient qu’à moins d’arrêter le réchauffement climatique, la planète se transformera en «enfer inhabitable» pour des millions de personnes.

Le rapport de l’ONU l’a mis en évidence : les dirigeants politiques et les chefs d’entreprise sont «volontairement négligents».

Les catastrophes naturelles ont presque doublé ce siècle. Entre 2000 et 2019, il y a eu 7 348 catastrophes majeures enregistrées, faisant 1,23 million de morts, affectant 4,2 milliards de personnes (dont beaucoup à plusieurs reprises), entraînant environ 2,97 trillions de dollars de pertes économiques mondiales.

Il s’agit d’une très forte augmentation par rapport aux vingt dernières années.

Entre 1980 et 1999, 4 212 catastrophes ont été liées à des risques naturels dans le monde, faisant environ 1,19 million de vies et affectant 3,25 milliards de personnes, entraînant environ 1,63 trillion de dollars de pertes économiques.

Une grande partie de la différence s’explique par une augmentation des catastrophes liées au climat, y compris des événements météorologiques extrêmes: de 3 656 événements liés au climat (1980-1999) on est passé à 6 681 catastrophes liées au climat sur la période 2000-2019.

Au cours des vingt dernières années, le nombre d’inondations majeures a plus que doublé, passant de 1 389 à 3 254, tandis que l’incidence des tempêtes est passée de 1 457 à 2 034.

Les inondations et les tempêtes ont été les événements les plus courants.

Le rapport «Le coût humain des catastrophes 2000-2019» enregistre également des augmentations importantes dans d’autres catégories, notamment la sécheresse, les incendies de forêt et les événements de températures extrêmes.

Il y a également eu une augmentation des événements géophysiques, notamment des tremblements de terre et des tsunamis, qui ont tué plus de personnes que n’importe lequel des autres risques naturels examinés dans ce rapport.

Faisant écho au rapport du FMI, l’ONU a déclaré: «Actuellement, le monde est sur la bonne voie pour une augmentation de la température de 3,2 degrés Celsius ou plus, à moins que les pays industrialisés ne parviennent à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d’au moins 7,2% par an au cours des 10 prochaines années. afin d’atteindre l’objectif de 1,5 degré convenu à Paris ».

Cependant, le FMI admet que, malgré les avantages à long terme et une stimulation initiale de l’activité économique, ses politiques imposent des coûts tout au long de la transition.

Entre 2037 et 2050, la stratégie de transition maintiendrait le PIB mondial en baisse d’environ 0,7% en moyenne chaque année et de 1,1% en 2050 par rapport aux politiques inchangées.

Mais selon le FMI, «ces coûts semblent gérables, cependant, étant donné que la production mondiale devrait augmenter de 120 pour cent d’ici 2050.

Le ralentissement de la production pourrait être encore réduit si les politiques climatiques encouragent le développement technologique dans les technologies propres, grâce à des subventions à la R&D. , par exemple.

En outre, le paquet serait neutre pour la production pendant cette période si des avantages importants sous la forme de meilleurs résultats pour la santé (en raison de la réduction de la pollution) ou de moins de congestion routière sont pris en compte. »

Le FMI reconnaît également que «les ménages à faible revenu sont plus susceptibles d’être touchés par la tarification du carbone, car ils consacrent une part relativement importante de leurs revenus à l’énergie et sont plus susceptibles d’être employés dans la fabrication et le transport à forte intensité de carbone».

11 réflexions sur “Editorial: Quand j’ai les cheveux qui se dressent sur la tête…

  1. Bonjour Mr bertez, je pense qu’ils forceront la vélocité de la monnaie en injectant sur les comptes des particuliers une monnaie fondante ( revenu universel + taxation de l’épargne)… en ayant au préalable éliminer les entreprises « non ecolo, inapte green new deal » , supprimer les espèces et soumis le peuple par la psychose ambiante covidienne . Une fois ceci acté, comment allouer intelligemment son épargne lorsque que l’on passe du « libéralisme » au capitalisme autoritaire ? (Ce même scénario que j’appuie depuis 3 ans et qui semble prendre forme jour après jour)

    J'aime

  2. Je vous propose de regarder un documentaire, très américain mais bien fait ( mon métier, mon « expertise », me permet de le dire). « Kiss the ground- l’agriculture régénératrice sur Netflix.
    Il montre que la responsabilité, mais aussi la SOLUTION se trouve massivement au niveau agricole.
    L’abandon du pétrole et du nucléaire, les énergies les moins chers et aux rendements sans équivalent est par contre une catastrophe car il produira ce que vous décrivez fort justement.

    J'aime

  3. Je ne crois pas un seul instant au réchauffement climatique du à l’homme. Le climat a toujours varié sur terre et nous n’avons pas accès personnellement aux documents des époques antérieurs sauf à être chercheurs.

    On peut donc tout nous faire croire, tout peut être religion

    Invoquons donc le Soleil, l’humain le sert depuis le fond des âges sous ses multiples noms.

    C’est un peu comme la pandémie qui fait 99.876% de survivants,. Il convient d’imaginer combien de messes le moyen âge aurait donné pour avoir des épidémies de 99.876% de survivants.

    La Covid a remplacé la Greta, et les banquiers centraux et leurs amis se vautrent comme jamais dans la fange monétaire tout est bon, aussi bon que le fut le bug de l’an 2000 que mon vieil ordi en jaune et blanc de l’époque passa sans même le voir.

    L’idéologie derrière tout ça me fait penser à un réveil du malthusianisme.

    Dire que ce sont ces mêmes gens qui prônent l’installation de moulins à vent antique version progressiste Eolienne, qui taxent le carbone non pas pour sauver la planète mais pour réserver l’énergie aux riches.

    Ils prétendent aussi qu’un jour l’homme a marché sur la Lune….

    On en mesure le canular entre la vision de la presse les Paris Match des années 60 et celle d’aujourd’hui.

    Il y a plus de 50 ans grâce à l’énergie et la technologie ils nous promettaient un futur meilleur, aujourd’hui ils nous proposent comme futur un enfer….

    Pouvez m’appelez L’USS Enterprise NCC-1701, que je change de planète ?

    Merci

    Aimé par 1 personne

    1. vous avez raison, le changement climatique est une arnaque, le fait que le FMI et l’ONU le soutiennent, ne fait que confirmer cela. Depuis quand ces institutions se préoccupent de la verité ou des peuples?

      J'aime

  4. Entièrement d’accord sur les effets du réchauffement climatique (accroissement des tempêtes, inondations …en amplitude et fréquence)
    Mais permettez-moi d’être dubitatif sur certains points :
     » augmentation des événements géophysiques, notamment des tremblements de terre et des tsunamis »
    qui ne semblent pas pouvoir être influencés par la teneur en CO2 ou autres gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Que les glaciers et calottes polaires fondent, c’est une évidence. Que le gulf-stream puisse s’inverser c’est un risque majeur (pour le continent européen).
    La température à la surface du globe est aussi régie par l’activité à la surface du soleil et là, ma consommation de gazole semble difficile à incriminer !

    J'aime

  5. « Dans un rapport publié cette semaine, les Nations Unies prévoient qu’à moins d’arrêter le réchauffement climatique, la planète se transformera en «enfer inhabitable» pour des millions de personnes »
    Est-ce seulement vrai ou prépare-t-on ainsi les gens du Nord à une invasion de ceux du Sud, invasion rendue soudainement légitime par ces histoires (ces fables?) climatiques?

    Pardonnez mon cynisme mais pour un habitant du Sahel quelle différence peut faire un été à 45° de moyenne (auquel il est habitué et adapté depuis des lustres) et un autre à 47 ou 50 (produit de ce réchauffement climatique)? Ces 3 ou 5 degrés justifieraient une nouvelle vague d’invasion migratoire?
    J’y vois plutôt du « storytelling » à la Soros.

    Aimé par 1 personne

    1. La fumisterie de cette arnaque du réchauffement va commencer à réveiller les gens. J’espère que les mensonges seront confondus de mon vivant.
      Les mouvements de population sont provoqués par ceux qui veulent voler les richesses des autochtones, c’est tout ! ces diables font bcp de mal, et j’espère plus pour longtemps :
      – Le projet de l’ONU pour protéger 30 % de la planète d’ici 2030 pourrait déplacer des centaines de millions de personnes, avertissent des ONG et des experts
      https://www.survivalinternational.fr/actu/12457
      – des atrocités conduisent les États-Unis à suspendre le financement du WWF
      https://www.survivalinternational.fr/actu/12477

      L’Europe et ses nations ne sera pas consentante à se laisser coloniser, alors tuons là …

      J'aime

  6. Bonjour,

    J’aimerai paraphraser le film Apollo 13 : « Houston, on a un problème!!! ». On a un problème entre ce que dit l’ONU et l’observation des faits : https://www.climato-realistes.fr/a-propos-du-rapport-de-lonu-sur-les-catastrophes-naturelles/

    Le sud-est de la France a été touché il y a une quinzaine de jours par un évènement climatique dramatique. Nous en avons tous vu les images impressionnantes. Les chiffres avancés font état de la chute de 500 mm d’eau sur les bassins de la Vésubie, de la Tinée et de la Roya. C’est très exceptionnellement vu sous nos latitudes. Pour autant, l’Histoire, relativement récente (80 ans) montre que ce type d’évènement est déjà arrivé et arrivera encore avec, très probablement, des dégâts humains et matériels encore plus importants puisque la pression « urbaine » existe un peu partout. Il y a exactement 80 ans a eu lieu un épisode pluvieux dantesque dans les Pyrénées orientales. Il porte le nom d’Aiguat. Si le chiffre officiellement retenu est de 840 mm d’eau (un record à ce jour en Europe, un instituteur, Guillaume Julia, de Saint-Laurent-de-Cerdans, relève 1 930 mm sur les cinq jours, dont 1 000 mm pour le seul 17 octobre!!! Le débit du Tech, la rivière qui arrose Perpignan et qui descend de Font-Romeu, aurait atteint 6000m3 soit le débit de l’Amazone (https://fr.wikipedia.org/wiki/Aiguat_de_1940) et la petite ville de Vernet-les-Bains, au pied du Canigou, prospère petite cité de villégiature, sorte de Saint Tropez d’avant l’heure, verra quatre de ces cinq hôtels de luxe disparaitre dans les flots. Le bilan humain, côté français, reste relativement modeste, une cinquantaine de morts, mais si vous avez l’occasion de descendre en voiture de la Cerdagne vers Perpignan, essayez d’imaginer ce que produirait pareille catastrophe de nos jours vu l’évolution de la pression urbaine sous le coup de l’héliotropisme!!!
    Vous démontrez amplement que la sphère financière pose problème par vos écrits. J’ai bien peur qu’il en soit de même pour la vison du futur qu’à l’ONU. Pourquoi ? Pour qui ?

    Bonne fin de journée

    Aimé par 1 personne

  7. La transition énergétique est une chimère.

    Hormis, le nucléaire, mais la technologie est inaccessible au public!!, le pétrole est la matière qui concentre le plus d’énergie par unité de volume (la densité d’énergie la plus élevée). Donc moins de pétrole brûlé, c’est moins d’énergie produite, moins de produits fabriqués et in fine, moins de croissance…

    Pour rappel, un litre de pétrole fournit une énergie de 10kWh tandis qu’un esclave ne peut guère fournir plus de 4,5kWh par jour. Un litre de pétrole fournit donc l’équivalent en travail de 2 esclaves sur une journée.

    Réduire, l’empreinte carbone entraine mécaniquement, une diminution de niveau de vie.
    Serait-vous prêt à trimer toute une journée pour permettre à quelques privilégiés de regarder la télévision ou de voyager ???

    Détail des calculs sur le site de Jean-Marc Jancovici
    https://jancovici.com/transition-energetique/l-energie-et-nous/combien-suis-je-un-esclavagiste/

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s