Les taux négatifs seront une nécessité

Rédigé par 

Bruno Bertez 

21 octobre 2020

Le rendement prévisionnel des actifs à long terme est déjà négatif… et cela va aller en s’aggravant : le capital est désormais biodégradable.

Commentaire de l’excellent Albert Edwards, économiste et stratégiste mondial, qui nous fait un rappel sur Twitter :

« Juste avant la Grande crise financière de 2008, j’ai osé suggérer, un peu fou, que les rendements obligataires à 10 ans devraient aller jusqu’au zéro.

Les bons du Trésor ont raté ma cible dans cette récession, mais la japonification à grande échelle nous attend bientôt.

Qui aurait pu imaginer qu’en 2006, lorsque j’ai publié [ces remarques], nous serions dans le désordre total que nous connaissons maintenant ? »

Ce que j’en pense personnellement

D’abord, il faut savoir que le rendement prévisionnel des actifs à long terme comme les actions est déjà passé négatif. Il en est de même pour le rendement prévisionnel d’un portefeuille classique 60/40 actions/obligations.

Que signifie un rendement négatif ? Cela signifie que vous ne capitalisez plus. Votre capital, au lieu de s’accumuler, se dévalorise et voit sa valeur se contracter.

Ceci illustre le problème que je ne cesse d’évoquer : la suraccumulation du capital. Il y a trop de capital pour une masse de profits insuffisants.

Les mécanismes spontanés de dévalorisation du capital sont en marche, le capital va au fil des années se détruire et même s’auto-détruire. Il devient biodégradable : cela signifie que sa valeur se contracte, elle s’ajuste à la contraction de la masse de profits. Les mesures des banques centrales et des gouvernements sont, sous cet aspect, contre-productives car elles s’opposent à la bio-degradation.

On ne peut plus rentabiliser le capital, il faut l’euthanasier… et pour cela, il y a les méthodes douces comme les taux négatifs, ou les méthodes dures comme la chute des prix en valeur boursière.

Bien entendu, je décris une tendance, une tendance inéluctable, nécessaire, mais qui ne se manifestera que sur la durée et de façon chaotique compte tenu de la spéculation qui règne sur les marchés d’actifs financiers.

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE J’accepte de recevoir une sélection exclusive d’offres de la part de partenaires de La Chronique Agora

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora. Voir notre Politique de confidentialité.

2 réflexions sur “Les taux négatifs seront une nécessité

  1. Les taux négatifs c’est ce qui sert surtout a éviter un crash obligataire.cette technique va etre utilisée de plus en plus souvent,surtout vu la vitesse d’augmentation de la dette générale.A moins que l’économie réelle ne soit tuée trop rapidement…

    J'aime

  2. En vertu du fameux TINA, les taux négatifs ne devraient-ils pas propulser les actions vers des sommets ?
    Si c’est le cas, ces portefeuilles seront largement gagnants avec les plus values réalisées sur les obligations et actions.
    Personnellement je m’abstient car tout le monde ne pourra pas sortir en cas de pépin, et que ça n’a aucun sens, c’est de la spéculation.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s