Au moins 1 million de jeunes en situation d’inactivité absolue.

Note BB:

A la lecture de cet article de Jean Pierre Robin: comment se fait il que cela passe, pourquoi ne font ils pas la révolution? Le grand mystère, pour moi, c’est celui de la soumission et de la jouissance dans la soumission. Quel ressort de vie, de révolte, la post-modernité a -telle réussi à casser? La post modernité a réussi a tuer les élans de vie ou plutot les a réservé a une ultra minorité.

Dieu , qu’il est dérisoire que la révolte soit incarnée par les blackblocs!

CHRONIQUE – Les 16-25 ans sont-ils les victimes expiatoires du confinement?

Par Jean-Pierre Robin

Publié le 29/11/2020 à 22:21, mis à jour le 29/11/2020 à 22:21

Bien avant la crise sanitaire, quelque 963 000 jeunes de 16 à 25 ans étaient en situation d’inactivité absolue, sans emploi ni enseignement, ni formation .

Si La Peste de Camus a été le succès littéraire du premier confinement, Aden d’Arabie de Nizan a des chances d’être le best-seller du second. «J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie.» 

L’incipit du livre paru en 1931 est sur toutes les lèvres, et dans la phrase suivante Paul Nizan, qui allait mourir à la guerre à 35 ans, fait cet aveu toujours actuel: «Tout menace de ruine un jeune homme: l’amour, les idées, la perte de sa famille, l’entrée parmi les grandes personnes. Il est dur à apprendre sa partie dans le monde.»

Voilà ce qu’Emmanuel Macron a voulu exprimer avec ses mots de président un peu plats et partout repris en boucle: «C’est dur d’avoir 20 ans en 2020.» Le chef de l’État a également en tête la célèbre exclamation d’Alfred de Musset (en 1833): «Je suis venu trop tard dans un monde trop vieux.»

À LIRE AUSSI :2020, l’année du désarroi pour la «génération Covid»

En deux siècles, ni la fée électricité ni la magie d’internet n’ont donc changé les relations entre générations. Faire sa place n’est jamais une sinécure.

Contestant le choix radical du confinement pour arrêter l’épidémie aux dépens de la vie économique et sociale, de bonnes âmes se sont offusquées pour dénoncer le sort réservé aux jeunes. Largement épargnés par le virus, les 16-25 ans (définition statistique de la jeunesse) sont frappés de plein fouet, dans leur formation, par le chômage et même dans leur vie affective.

Des philosophes patentés ont stigmatisé «un renversement anthropologique sans précédent» (sic), regrettant qu’en 2020 les générations les plus âgées sacrifient délibérément les nouvelles, comme Kronos mangeant ses enfants.

N’était-il pas acquis en Europe qu’«on se saigne aux quatre veines» pour la chair de sa chair et pour assurer le bonheur de sa progéniture? Honte à nous qui rompons avec cette tradition.

L’équation est connue : 750.000 jeunes de 16 à 25 ans abordent le marché de l’emploi en 2020, l’équivalent de toute une classe d’âge ­annuelle

Ce n’est pourtant pas tout à fait ce que montre l’Histoire.

Avoir vingt ans en 1914… «La guerre massacra en priorité les hommes jeunes. La classe 1914 subit le choc des premiers mois de la guerre et fut mobilisée pendant tout le conflit. Sur les 320.000 hommes de cette cohorte, l’armée en avait déclaré aptes 294.000 dont 224.000 furent incorporés. 31 % périrent, soit 22 % de la génération», analyse le démographe François Héran (Population & Sociétés, avril 2014).

La guerre de 14-18 ne saurait certes servir de précédent pour forcer les jeunes de 2020 à porter le fardeau. Mais est-ce bien le cas? Assistons-nous à un conflit des générations dont ils seraient les grands perdants?

Sans ignorer que «pendant le confinement, près d’un étudiant sur trois a présenté des signes de détresse psychologique» selon Olivier Véran, le ministre de la Santé, on se limitera aux deux grands volets de la vie économique et sociale, le travail et le patrimoine (capital financier et immobilier).

À LIRE AUSSI :Les jeunes diplômés sont angoissés à l’idée de ne pas trouver un emploi

L’équation est connue: 750.000 jeunes de 16 à 25 ans abordent le marché de l’emploi en 2020, l’équivalent de toute une classe d’âge annuelle, et à l’inverse environ 700.000 seniors partent à la retraite. Le gouvernement n’a pas lésiné sur les moyens. Son plan «Un jeune, une solution» est doté de 6,7 milliards d’euros de crédits, notamment des primes d’apprentissage de 5000 ou 8000 euros. Élisabeth Borne, la ministre du Travail, s’est félicitée jeudi que «près d’un million de jeunes (aient) été embauchés en CDD de plus de trois mois ou en CDI depuis début août».

La vie économique sous perfusion

Ces chiffres hors normes sont à la hauteur du choc, une récession du PIB de 10 % à 11 % cette année, du jamais vu. L’ensemble de la vie économique est sous perfusion, tant l’accès au marché de l’emploi pour les jeunes que le souhait des gens en place de s’y maintenir.

Au 22 novembre, la Dares, la direction des études du ministère du Travail, dénombrait 6,4 millions de salariés en «activité partielle» pour au moins une journée durant ce même mois. L’État a déjà versé 23,4 milliards d’euros d’allocations à ce titre selon le ministère (1,1 % du PIB annuel pour fixer les choses).

Il y a une différence fondamentale avec une récession habituelle : cette fois, des secteurs entiers sont touchés spécifiquement, et pour comble de malchance il s’agit de pôles d’excel­lence français (aéronautique, luxe, tourisme)

Les aides des pouvoirs publics sont de nature à panser les plaies sur le moment. Éviteront-elles l’«effet cicatrice», les conséquences à moyen terme pour la génération entrée sur le marché du travail en période de forte récession?

L’Insee a calculé que le taux de chômage des jeunes (un à quatre ans d’expérience) avait augmenté de 3,1 points de pourcentage entre la crise de 2007 et 2011, alors que pour les travailleurs ayant plus de dix ans d’expérience la hausse n’avait été que d’un point. Il y a pourtant une différence fondamentale avec une récession habituelle: cette fois, des secteurs entiers sont touchés spécifiquement, et pour comble de malchance il s’agit de pôles d’excellence français (aéronautique, luxe, tourisme). De quoi fragiliser massivement les personnels en place, les «insiders», y compris les cadres seniors. Mauvais point pour les «vieux».

À LIRE AUSSI :L’emploi des jeunes, victime de l’épidémie

Le second front où les générations s’opposent est le patrimoine. Qu’on en dispose un peu plus avec l’âge est dans l’ordre des choses. Totalement nouveau en revanche est l’effet pervers des banques centrales, notamment de la BCE: la création de monnaie à tout-va provoque des bulles spéculatives détestables sur les prix des actifs. Qu’il s’agisse des actions (Wall Street est à des niveaux historiques) ou de l’immobilier. Il en résulte une aggravation des inégalités patrimoniales et surtout l’exclusion des jeunes générations qui aspirent à devenir propriétaires.

À coup sûr, nos conflits intergénérationnels sont moins romantiques que du temps de Musset ou à l’époque de Nizan, et ils ne datent pas du Covid.

Comment admettre qu’en 2018 (dernier chiffre connu de la Dares) la France ait compté 963.000 jeunes de 16 à 25 ans en situation d’inactivité absolue, soit 12,9 % de cette classe d’âge, sans emploi ni enseignement ni formation? Voilà le phénomène anthropologique dont il convient de s’émouvoir….

2 réflexions sur “Au moins 1 million de jeunes en situation d’inactivité absolue.

  1. Comment se fait il que cela passe, pourquoi ne font ils pas la révolution?

    N’est ce pas le résultat (et grand succès) du conditionnement moderne, mélange d’éducation nationale et de propagande continue, le tout bien graissé par les impôts de ceux qui essaient de bosser; car aucun ne meurt de faim, et on peut les maintenir à l’état de légumes avec des iphones, de l’herbe en vente libre, un dévoiement permanent des valeurs ‘traditionnelles’ etc.

    Que se passerait il si les parents arrêtaient de payer ou les aides de tomber ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s