Billet: Licence de spéculer

Il existe aujourd’hui des incertitudes extraordinaires.

Les marchés normaux détestent traditionnellement l’incertitude. De nos jours, les marchés ne sont plus normaux, ils sont sous influence et sous perfusion. Ils ne sont plus espaces de confrontation des peurs et des espoirs de la multitude, ils sont espaces de transmission des volontés des autorités monétaires.

Plus l’incertidtude réelle est grande, et plus les marchés aiment la certitude d’une relance monétaire incessante et sans précédent.

L’accélération effrayante du Covid, la fragilité économique, les doutes sur la relance budgétaire, les risques politiques, la hausse des rendements des bons du Trésor, etc., tout cela est considéré comme positif dans la mesure ou cela équivaut à une pression persistante sur la Fed pour qu’elle fasse plus.

Contrairement à l’opinion courante, nous sommes dans le rationnel, un rationnel spécial, atypique qui correspond au monde dans lequel nous vivons: le monde post moderne de l’inversion orwellienne; le mal c’est le bien, etc

La post modernité orwellienne travaille dans un univers parallèle du « ni vrai ni faux », elle est installée dans un Imaginaire.

Cet Imaginaire qui correspond à une nécessité du système pour se reproduire n’est fabriqué par personne consciemment, il s’impose de lui même par une combinatoire inconsciente des narratives et des discours des locuteurs du pouvoir.

Le jeu sur le temps, et le présentisme ambiant expliquent que l’on puisse être dans le ni vrai ni faux : le mal , le négatif est sans cesse repoussé dans le futur par la dette et les mensonges ce qui fait que les coûts des actions des gouvernants et des élites ne sont jamais pris en compte.

Il y a dissociation du « plus » et du « moins »; le « plus » c’est maintenant, le « moins » c’est jamais!

A long terme nous serons tous morts, donc le temps de l’addition ne sera jamais pour nous.

Les lois de la pensée rationnelle ne sont pas suspendues , non, absolument pas; deux plus deux font toujours quatre, le « plus » reste le « plus » et le « moins » reste le « moins » mais si vous agissez de façon manipulatoire pour dissocier les effets et les causes, alors la rationnalité et sa logique donnent l’apparence d’etre suspendues. ce sont des tours d’illusionnistes que l’on ne peut démasquer que si on pratique la pensée logique, celle qui permet comme le dit Lacan: l’assertion de certitude anticipée

j’espère que vous comprenez, car c’est indispensable pour comprendre ma démarche intellectuelle, que je travaille dans le temps logique, c’est à dire dans le temps abstrait qui fait que les causes entrainent des effets , alors que le monde vit dans le temps calendaire c’est à dire celui qui est soumis au pacte faustien des autorités. Les autorités détachent les causes des effets, elles disjoignent les ombres des corps et ainsi elles vous font vivre, malheureux gouvernés que vous êtes, dans un monde quasi hallucinatoire.

La pandémie a accordé à la Réserve fédérale américaine une licence pour imprimer 3 trillions et à les injecter sur les marchés.

La réponse à la pandémie de la Fed a accordé à Washington une licence pour générer un déficit budgétaire de plus de 3 trillions; 3 trillions qui n’ont fait lever aucun sourcil, aucune protestation du marché.

Ces mesures de relance monétaire et budgétaire sans précédent ont donné aux marchés une licence pour produire des excès spéculatifs flagrants…qui anticipent la possibilité du meilleur sans tenir compte de la certitude du pire.

Car les coûts pour être futurs et décalés sont néanmoins certains.

Autrement dit , la licence de spéculer permet de prendre en compte immédiatement tout ce qui peut s’avérer positif et de négliger tous les coûts qui y seront associés.

Aucune masse de difficultés n’a été suffisante pour briser la vague haussière qui submerge les marchés des valeurs mobilières. Des taux zéro, des trillions de liquidités et un filet de sécurité illimité de la Fed sont aussi fascinants que possible.

Et avec une Fed prête à faire tout ce qu’il faut, on peut etre sur qu’aucun degré de dégradation économique ne mettra en péril la ferveur des marché.

D’après l’expérience des neuf derniers mois, les marchés sont convaincus qu’aucun chiffre n’est trop important en matière de relance monétaire.

Et à l’avenir, les lacunes de la relance budgétaire seront sûrement corrigées par des injections de liquidités encore plus importantes de la Fed sous forme de QE.

 » Infections, décès, hospitalisations ont tous atteint des niveaux records », lit-on dans un terrible article du Wall Street Journal d’hier vendredi. De manière choquante, les cas quotidiens de Covid ont dépassé 228000 . Dans tout le pays, les hospitalisations dépassent désormais les 100 000 et poursuivent leur rapide augmentation. Les décès quotidiens approchent les 3000.

Alarmés par des systèmes hospitaliers de plus en plus débordés, de plus en plus d’États adoptent des mesures restrictives. Les comtés de Los Angeles et de la région de la baie de San Francisco ont réimposé les «ordres de rester à la maison», à l’aube.

De Bloomberg: «La Pennsylvanie a signalé 11 763 cas, le deuxième jour consécutif d’infections record. Le nombre d’hospitalisations a été multiplié par 10 depuis le début du mois d’octobre. Des titres et des extraits alarmants de pandémie pourraient continuer indéfiniment.

2 décembre – CNBC: «Les prochains mois de la pandémie de Covid-19 seront parmi ‘les plus difficiles de l’histoire de la santé publique de ce pays’, a déclaré le Dr Robert Redfield, directeur des Centers for Disease Control et Prévention, Redfield… a déclaré qu’environ 90% des hôpitaux du pays se trouvent dans des «zones chaudes et des zones rouges». Il a ajouté que 90% des établissements de soins de longue durée se trouvent dans des zones à fort taux de propagation. «Nous sommes donc actuellement à un moment très critique pour pouvoir maintenir la résilience de notre système de santé», a déclaré Redfield. «La réalité est que décembre et janvier et février vont être des mois difficiles. Je pense en fait qu’ils vont être les plus difficiles de l’histoire de la santé publique de ce pays, en grande partie à cause du stress qui va être exercé sur notre système de santé. »

Licence de speculer:

Ci dessous l’incroyable expansion de la masse d’options d’achats, c’est à dire de billets de loterie à la hausse:

Image

Le S & P500 a encore gagné 1,7% cette semaine pour atteindre des sommets sans précédent.

Les semi-conducteurs ont bondi de 6,1% cette semaine, augmentant les gains de 2020 à 51%.

L’indice KBW Bank a augmenté de 2,7%, augmentant les gains sur cinq semaines à 24,3%, tandis que les courtiers ont bondi de 3,6% (en hausse de 23,1% en cinq semaines).

Le Russell 2000 des petites capitalisations a monté de 2,0% cette semaine, avec un gain de 23,0% sur cinq semaines.

L’indice des services pétroliers de Philadelphie a bondi de 7,8% et 63,2% en cinq semaines.

L’indice Goldman Sachs Most Short, c’est à dire des valeurs les plus vendues à découvert, a encore gagné 2,9% cette semaine, propulsant les gains sur cinq semaines à 33,8%.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s