Pour 100 milliards t’as plus rien, t’as que des pertes.

Airbnb vient donc d’être vendue en bourse par ses promoteurs.

Ils ont choisi ce moment non pas parce que l’affaire va bien ou a le vent en poupes -les voyages et l’hébergement sont au plus bas- mais parce que jamais il n’y a eu autant d’argent gratuit en quête d’emploi.

L’argent ne vaut plus rien , voila ce que nous dit l’introduction en bourse de cette société, pur champignon parasite issu de l’activité des banques dites d’investissement.

Airbnb s’est échangé à 165 dollars en début de séance jeudi, plus que doublant son prix d’introduction en bourse de 68 dollars mercredi soir – valorisant la société au dessus de 100 milliards de dollars.

Je rappelle que Airbnb était valorisé 18 milliards il y a 7 mois.

Je ne vais pas analyser le phénomène de la création de valeur de 100 milliards par l’alchimie boursière, je l’ai fait souvent et hélas, c’est un phenomène mal compris.

Il y a trop d’intérets en jeu pour que ceci retienne l’attention.

Mieux vaut ne pas s’en préoccuper, si on tirait sur le fil, le pot aux roses se donnerait a voir; la bourse et ses mécanismes créent du pouvoir d’achat fictif solvabilisé par le crédit gratuit.

Avec cet argent, le système va pouvoir remployer ailleurs et détruire d’autres formes d’activités par le biais de la concurrence déloyale financée par le système bancaire d’une part et les banques centrales d’autre part.

La concurrence est déloyale car Airbnb vend en dessous de ses prix de revient et est systématiquement en lourde perte. Il crée de la non-valeur, c’est de la destruction de vraie richesse , au profit des initiés et privilégiés qui sont mis dans le bon coup au départ.

La consommation de ressources de Airbnb est considérable , regardez l’évolution de ses pertes.

Mais il est apprécié pour sa fonction de destruction de l’hébergement traditionnel; le système financier paie pour cela, pour détruire une fonction de service qui a investi des centaines de milliards dans le monde pour accueillir les gens en deplacement.

Le secteur financier paie -avec de l’argent gratuit- pour la mise au chomage définitive de centaines de milliers de salariés de l’hébergement.

Les miracles n’existent pas, les centaines de milliards qui sont créés de cette façon par l’alchimie financière seront eux aussi détruits lors de la grande révulsion monétaire, c’est ineluctable.

L’ennui est que les destructions d’activités réelles, concrètes et des emplois qui y sont associées, elles ne seront jamais retrouvées.

Les politiques monétaires sont destructrices, elles favorsient, par le biais de la spéculation, les malinvestissements générateurs de pauvreté future.

Extinction is forever!

Une performance qui vaut 100 milliards!

Image

2 réflexions sur “Pour 100 milliards t’as plus rien, t’as que des pertes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s