Les promoteurs du Great Reset semblent fascinés par les modèles chinois et singapourien.

Que retiendrons-nous de l’année 2020, sinon qu’elle fut la plus horrible que le monde a connue depuis 1945, et la plus « mondialisée » : la transmission de l’épidémie d’un continent à l’autre et le blocage mondial qui s’en est suivi marque probablement le début d’une nouvelle ère.

Jamais jusqu’ici tous les pays du monde n’avaient vécu peu ou prou au même rythme et sous le même régime. 

Voici quelques éléments qui caractérisent ce basculement brutal qui verra probablement la submersion de l’Occident par l’empire chinois. 

Plus de 1,5 million de morts recensés dans le monde

Signe des temps, la pandémie a frappé partout dans le monde, et nous sommes désormais capable d’établir un suivi en temps réel à l’échelle de l’ensemble de la planète. La carte ci-dessous retrace par exemple le nombre de cas déclarés durant les quinze derniers jours dans le monde.

De façon flagrante, un an après le début de l’épidémie, la carte montre que plus une économie est ouverte, plus le nombre de cas augmente, exception faite de la Turquie où la maladie fait des ravages sans que l’économie ne soit particulièrement libre-échangiste. 

On comprend mieux que le Forum de Davos se concentre sur la « surveillance des populations » : c’est le meilleur moyen de conserver une économie capitaliste sans risquer une propagation incessante de maladies. 

Un effondrement économique sans précédent

Les confinements divers et variés qui découlent de cette désastreuse épidémie débouchent sur une récession extrême, pire que les effondrements connus pendant les conflits armés. Une guerre oblige en effet à produire et à reconstruire. Une épidémie empêche de produire et elle ne détruit rien. 

Sans surprise, la Banque d’Angleterre considère que la récession qui devrait durer (et dont nous avons très tôt évoqué la longueur) est la pire de l’histoire.

Seule la Chine y échappera cette année.

La zone euro sera la lanterne rouge mondiale. 

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==

Retenons bien que, pour l’Occident, cette crise devrait être douloureuse. Très douloureuse. Et elle interrogera nos valeurs fondamentales. 

Vers une remise en cause de la démocratie en Occident ?

Nous avons évoqué dans notre série (qui s’achèvera en janvier) sur le Great Reset l’ambition qu’a désormais le Forum de Davos d’accélérer la digitalisation des économies occidentales, à la faveur du coronavirus et de sa propagation.

En creux, les promoteurs de ce Great Reset semblent fascinés par le modèle chinois et singapourien. C’est dire le peu de cas qu’ils font de l’idéal démocratique et humaniste européen. 

Réussiront-ils à diffuser cette idée que l’avenir est dans un autoritarisme et un capitalisme de connivence à la chinoise ?

Ne manquez pas l’interview de Michel Maffesoli que nous publions ce soir pour avoir la réponse !

Et d’ici là, bonnes vacances à tous et meilleurs voeux 2021. 

Une réflexion sur “Les promoteurs du Great Reset semblent fascinés par les modèles chinois et singapourien.

  1. La Chine à confiner des villes pas le pays entier comme nous le faisons , oui les mesure sont stricte mais trés bien organiser avec les moyens livraisons de nourriture etc , les asiates ont la culture du take away , blah blah nos belle democratie et les villains Chinois , ces gens sont des pauvres con et c’est sur que les Chinois vont tous nous bouffer et ce sera pas volé mais meriter .

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s