Didactique: Comprendre enfin comment les banques centrales forcent à prendre des risques, à spéculer. Elles préparent votre ruine cyniquement.

A lire, relire, assimiler et conserver.

Un jour viendra ou les politiques monétaires actuelles devront être stoppées, soit qu’elles auront réussi soit qu’elles auront échoué. Dans les deux cas ceux qui ont investi dans des portefeuilles boursiers sur la base de cours de bourse surévalués seront ruinés.

Plus ces politiques durent plus la ruine sera sévère.

Pourquoi est-ce une certitude? Parce que la hausse des cours de bourse est d’origine purement monétaire alors que les actifs boursiers ont un lien avec la finitude du monde réel. On peut créer autant de monnaie que l’on veut, mais on ne peut faire en sorte que les bénéfices des entreprises montent jusqu’au ciel.

Il y a non-équivalence entre les deux univers, l’un est infini sans limites, l’autre est fini, limité.

Que se passe-t-il réellement lorsque la Réserve fédérale ou la BCE «augmente la taille de son bilan» et «injecte de l’argent dans l’économie»? 

 Cela signifie que la Fed a acheté une obligation détenue par le public et l’a payée en créant une dette gouvernementale de forme différente. Dans la plupart des cas, ces achats ne sont pas réglés en monnaie, elle ne paie pas en monnaie mais en créditant des réserves bancaires sur le compte de celui qui a vendu l’obligation. 

L’Ensemble, la monnaie + les réserves bancaires constituent ce que nous appelons la «base monétaire».

En un mot, l’assouplissement monétaire remplace les bons du Trésor portant intérêt qui étaient auparavant détenus par le public et ses institutions , par de la monnaie, des patates chaudes à taux zéro, c’est à dire qui rapportent rien, que quelqu’un dans l’économie doit détenir, à tout moment , en tant que monnaie jusqu’à cette monnaie soit retirée. 

Cette politique monétaire peut certainement être utile lorsqu’il y a une ruée -un run- vers la liquidité bancaire et que les déposants deviennent inquiets au point de convertir leurs dépôts bancaires en cash.

 Mais portées à l’excès, comme elles le sont maintenant , ces politiques sont aussi la façon dont les bulles spéculatives sont encouragées – on crée un tas de patates chaudes à intérêt nul qui sont si psychologiquement inconfortables à détenir que les gens deviennent prêts à payer n’importe quel prix afin de les échanger contre un autre actif d’investissement qui rapporte un tant soit peu.. Ceux qui reçoivent cet argent, ces patates chaudes qui ne rapportent rien se font ensuite concurrence, ils surpaient pour acheter quelque chose qui rapporte un peu. Une sorte d’entonnoir est ainsi créé qui dirige l’argent vers les marchés là ou il y a un peu de rendement ou de performance sous forme de plus value.

Le problème est que les actifs d’investissement tels que les actions ne sont pas purement des actifs monétaires, ce sont des actifs reliés au réel, ce sont des créances sur certains flux futurs en provenance de l’entreprise concernée, des flux de trésorerie qui seront délivrés au fil du temps. 

Plus le prix que vous payez maintenant pour ces flux de trésorerie futurs est élevé, plus le rendement à long terme auquel vous pouvez vous attendre sur votre investissement est faible,

Si vous payez 100 $ aujourd’hui pour recevoir un paiement de 100 $ dans une décennie à partir d’aujourd’hui, vous pouvez vous attendre à un voyage très long – bien que peut-être intéressant – mais ce sera un voyage vers nulle part. Vous aurez payé 100 pour recevoir 100, en ayant entre temps quelque fois eu peur de devoir supporter des pertes!

 Si vous payez plus de 100 $ aujourd’hui pour ce même flux de trésorerie , vous pouvez/devez vous attendre à un rendement négatif à long terme.

Les politiques d’assouplissement quantitatif et de taux d’intérêt nuls de la Réserve fédérale créent simplement une montagne de /monnaie /patates chaudes à taux zéro que quelqu’un doit conserver à chaque instant, jusqu’à ce que cette monnaie soit retirée du système. Il est important de comprendre que la base monétaire ne «va» nulle part. Elle est et reste de l’argent de base jusqu’à son retrait . Mais vous pouvez vous débarrasser de l’argent de base en le mettant «dans» le marché boursier en le refilant à quelqu’un d’autre, à votre vendeur. Mais au moment où la transaction a lieu, l’argent de base sort «hors» du marché boursier pour aller entre les mains de celui qui vous a vendu a vendu l’action. L’argent de base n’est jamais «mis sur la touche » car il n’y a pas d’argent sur la touche comme le dit stupidement la presse. . 

Chaque titre émis, qu’il s’agisse d’une action en actions, d’un certificat d’obligation ou d’un dollar de base, doit être détenu par quelqu’un, à tout moment, exactement sous la forme où il a été émis, jusqu’à ce qu’il soit retiré. 

La seule chose qui change est de savoir qui détient quoi et combien un investisseur en titres est prêt à échanger contre un autre. L’argent de base créé par la Fed ne va pas «dans» le marché boursier. 

L’argent de base ne fait que créer tellement d’inconfort, parce qu’il ne rapporte rien que les investisseurs deviennent disposés à faire grimper les cours des actions à des niveaux d’évaluations bullaires qui impliquent des rendements à long terme proches de zéro, ou pire. 

La Fed ne fait rien d’autre que retirer du rendement du portefeuille mondial en achetant des obligations afin d’injecter des liquidités qui brulent les doigts et forcer a acheter autre chose qui rapporte, voila le secret des quantitative easing.

Autrement dit la Fed, et/ou la BCE créent une distorsion, une pénurie de rendement afin que mécaniquement les détenteurs des liquidités reçues en contrepartie se précipitent pour acheter quelque chose qui rapporte. Elle créent une pénurie, un manque de rendement dans le système afin de forcer les gens à faire n’importe quoi et surtout donc a prendre des risques.

Vous ne pouvez maintenir ce type de distorsion qu’en aggravant ses conséquences. Plus vous maintenez cette politique longtemps, plus vous gonflez les bulles et plus les conséquences seront catastrophiques.

Ce papier didactique est fondé sur le travail de JP Hussman

3 réflexions sur “Didactique: Comprendre enfin comment les banques centrales forcent à prendre des risques, à spéculer. Elles préparent votre ruine cyniquement.

  1. Monsieur Bertez,

    Merci beaucoup pour cette traduction synthèse de Hussman qui pose la question traduite avec mes mots simples de savoir ce qui se passe en 3eme mi-temps….

    1ère mi-temps : la monnaie dévalorisée brûle les doigts, alors on se jette sur les actifs,

    2ème mi-temps : on prend conscience.ce que les actifs eux-memes sont en bulle ; on veut alors s’en débarrasser, mais on ne trouve plus d’acheteurs…

    3ème période = ?.. Hyperinflation suivie d’une récession? Alors révoltes, pillages? Guerres? Fin du système? Retour au troc, au marché noir? A la loi du plus fort? Ou un nouveau système monétaire? Sous quelle forme? Helicopter money? Monnaie digitale? Bons d’achats? Revenu universel contre calme, vaccin et consommation?

    Difficile d’y voir clair…

    J'aime

    1. La troisième periode ne sera pas mécanique mais dialectique
      car des forces de sens contraires vont jouer. Cette periode sera marquée par son instabilité.

      Ces forces seront antagoniques car les bourgeosies vont etre en conflit entre elles, elles ont des interêts très divergents et meme opposés .

      La geopolitique va intervenir car la Chine a choisi une voie imperialiste, le Parti a abandonné l’idée de la convergence avec l’économie de marché mondiale imposée par les USA

      et puis

      l’interêt des capitalistes financiers sera très différent de celui des
      producteurs et l’intérêt des producteurs anglo saxons sera très different de celui des chinois ou des allemands. L’interet des débiteurs sera opposé à celui des créanciers; en plus tout ce beau monde sera en guerre contre les peuples qui menaceront de se soulever.

      Ce que je veux dire c’est que le chaos certes en germe mais que la manière d’apparaitre de ce chaos dépendra des rapports des forces sociales a un moment donné et aussi du hasard.

      Regardez Davos actuellement est comme le FMI et l’OCDE pour un certain type d’evolution, la BRI refuse ce type de solution; les bourgeoisies nationales encore puissantes aux USA, Allemagne sont pour d’autres solutions que celles de Davos car elles refusent la supra nationalité et le pouvoir des stakeholders globaux.

      Rien n’est joué sauf , sauf que nous avons deja pris la route du chaos.

      One way road.

      J'aime

      1. Je vous remercie de votre réponse, Monsieur Bertez.

        Les contradictions et antagonismes dans le système, telles que vous les évoquez, sont rarement (jamais?!) évoquées / analysées sur la place publique.

        Il apparaît pourtant que c’est un sujet passionnant et central.

        Si vous pouviez aider vos lecteurs à descendre dans le détail aussi sur ce point…

        Merci infiniment pour donner accès à votre travail comme vous le faites.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s