Un éditorial très court: La crise de la grande révulsion est certaine, elle s’est enracinée dans le système en 1987

Les rendements obligataires sont un indicateur fiable de l’avenir. Ils balisent le chemin qui mêne à la déconfiture ultime du système, sa révulsion comme je désigne ce phénomêne.

je signale à ceux qui seraient étonné de mon audace- qui êtes vous pour parler ainsi?- que mon analyse rejoint celle qui a été faite en 2020 par le plus grand investisseur macro- mondial Ray Dialo. Nos cadres analytiques est très différents mais il partent du même point historique et arrivent aux même conclusions.

note: il faut toujours pour comprendre, avoir présent à l’esprit le fait que des actifs financiers chers signifie des rendements financiers faibles.

Les faibles rendements des actifs financiers pointent vers le déclin, l’usure du système, son entropisation et la proximité de ses limites. Ils indiquent une croissance économique faible, peu de productivité et peu ou pas d’inflation. Les 18 trillions de dettes à rendement négatif sont non pas un « plus » pour le système mais un colossal « moins » car il avance vers la paralysie. Il perd ses marges de manoeuvre, ses amortisseurs.

Ces 18 trillions sont le marqueur de l’avancée vers la crise finale, celle de la fin du grand cycle de crédit qui a commencé en 1945 avec Bretton Woods et qui a été sur-prolongé avec les taux bas, puis les taux zéro, puis les Quantitative Easing et maintenant par les monétisations des déficits publics.

Les taux bas ne sont pas des stimulus, ils sont les indicateurs de dégradation ; si ils étaient des stimulis …ils monteraient ! Le système, pour tenir, est obligé, ce n’est pas un choix mais une nécessité, de créer de plus en plus d’actifs financiers, actions obligations, options, warrants, dérivés…Le système est obligé d’empiler les promesses; les traites sur son avenir.

Comprenez bien le principe, la structure de la crise future. Certes elle aura des formes tout à fait imprévues et circonstancielles, mais son squelette, sa logique sont déja en place. On ne peut y échapper, la crise est un cristal enrobé de gangue .

Principe de la crise future :

les autorités font croire que les actions et obligations sont aussi bonnes et aussi sûres que de la monnaie et qu’en plus elles rapportent. Elles font croire qu’elles sont money-like ou near-money, qu’elles sont liquides.

Bref que la Transformation est garantie: le court = le long, le fini=l’infini, le sans risque = le risque

C’est bien entendu faux et archi faux et la crise viendra lorsque la fausseté de cette équivalence money-like =money sera perçue et common knowledge. Ce jour là « on », les animal spirits , vendront tous les actifs financiers et on exigera du vrai cash, de la vraie base money.

Cela fera exploser la base monétaire et ce sera le début du fatal enchainement.

A chaque crise les autorités sont obligées, pour soutenir la pyramide d’Exter, de rajouter un montant colossal de base money qui ne peut jamais être retiré; voila le principe théorique de la future crise. Voila le ressort qui se bande.

C’est la racine de toute crise financière et monétaire depuis que l’on a financiarisé et que l’on a mis le crédit hors banques, sur les marchés: on a disséminé, on a garanti que les actifs financiers étaient liquides, aussi bon que de la monnaie ce qui est un mensonge.

La crise est dans le système, « embedded » comme disent les américains, tout comme le blé est dans le grain de blé, plus la masse des actifs financiers enfle plus le besoin de créer de la base money grandit et plus on se rapproche de la Grande Révulsion. La grande révulsion emportera non seulement les actifs financiers mais également par construction les monnaies en quoi ils sont exprimés.

Tout a commencé en 1945, puis s’est noué au milieu des années 60 avec le beurre et les canons , « guns and butter » et enfin tout s’est mis en engrenage fatal en 1987 quand Greenspan a décrété le PUT c’est à dire a décrété la convertibilité de tous les actifs financiers en monnaie de base et qu’il n’ a pas accepté leur dévalorisation.

Nous sommes sur la Pente, avec de moins en moins de freins et d ‘amortisseurs et cette pente descend de plus en plus vite.

Cette pente qui est celle du déclin américain, de son hegemon, de son dollar est aussi celle de la montée des tensions internes et externes, montée des conflits pour la richesse qui nous conduiront à la guerre.

En Prime, le résumé:

-niveaux d’endettement élevés

-croissance ralentie, chute de la productivité

-taux d’intérêt très bas

-fin du pouvoirs des banques centrales à stimuler

-monétisation des dettes

-grands écarts de richesse/divisions politiques

-augmentation des conflits sociaux et géopolitiques,

-puissance montante, la Chine

= fin du Grand Cycle

2 réflexions sur “Un éditorial très court: La crise de la grande révulsion est certaine, elle s’est enracinée dans le système en 1987

  1. Bonjour,

    N’etes vous pas trop occcidento centré ?

    Un theme cher à Charles GAVE est que la chine est un contre pouvoir à l’amérique et au dollar ou en tout cas qu’elle s’y prépare à marche forcée:
    – création d’institutions d’influences asiatiques (vu la population qui s’y trouve on est à 50% facile)
    – capacité de gestion des crises: le COVID est un bon exemple comparatif
    – contrôle de sa monnaie pour la rendre plus désirable
    – accumulutation considérable d’or comme collétéral
    – vision stratégique de long terme détaillée et qu’elle réalise petit à petit
    – sécurisation des ressources stratégiques en Afrique
    – route de la soie pour s’assurer des infrastructures dédiées
    – partenariats avec des pays européens: italie, allemagne, …

    Moi quand je vois ça, j’ai l’impression que l’Amérique est dans le rétro et qu’elle est en train de se casser la figure dans le fossé, alors que la chine est passée devant.

    Bien sûr quand ca va péter les européens devront se choisir un nouveau maître et ce sera la chine qui viendra nous sauver comme les US en 1945.

    Que pensez-vous de la chine comme nouvel hégémon ?

    Cdlt.

    J'aime

    1. Si vous lisiez au lieu de survoler pour avoir confirmation de vos biais vous
      verriez que ce que je developpe avec un autre langage et d ‘autres outils intellectuels est en convergence quasi totale avec ce que pense Charles;

      mais l’hypothèse du nouvel Hegemon de la Chine pour être retenue implique une guerre du type guerre du Péloponese.

      Evitez les constructions comme accidento-centré puisque je développe l’idée totalement opposée à savoir que la fin est nécessaire, écrite, donc non accidentelle, et que seule la forme en est inconnue.

      C’est le contraire d’accidento-centré!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s