Ne manquez pas, la synthèse, en hausse mais divergences, la question de la dette et l’impossible unité.

Les marchés restent collés dans les plus hauts grace aux nouvelles promesses de Biden et à la ferme volonté affichée par la Fed de les financer; on s’est donc remis en Risk-on.

La question de la dette revient de plus en plus dans les conversations et les éditoriaux, soit pour expliquer qu’elle est sans danger soit pour s’interroger sur les limites à l’endettement.

La nouvelle responsable du Trésor, Yellen a confirmé le soutien à la politique d’endettement et quand elle a été interrogée sur les risques pour l’avenir , elle a répondu par une pirouette; « c’est en luttant maintenant contre la pandémie que l’on répare le mieux l’avenir ».

La position keynesienne officielle reste celle ci: on peut s’endetter sans limites, il suffit de promettre que l’on corrigera le tir à … moyen terme. C’était déja l’argument développé par Summers en 2008 pour defendre les deficits et le recours massif à la dette. Mais a cette époque, on n’en était pas aux chiffres actuels de deficts et de besoinde financement, on n’était pas encore entré de plain pied dans ce que l’on appelle les Quantitative Easing , nom pudique, comme le fait remarquer Ray Dialo, donné à la monetisation afin de moins effrayer.

L’encours des titres du Trésor a commencé 2008 à 6,051 trillions, soit 41% du PIB.

Les valeurs du Trésor ont clôturé 2019 à 19,019 trillions , soit 87% du PIB.

Et puis, en seulement trois trimestres, les valeurs du Trésor ont bondi de 3,882 trillions supplémentaires à 22,900 trillions , soit 108% du PIB.

Le gouvernement fédéral a enregistré un déficit budgétaire de 573 milliards de dollars au cours du quatrième , poussant probablement la masse de valeurs bons du Trésor en circulation à près de 23,5 trillions soit environ 110% du PIB.

Depuis la fin de 2007, l’encours a gonflé de 17,5 trillions – se rapprochant d’une multiplication par trois.

Le sénateur John Thune lors de l’audience de confirmation de Yellen: «Je vais essayer de regrouper beaucoup de réflexions et de questions en un seul gros paquet ici. Mais la seule chose qui me préoccupe et dont personne ne semble plus parler, c’est l’énorme dette que nous continuons à accumuler en tant que nation. Et, en fait, le président élu a proposé un plan budgétaire de quelques trillions de dollars en plus de ce que nous avons déjà fait – ce qui nous mettra à quelque 5,3 trillions de déficits .

L’impossible unité.

Les scènes du premier jour de la présidence de Joe Biden se sont déroulées dans le contexte d’une économie américaine dévastée, des retombées continues d’une insurrection sociale et d’un nombre de morts de coronavirus dépassant 400000.

Confronté à ces multiples catastrophes, le nouveau président a promis une application stricte des règles pour lutter contre le Covid-19, il a donné plus de soutien aux travailleurs syndiqués, il a agi rapidement pour annuler les politiques d’immigration sévères de son prédécesseur et il a cherché à restaurer certaines procédures et protocoles longtemps oubliés à la Maison Blanche.

Aucun sentiment d’unité à Capitol Hill , car le plan de secours de 1,9 trillion de dollars de Biden a rencontré aussitot l’opposition immédiate des républicains. Wall Street n’y tient pas trop non plus, mais pour des raisons différentes.

La question de l’unité ou dela réconciliation reste ouverte.

Du coté du virus, les choses ne s’arrangent pas.

18 janvier – New York Post :

«Près d’un tiers des patients guéris du COVID-19 -selon une étude britannique- se sont retrouvés à l’hôpital dans les cinq mois – et jusqu’à un sur huit est décédé des complications de la maladie … l’Université de Leicester au Royaume-Uni et l’Office for National Statistics ont constaté que sur 47 780 personnes sorties de l’hôpital, 29,4% ont été réadmises dans les 140 jours… Sur le total, 12,3% ont fini par mourir, … De nombreuses personnes souffrent d’effets durables, les coronavirus développent des problèmes cardiaques, du diabète et des maladies chroniques du foie et des reins, selon le rapport.

19 janvier – Associated Press:

«La course contre le virus qui cause le COVID-19 a pris une nouvelle tournure: les mutations surgissent rapidement, et plus il faut de temps pour vacciner les gens, plus il y a de chances qu’une variante qui peuvent échapper aux tests, traitements et vaccins actuels puisse émerger.

Le coronavirus devient de plus en plus génétiquement diversifié et les responsables de la santé disent que le taux élevé de nouveaux cas en est la principale raison. Chaque nouvelle infection donne au virus une chance de muter au fur et à mesure qu’il se copie, menaçant d’annuler les progrès accomplis jusqu’à présent pour contrôler la pandémie.

Vendredi, l’Organisation mondiale de la santé a appelé à davantage d’efforts pour détecter de nouvelles variantes. Les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis ont déclaré qu’une nouvelle version identifiée pour la première fois au Royaume-Uni pourrait devenir dominante aux États-Unis d’ici mars.

19 janvier – New York Times :

«Fin décembre, des scientifiques de Californie ont commencé à rechercher des échantillons de coronavirus pour une nouvelle variante à propagation rapide qui venait d’être identifiée en Grande-Bretagne. Ils l’ont trouvé, mais dans relativement peu d’échantillons.

Mais dans le processus, les scientifiques ont fait une autre découverte malvenue: la Californie avait produit sa propre variante. Ce mutant… semblait avoir surgi en juillet mais être resté bas jusqu’en novembre. Puis il a commencé à se propager rapidement.

Le CAL.20C représentait plus de la moitié des échantillons de génome viral collectés dans les laboratoires de Los Angeles le 13 janvier… Il n’y a aucune preuve que CAL.20C est plus mortel… Mais Eric Vail, le directeur de la pathologie moléculaire à Cedars-Sinai, a dit était possible que CAL.20C joue un grand rôle dans la flambée de cas… «Je suis convaincu qu’il s’agit d’une souche plus infectieuse du virus», a déclaré le Dr Vail.

Les marchés financiers s’en fichent

Le S & P500 a monté de 1,9% (en hausse de 2,3% en glissement annuel).

Le Dow est en hausse de 0,6% (en hausse de 1,3%).

Les services publics ont peu changé (+ 0,8%).

Les banques ont chuté de 2,9% (en hausse de 6,0%) et les courtiers sont en baisse de 1,2% (en hausse de 4,2%).

Les transports ont reculé de 0,7% (+ 2,8%).

Le S&P 400 des Midcaps a progressé de 1,6% (+ 6,8%), et les small cap du Russell 20ont0 a bondi de 2,1% (+ 9,8%).

Le Nasdaq100 a bondi de 4,4% (+ 3,7%).

Les semi-conducteurs ont progressé de 2,7% (+ 10,0%).

Les Biotechs ont progressé de 2,3% (+ 7,4%).

Avec un rebond de 27 $ du métal jaune , l’indice des mines HUI a récupéré 1,5% (en baisse de 3,6%).

Les taux des bons du Trésor à trois mois ont terminé la semaine à 0,07%.

Les rendements à deux ans ont glissé d’un point de base à 0,12% (inchangé y-t-j).

Les rendements des bons du Trésor à cinq ans ont reculé de deux points de base à 0,43% (en hausse de 7 points de base).

Les rendements des bons du Trésor à dix ans sont restés inchangés à 1,09% (+ 17 points de base).

Les rendements obligataires longs ont ajouté un point de base à 1,85% (en hausse de 20 pb).

Les rendements de l’indice de référence Fannie Mae MBS ont chuté de 4 pb à 1,44% (+ 10 pb).

Les rendements des Bunds allemands ont gagné trois points de base à – 0,51% (+ 6 points de base). Les taux français ont augmenté de 4 pb à – 0,28% (+ 6 pb). Le spread obligataire franco-allemand à 10 ans s’est élargi de 1 à 23 pb.

Les rendements grecs à 10 ans ont augmenté de 3 pb à 0,69% (+ 7 pb y-t-j).

Les taux portugais à dix ans ont bondi de sept points de base à 0,07% (en hausse de 4 points de base).

Les rendements italiens à 10 ans ont bondi de 14 pb à 0,75% (en hausse de 21 pb).

Les rendements à 10 ans de l’Espagne ont augmenté de sept points de base à 0,12% (+ 8 points de base).

Les rendements des gilts à 10 ans au Royaume-Uni ont augmenté de deux points de base à 0,31% (en hausse de 11 points de base). L’indice actions FTSE du Royaume-Uni a reculé de 0,6% (+ 3,6% d’une année à l’autre).

L’indice japonais Nikkei Equities a augmenté de 0,4% (+ 4,3% d’une année à l’autre). Les rendements japonais «JGB» à 10 ans ont ajouté un point de base à 0,05% (en hausse de 3 points de base y-t-j).

Le CAC40 français recule de 0,9% (+ 0,1%).

L’indice des actions allemand DAX a augmenté de 0,6% (+ 1,1%).

L’indice boursier espagnol IBEX 35 a reculé de 2,6% (en baisse de 0,5%). L’indice italien FTSE MIB a reculé de 1,3% (en baisse de 0,7%).

Les actions des marchés émergents étaient mitigées.

L’indice Bovespa du Brésil a chuté de 2,5% (en baisse de 1,4%) et le Bolsa du Mexique a chuté de 2,6% (en hausse de 1,4%).

L’indice Kospi de la Corée du Sud a gagné 1,8% (+ 9,3%).

L’indice boursier indien Sensex a reculé de 0,3% (+ 2,4%).

La Bourse chinoise de Shanghai a augmenté de 1,1% (+ 3,8%).

L’indice turc Borsa Istanbul National 100 a augmenté de 1,2% (+ 4,5%).

L’indice actions russe MICEX a reculé de 2,0% (+ 2,9%).

Les fonds obligataires de première qualité ont enregistré des entrées de 8,248 milliards de dollars, tandis que les fonds d’obligations pourries ont enregistré des sorties de 905 millions de dollars (de Lipper).

La semaine dernière, le crédit de la Réserve fédérale a bondi de 90,6 milliards de dollars à 7,372 trillions. Au cours de la dernière année, le crédit de la Fed a augmenté de 3,258 trillions, soit 79%. Le crédit de la Fed a gonflé 4 561 milliards de dollars, soit 162%, au cours des 428 dernières semaines. Ailleurs, les avoirs de la Fed pour les propriétaires étrangers des valeurs du Trésor et des dettes d’agence ont bondi de 24,4 milliards de dollars pour atteindre un record de 3,541 trillions .

La masse «monétaire» M2 (étroite) a bondi de 369 milliards de dollars la semaine dernière à 19,548 trillions , avec un gain sans précédent sur 46 semaines de 4,040 trillions La «monnaie étroite» a bondi de 4,171 trillions , soit 27,1%, au cours de la dernière année.

Les taux hypothécaires fixes Freddie Mac à 30 ans ont baissé de deux points de base à 2,77% (en baisse de 83 points de base en glissement annuel). Les taux à 15 ans ont glissé de deux points de base à 2,21% (en baisse de 83 points de base). Les taux ARM hybrides à cinq ans ont reculé de 32 pb à 2,80% (en baisse de 48 pb). L’enquête de Bankrate sur les coûts d’emprunt hypothécaire jumbo avait des taux fixes sur 30 ans en baisse de quatre points de base à 2,91% (en baisse de 104 points de base).

Sur les changes, dollar à nouveau en baisse

Pour la semaine, l’indice DXY du dollar américain a reculé de 0,6% à 90,212 (en hausse de 0,3% a-t-j).

Pour la semaine à la hausse, la couronne suédoise a augmenté de 1,2%, la couronne norvégienne de 0,9%, le dollar néo-zélandais de 0,8%, l’euro de 0,7%, la livre britannique de 0,7%, le franc suisse de 0,6%, le rand sud-africain de 0,6% , le dollar australien 0,2% et le dollar singapourien 0,1%.

À la baisse, le real brésilien a reculé de 3,1%, le peso mexicain de 0,9% et le sud-coréen a gagné 0,3%.

Le renminbi chinois était à peu près inchangé par rapport au dollar cette semaine (en hausse de 0,71% a-t-j).

Sur les produits de base:

L’indice Bloomberg des Commodities a chuté de 1,7% (en hausse de 1,4% d’une année à l’autre).

L’or au comptant a gagné 1,5% à 1 856 $ (en baisse de 2,3%).

L’argent a bondi de 2,8% à 25,556 $ (en baisse de 3,2%).

Le brut WTI a glissé de neuf cents à 52,27 $ (en hausse de 8%). L’essence a gagné 1,3% (en hausse de 10%) et le gaz naturel a chuté de 10,6% (en baisse de 4%).

Le cuivre a ajouté 0,7% (en hausse de 3,0%). Le blé a chuté de 6,1% (en baisse de 1%). Le maïs a coulé de 5,8% (en hausse de 3%).

Bitcoin a plongé de 2939 $, soit 8,1%, cette semaine à 33322 $ (en hausse de 14,6%).

En prime la magie des corrélations:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s