Editorial sur la névrose et l’imaginaire financier. Le Graal. Ray Dalio sur le BITCOIN

J’explique très souvent que l’univers financier est devenu un univers alternatif.

Dans le passé c’était un univers symbolique, entendu au sens ou il symbolisait et reflétait le réel.

Mais il s’est autonomisé et l’ombre que constitue la finance s’est détachée du corps que constitue la Sphère Réelle. C’est la disjonction. L’ombre fait comme si elle prenait vie, elle s’est imposée avec presque autant de force que la réalité c’est ce que j’appelle le pacte Faustien.

Les signes remplacent le réel, ils se gravent dans la tête des gens au point d’introduire la névrose c’est à dire la confusion.. On finit par se croire riche parce que l’on a les signes de richesses.

La névrose c’est quand vous confondez le signe avec le réel alors que la représentation est inadaptée. Vous faites preuve de névrose si vous vous arretez en plein désert à un « stop », dans un univers inhabité à perte de vue simplement parce qu’il y a un panonceau « stop ».

Le signe est inadapté et vous avez un comportement qui est, lui ausi, inadapté.

Tout se passe comme si le mouvement vers l’abstraction qui caracterise la post modernité prenait son autonomie et remplaçait les lois du mouvement du réel par les lois de la combinaison interne du monde des signes. Pour simplifier c’est comme si les règles de la réthorique prenaient le dessus sur les règles de la logique dialectique . Bien parler n’est ni parler vrai ni parler juste.

Nous sommes dans des societes de parole fausses, (la Com), des societes de faux monnayeurs puisque chacun connait les analogies et les isomorphismes entre l’univers du verbe et celui de la monnaie. La parole est d’argent etc …donner sa parole etc ..

La société moderne est plongée dans la névrose. Elle a été dépassée par son outil, la parole, dépassée par les signes qu’elle a créés; elle se désadapte et s’enfonce dans les comportements biaisés.

Dans l’univers financier, la disjonction prend force et prend vie ; ce qui veut dire que les marchés peu à peu se sont libérés du poids du réel, les perceptions ont remplacé le monde , ils prennent une logique propre, interne, ils forment un Système à part entière, ils s’installent dans la Magie; magie de la Tendance, des Graphiques, du Momentum, des derivées etc . Magie des signes et signaux de fumée envoyés par les grands prêtres de l’Eleusis des banques centrales.

En clair et pour aller à l’essentiel les marchés non seulement s’installent dans l’Imagianire, mais deviennent un univers imaginaire à part entière.

Les bestioles qui peuplent cet univers imaginaire ont commencé comme valeurs d’usage, puis comme valeurs d’échange et elles sont maintenant valeurs de pur désir. Ouf enfin libres!

Libres ? Non pas tout a fait car elles ont un fil à la patte: elles sont tenues en laisse par une laisse qui s’appelle la monnaie et cette laisse est tenue/réglée par les maîtres du jeu, les banquiers centraux. Et ces grands maitrees du jeu ont tendance à produire trop de bestioles, tendance à les faire proliférer.

Ce sont eux qui en derniere analyse donnent aux bestioles et à leurs détenteurs l’illusion de la liberté, mais tout en les dégradant.

Il suffirait qu’ils ferment le robinet de la monnaie, qu’ils ferment le robinet d ‘air chaud pour que les ballons se révèlent être ce qu’ils sont: des baudruches. Des mirages, des illusions.

Cet univers imaginaire de la valeur, de la finance et de la monnaie repose, au niveau de l’évidence et de ce qui apparait , sur une ou des Conventions.

Pourquoi ne pas aller plus loin et améliorer cet univers imaginaire en en faisant un imaginaire sans maitre, sans fil à la patte c’est à dire un univers ou la valeur est pur désir, n’est suspendue qu’à la Convention c’est à dire au désir des particpants de posséder, de jouir des bestioles de cet univers? Bref pourquoi ne pas couper le dernier lien avec les banquiers centraux tireurs de ficelles et ne pas s’installer dans la Convention pure, laquelle ne serait animée/vivifiée que par l’offre et la demande?

L’offre et la demande étant en dernière analyse reglées par l’esprit de jeu, pourquoi ne pas créer un univers imaginaire parallèle? Pourquoi ne pas s’installer dans la tautologie pure de la valeur, qui nous dit que la valeur c’est le point de rencontre de l’offre et de la demande et que l’offre et la demande sont determinés par la valeur?

L’univers des cryptos est un progrés sur l’univers imaginaire de la finance, il est en quelle que sorte libéré non seulement du réel, mais du pouvoir de dégradation des banquiers centraux, à ce titre il serait le Graal, le produit de l’Oeuvre au Noir, l’en-soi suprême à force de n’être rien, l’actif de réserve miraculeux que tout le monde recherche en ces temps de Déluges Monétaires.

Note 1: je ne m’interesse pas aux cryptos, je ne m’intéresse qu’aux multiples formes, avatars et illusions de la Valeur.

Note 2: Il n’y a pas de réserves de Valeur en soi, autres que les valeurs d’usage, meme l’or n’est pas reserve en soi, sa valeur repose sur des conventions implicites immémoriales qui en ont fait l’équivalent universel des marchandises. Une reflexion interessante serait celle qui explorerait les rapports entre la valeur, la réserve de valeur et la Force. Si on croit à la nécessité d’avoir de l’or, si on croit au chaos alors il faut de l’or plus un fusil!

Je vous laisse en compagnie d’un des plus grands investisseurs-penseurs du monde de la finance; Ray Dalio.

J’écris ceci pour clarifier ce que je pense du Bitcoin.et de tout ce qui y ressemble.

Veuillez faire attention à ce que je dis ici et non à ce que les médias disent que j’ai dit parce que c’est fiable.

Je constate que ceux qui veulent promouvoir Bitcoin (c’est la plupart des gens) le caractérisent d’une manière tandis que ceux qui sont contre (qui sont quelques âmes effrayées qui se recroquevillent dans un coin) le caractérisent d’une autre manière.

Comme pour la plupart des choses que je commente, la réalité a des avantages et des inconvénients et j’essaie d’être aussi précis que possible pour communiquer ce que j’en comprends.

Pour répéter, comme je ne suis pas un expert en Bitcoin / crypto-monnaie, je pense que mes opinions ne sont pas assez valables pour être fiables, je ne devrais donc pas les publier.

Je sais tout ce qu’il faut savoir pour avoir une opinion valable sur les marchés, je ne parierais donc pas sur mes propres opinions.

Pourtant, les gens me demandent mon évaluation non experte de Bitcoin ; et la clarifications dans mes propros est préférable à des distorsions dans les médias.

La seule chose que je vous demande, c’est que vous lisiez ce que j’ai écrit ici plutôt que de faire attention aux bruits dans les médias.

Je pense que Bitcoin est une sacrée invention.

Avoir inventé un nouveau type d’argent via un système qui est programmé dans un ordinateur et qui a fonctionné pendant environ 10 ans et qui gagne rapidement en popularité en tant que type d’argent et de réserve de richesse est une réalisation incroyable.

Cela, tout comme la création du système monétaire actuel basé sur le crédit, est bien sûr une sorte d’alchimie puisque cela permet de gagner de l’argent avec peu ou rien.

L’alchimie , comme le crédit qui a rendu les banquiers riches à partir des Médicis vers 1350, rend ses inventeurs et ceux qui s’y sont lancés très tôt très riches et elle a le potentiel de rendre beaucoup plus de gens encore plus riches et de perturber le système monétaire existant. . Ceux qui l’ont construit et soutenu le rêve de faire de ce nouveau type d’argent une réalité ont fait un travail fabuleux en soutenant ce rêve et en faisant de Bitcoin ( et de ses concurrents analogues) un actif alternatif semblable à l’or.

Il n’y a pas beaucoup d’actifs alternatifs semblables à l’or en ce moment alors que le besoin en est grandissant à cause de toutes les créations de dette et d’argent qui sont en cours et de celles qui qui se produiront à l’avenir.

En raison de la situation du monde, outre le besoin croissant d’argent ou de réserves d’actifs de richesse dont l’offre est limitée, il existe également un besoin croissant d’actifs pouvant être détenus par le secteur privé.

Comme il n’y a pas beaucoup de réserves de richesse comparables à l’or qui peuvent être conservées en toute confidentialité et que la taille de leurs marchés est relativement petite, il est possible que Bitcoin et ses concurrents puissent répondre à ce besoin croissant.

Il me semble que Bitcoin a réussi à franchir la ligne entre une idée hautement spéculative qui pourrait bien ne plus exister à court terme et qu’il pourrait bien avoir une certaine valeur à l’avenir. En clair il pourrait durer.

Les grandes questions qui me sont posées sont de savoir à quoi peut-il servir de manière réaliste et quelle sera la demande. L’offre étant connue, il faut estimer la demande pour estimer son prix.

Je devrais clarifier ce que j’ai dit au sujet de son approvisionnement.

Bien que l’offre de Bitcoin soit limitée, l’offre de monnaies numériques n’est pas limitée car de nouvelles créations sont apparues et cela continuera; elle continueront de se faire concurrence, de sorte que l’offre d’actifs de type Bitcoin devrait determiner le prix de la crypto-monnaie.

En fait, je suppose que les meilleures sont encore à venir et qu’elles remplaceront celle-ci parce que c’est ainsi que tout fonctionne – c’est-à-dire que de nouvelles façons de faire et de nouvelles choses ont toujours remplacé et remplaceront toujours les anciennes façons de faire et les anciennes choses.

Puisque le fonctionnement de Bitcoin est fixé, figé , il ne pourra pas évoluer et je suppose qu’une meilleure alternative sera inventée et passée. Je vois cela comme un risque.

Pour ces raisons, l’argument de «l’offre limitée» n’est pas aussi vrai qu’il y paraît – par exemple, si les téléphones Blackberries étaient en quantité limitée, ils ne vaudraient toujours pas grand-chose parce qu’ils ont été remplacées par des concurrents plus avancés. Je ne sais toujours pas pourquoi les fans du Bitcoin ne prennent pas en compte ce risque, si je me trompe, je serais heureux que ma naïveté soit corrigée.

Dans le même temps, j’admire énormément la façon dont Bitcoin a résisté à l’épreuve de 10 ans, non seulement à cet égard, mais aussi dans la façon dont sa technologie fonctionne si bien et n’a pas été piratée.

Pourtant, pour celui qui détient des actifs numériques / cyber à un moment où la cyber-attaque est beaucoup plus puissante que la cyberdéfense, le cyber-risque est un risque que je ne peux ignorer.

Lorsque le ministère de la Défense ne peut pas protéger ses systèmes contre le piratage, il serait naïf d’être totalement convaincu que les actifs numériques ne peuvent pas être piratés, ce qui est l’un des avantages des actifs de type or et l’un des risques de tous actifs financiers.

En fait, je pense qu’il y a de bonnes chances qu’un jour nous verrons le système financier, qui se compose principalement de chiffres, se montrer plus vulnérable aux perturbations et / ou au cyber-chantage qu’on ne le reconnaît maintenant. Soit dit en passant, ces choses se produisent maintenant à un rythme croissant et peuvent menacer la valeur des actifs financiers traditionnels.

Je vous signale cet avertissement à prendre en consideration ou à repousser à votre guise.

Bien que je reconnaisse que Bitcoin peut être conservé hors ligne via un «stockage à froid», je comprends que c’est difficile à faire et que très peu de gens le font réellement. Donc, dans l’ensemble, je crois comprendre que le Bitcoin étant numérique et connecté, il n’est pas protégé contre les cyber-risques autant que je le souhaiterais. J’ai hâte d’être corrigé.

Bitcoin étant numérique, la question se pose de savoir à quel point il est privé et ce que le gouvernement permettra et ne permettra pas .

En ce qui concerne la confidentialité, il semble que Bitcoin ne sera probablement pas aussi privé que certaines personnes le supposent. C’est, après tout, un grand livre public et une quantité importante de Bitcoin est détenue de manière non privée. Si le gouvernement (et peut-être les pirates informatiques) veulent voir qui possède quoi, je doute que la vie privée puisse être protégée.

De plus, il me semble que si le gouvernement voulait se débarrasser du Bitcoin et empecher de son utilisation, la plupart de ceux qui l’utilisent ne seraient plus en mesure de l’utiliser, de sorte que la demande chuterait.

Il n’est pas exagéré d’imaginer que le gouvernement envahisse la vie privée et / ou empêche l’utilisation de Bitcoin (et de ses concurrents), il me semble que plus les cryptos monnaies réussiront , plus ces possibilités seront probables.

Lors de la formation de la première banque centrale (la Banque d’Angleterre en 1694), les gouvernements ont pris le contrôle de la monnaie et ils ont protegé leurs capacités à imposer le cours obligatoire à l’intérieur de leurs frontières.

Quand je me mets à la place des représentants du gouvernement, quand je vois leurs actions et quand j’ entends ce qu’ils disent, il m’est difficile d’imaginer qu’ils permettraient au Bitcoin (ou à l’or) d’être un choix évidemment meilleur que l’argent et le crédit qu’ils produisent.

Je soupçonne que le plus grand risque de Bitcoin est de réussir, car s’il réussit, le gouvernement essaiera de le tuer et il aura beaucoup de pouvoir pour réussir.

En ce qui concerne la configuration de l’offre / de la demande, si l’offre est connue, la demande à long terme sur l’horizon de long terme pertinent (car il s’agit d’un actif de longue durée) est difficile à connaître, en grande partie pour des raisons J’ai mentionné.

Par exemple, puisque je considère Bitcoin comme un actif alternatif semblable à l’or, j’ai demandé à Rebecca Patterson et à d’autres de Bridgewater de faire des calculs pour calculer la valeur des avoirs privés en or, puis prendre des pourcentages de ces avoirs et de supposer qu’ils étaient transformes en Bitcoin pour diversifier ce type de holding.

À titre d’exemple, que se passerait-il si 10% ou 20% ou 30 ou 40 ou 50% des avoirs privés en or étaient transférés vers Bitcoin pour diversifier les avoirs, ou que se passerait-il si 10 ou 20% de ceux qui accumulent du Bitcoin voulaient pour se diversifier dans d’autres actifs comme l’or et les actions, ou que se passerait-il si le gouvernement voulait interdire son utilisation, ou si etc A quoi ressembleraient ces scénarios? Ils brossent un tableau très incertain. (Vous pouvez lire le rapport complet ici ).

C’est pourquoi j’en tire la conclusion que Bitcoin ressemble à une option de longue durée sur un avenir très inconnu, option dans laquelle je pourrais investir une somme d’argent à condition d’être capable de supporter le risque de perdre 80%.

Voilà à quoi ressemble Bitcoin pour un non-expert. J’ai hâte d’être corrigé et d’en savoir plus.

D’un autre côté, croyez-moi quand je vous dis que mes collègues de Bridgewater et moi-même nous nous concentrons intensément pour decouvrir une réserve alternative d’actifs de richesse.

Ray Dalio

Ray Dalio

Co-Chief Investment Officer & Co-Chairman of Bridgewater Associates, L.P.

3 réflexions sur “Editorial sur la névrose et l’imaginaire financier. Le Graal. Ray Dalio sur le BITCOIN

  1. Deux mecs intelligents en mode confinement discutent sur Twitter :

    -Super ce confinement, j’ai plus de temps pour spéculer sur les cryptos,
    -Entièrement d’accord avec toi. Et pas question de me laisser vacciner, je ne suis pas un cobaye, non mais !

    Qui leur expliquera qu’acheter des cryptos c’est de fait être un cobaye?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s