La BCE tue le système productif en lui faisant boire le poison de la dette. La dette délégitime le système capitaliste.

La dette des entreprises atteint les deux trillions d’euros.

Le besoin de peser sur les rémunérations salariées dans le futur va encore progresser.

La montagne de dettes traduit l’insuffisance de ressources propres des entreprises : capital et profit.

La dette d’un système doit être comprise, à partir d’un certain stade, comme un boulet aux pieds.

La dette augmente le capital fictif et agggrave le besoin de réaliser du cash flow pour honorer les engagements vis à vis du système financier.

Elle augmente le besoin d’intervention de l’état, obligé de toujours renforcer les béquilles du Capital. C’est la marche accélérée vers la socialisation, c’est à dire la répartition des pertes sur les citoyens et l’appropriation des profits par le Capital. La dette délégitime le système capitaliste.

Elle limite la capacité à prendre des risques, elle pèse sur les investissements, sur la capacité à embaucher et à distribuer des revenus. Elle pénalise la productivité à long terme en entretenant des zombies.

Le système des entreprises est fragilisé par cet excès de dettes alors que nous vivons dans un monde de croissance faible, d’inflation modeste et d’avenir incertain.

Inciter les entreprises à s’endetter est irresponsable, c’est accumler les problèmes futurs.

La BCE tue le système productif en lui faisant boire le poison de la dette.

La dette dans un système renforce considérablement le besoin de destruction soit lente et progressive, on appelle cela l’inflation; soit rapide en forme de krach et de chaos, c’est la crise de dévalorisation.

 La production industrielle a reculé pour le deuxième mois consécutif en décembre en France, accusant une baisse de -0,8% après -0,7% en novembre. Le consensus tablait sur un rebond de 0,4%. Par rapport à février (dernier mois avant le début du premier confinement), la production reste en retrait dans l’industrie manufacturière (-5,7%), comme dans l’ensemble de l’industrie (-4,9%), précise l’Insee.©2021, Boursier.comhttps://assets.poool.fr/paywall.html

Yahoo/Bloomberg] Global Stocks Push Higher; Dollar Extends Decline: Markets Wrap

[Reuters] Asian stocks hit record high, as earnings, stimulus boost recovery hopes

[Reuters] Dollar wallows at two-week low; bitcoin steadies after surge past $48,000

[Yahoo/Bloomberg] Gold Holds Three-Day Advance as Platinum Surges Above $1,200

[Yahoo/Bloomberg] House Plans Medicaid, Drug Price Reforms: Stimulus Update

[CNBC] Long-haul symptoms should be a ‘wake-up call’ for young people when it comes to avoiding Covid

[Reuters] China’s factory prices snap year-long decline as demand recovers

[Bloomberg] China’s Inflation Divergence Shows Unbalanced Economic Recovery

[FT] Powell faces pressure to weigh impact of Biden stimulus

5 réflexions sur “La BCE tue le système productif en lui faisant boire le poison de la dette. La dette délégitime le système capitaliste.

  1. Tout le monde semble en effet dépassé, Monsieur Bertez.

    Et vous avez raison également d’évoquer le narcissisme, à quoi on peut ajouter l’égoïsme, l’obsession de la spéculation. Soit par appat du gain soit par crainte du lendemain puisqu’à vous lire ou simplement regarder autour de soi, on constate que la salariat devient un statut rare, une situation d’insider…

    Pierre 95, « ineptocratie » est un terme très actuel en effet.

    J'aime

  2. Mr Bertez,

    Fidèle lecteur de longue date, merci pour votre travail.

    Étant confronté à une administration tatillonne, abusive et parfois irrationnelle sur plusieurs dossiers administratifs et fiscaux suite notamment à une succession, je suis très inquiet de constater que nous vivons dans un système qui a perdu tout contact avec la réalité. Les individus sont litteralent broyés, harcelés par une bureaucratie sans valeurs, sans boussole, un système qui n’est plus au service des citoyens mais qui tourne sur lui même pour lui même.

    La déliquescence en cours est totale. On sauve les apparences et la communication, mais en réalité l’entièreté du mille feuilles est perverti, corrompu, pourri.

    Les fonctionnaires sont payés à rester chez eux pour la plupart, mais sans que les taches soient réalisées, l’engagement de service public respecté.

    La France n’est plus qu’un fantasmé. Les français ne sont plus que des paresseux et profiteurs. Notre pays, c’est un kolkhoze, un camp de concentration chinois.

    J'aime

    1. Je vous remercie a mon tour.
      Je partage votre analyse, tout le système français dysfonctionne, de proche en proche, l’incurie des uns justifiant l’incurie des autres.

      Le monde moderne est trop complexe non seulement pour les individus citoyens mais aussi pour les rouages intermédiaires du système et quand vous avez à la tête du pays des incapables qui ignorent tout des réalites, qui se mèlent de diriger sans expérience , cela donne une gabégie générale.

      Que dire du narcissisme et de la surestmiation nevrotique de ces gens?

      Le problème n’est ni droite ni gauche, il est qu’ils sont dépassés.

      J'aime

      1. Bonjour Monsieur Bertez

        Merci pour cet article très clair.
        Nous sommes passés en quelques années à peine de la bureaucratie à la technocratie.
        Nous passons maintenant de la technocratie à l’ineptocratie.
        Ce terme n’est pas de moi et, malheureusement, je n’en connais pas l’auteur.
        Mais je pense qu’il est parfaitement adapté pour décrire le désastre dans lequel nous nous débattons.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s