Analyse. Quand les banques touchent pour prêter ! A qui profite le crime?

Quand les banques touchent pour prêter !

Hervé Hannoun ancien Premier Vice Gouverneur a la Banque de France considère que c’est un défi au bon sens et bien entendu je partage cette indignation.

Les mathématiques permettent d’envisager, grâce à leur caractère abstrait , beaucoup de choses comme les taux négatifs, mais ce n’est pas pour cela que ce qui est imaginé est raisonnable et surtout éthique.

Derrière les abstractions il faut toujours discerner la réalité c’est dire le jeu des forces sociales, les conflits d’intérêt, les luttes pour le pouvoir.

En définitive il faut se demander, s’agissant de prets scandaleux et donc s’agissant de transferts, qui paie, qui est lésé? a qui profite le crime?

Ici les réponses ont évidentes!

-aux banquiers qui touchent des commissions sans prendre de risque, sans avoir assez de capital pour en prendre et qui ainsi masquent leurs défaillances, les taux abs ou négatifs sont des cadeaux empoisonnés qui ont pour effet de dissuader les propriétaires des banques de les remettre en ordre de marche

-à la Banque Centrale qui a géré en dépit du bon sens depuis 2008, n’a pas fait son travail en réorganisant les banques, en imposant des opérations-verité, en virant le personnel, en couvrant les insuffisances malthusiennes de capitaux propres

-qui paie, la société et les générations , futures, les détenteurs d e monnaie, les créanciers en général présents et futurs;

-qui reçoit? Les débiteurs, les banques , les entreprises , indirectement le personnel politique et les fonctionnaires qui voient leurs erreurs et carences couvertes etc

L’argent gratuit ou négatif détruit le système, détruit la confiance, détruit les obligations d’etre efficace, honnête et responsable. L’argent gratuit ou negatif est un voile qui masque un système inefficace, injuste et de plus en plus pourri.

Nous sommes a tous points de vue dans un système de socialisation , c’est à dire dans un système crony, sans sanction, ou pour des raisons que l’on essaie de faire passer pour des raisons d’interêt général, la société paie pour enrichir ou maintenir la richesse d’intérêts particuliers.

Dans ce système,le capital dit à risque, mais plutot ex-à risque, ne joue pas son role, il ne met pas assez de capital à la disposition des entreprises pour qu’elles puissent supporter le risques et donc ce capital se fait assurer par la collectivité c’est à dire par la banque centrale, l’état, autrement dit les citoyens.

C’est une dérive qui délégitime le système capitaliste;

Les capitalistes ne mettent pas assez de capital dans leur affaire pour gagner le plus possible et avoir la profitabilité maximum, mais quand les choses tournent mal, ils se tournent vers l’état, la banque centrale, les contribuables.

Nous sommes dans un système ou le capital fonctionne avec des béquilles qui sont d’ordre réglementaire, fiscal et monétaire.

Nous sommes dans les délices du Capitalisme monopolistique d’état, de copains, de coquins et de banque centrale réunis.

Il est evident qu’implicitement le capital exerce ce que l’on appelle le chantage à l’emploi avec la fameuse et honteuse connivence entre le patronat et les syndicats et le monde politique : si vous ne nous renflouez pas, nous metteons les salariés au chômage et ce faisant le chômage va exploser et vos ne serez pas réélus.

C’est en gros le discours implicite, il n’y a pas besoin de le dire à haute voix, c’est ce qui est compris.

Le chantage au chômage c’est à dire à la faillite n’est ni fondé ni justifié. La faillite est la sanction normale de l’activité économique dans un monde en mouvement, c’est la sanction de la responsabilité que prétend avoir le capitaliste lorsqu’il empoche le profit.

D’abord si on retirait les béquilles du capital et si on cessait de le maintenir sous perfusion, il se réformerait, il apprendrait à devenir plus fort, il cesserait de se ramollir et d ‘être profiteur.

Ensuite il redécouvrirait la lutte pour la survie. Il mettait plus de fonds a disposition de l’entreprise et il ferait moins de gras, il prélèverait moins!

Enfin il y aurait moins de capital inefficace, paresseux, rentifié, donc le taux de productivité, de profitabilité du pays remonterait et je pense même qu’il remonterait fortement

Les faillites ne sont pas un mal mais un bien en système capitaliste.

Une faillité fait dispariaitre la structure du passif de l’entreprsie défaillante mais elle laisse intact en genéral son actif.

L’outil de travail change de propriétaire, de gérant mais bien souvent après restructuration il est viable.

Les dispositions légales et règlementaires permettent le maintien des outils de travail et ces maintiens seraient beaucoup plus efficaces si le système était assaini et surtout débarrassé des escrocs, des politiciens véreux et de parties corrompues des tribunaux de la procédure collective. En France ce que l’on appelle la procédure collective pue a plein nez.

Note: l’une des voies par ou se transmettra l’inflation , si cela continue, sera la voie des crédits distribués par les banques mais garantis par le hors bilan du gouvernement.

Une réflexion sur “Analyse. Quand les banques touchent pour prêter ! A qui profite le crime?

  1. Dans le même ordre d’idées de socialisation des pertes, il n’y à qu’à observer le défilé sans vergogne de toute la mafia du foot, tous les ‘grands’ patrons et autres crapules pour venir réclamer, exiger, des aides qui les aideront surtout à conserver leurs privilèges.. Des facto, le covid révèle que l’URSS n’est pas mort: les ‘élites’ en perpétuent les mauvaises pratiques et la mentalité idiote.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s