Rosie à la NZZ

David Rosenberg, fondateur et stratège en chef de Rosenberg Research, craint que la flambée des taux d’intérêt sur le marché obligataire ne compromette la reprise économique. Il met en garde contre les conséquences de l’escalade de la dette .

 Sur le marché obligataire américain, le rendement des emprunts d’Etat à long terme a atteint son plus haut niveau depuis début 2020 . 

Le prix du pétrole augmente, le cuivre est plus cher qu’il ne l’a été depuis près de dix ans. 

Tout indique que les marchés se préparent à une forte reprise économique.

« Pas si vite », prévient David Rosenberg . 

Le stratège renommé de Toronto ne doute pas que la pandémie s’atténuera. 

Cependant, il estime que la poussée de croissance va bientôt s’essouffler après la réouverture de l’économie. «Ensuite, nous allons devoir faire face à la réalité. À savoir, comment nous réduisons l’immense dette », dit-il.

Rosenberg explique pourquoi il identifie des perspectives intéressantes pour les matières premières . Il a également confiance en les banques américaines. À l’échelle mondiale, il voit les meilleures opportunités d’engagements en Asie, où l’économie bénéficie de la croissance robuste de la Chine. 

Rosie tient bon sur les Treasuries meme si on souffre en ce moment.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s