Ne manquez pas la Synthèse. Phase de doute. Taux en hausse. La Fed ne convainc pas.

Les marchés semblent plus discutés, moins unanimement haussiers.

Les taux longs montent nettement mais la banque d’Australie et la Banque du Japon ont montré leur détermination à agir pour empêcher toute hausse non souhaitée. La BCE a également tenu des propos en ce sens.

Après que les rendements japonais à 10 ans aient atteint un sommet de cinq ans à 16 pbs vendredi, un rapport a été publié selon lequel la Banque du Japon était prête à agir contre toute hausse excessive des rendements. Et puis, le membre du conseil de direction de la BCE, Villeroy de Galhau , a déclaré que la BCE «peut et doit réagir» contre tout resserrement injustifié , c’est-à-dire contre toute hausse des rendements obligataires. 

Les rendements européens se sont inversés nettement à la baisse sur ses commentaires, avec des baisses à deux chiffres des rendements italiens et grecs. Les actions se sont enflammées. Le soulagement qu’un effort concerté des banques centrales était sur le point de contrer la hausse des rendements mondiaux a permis la reprise des marchés du risk-on .

Cela n’a pas duré.

4 mars – Financial Times :

«Les prix des obligations d’État ont subi un nouveau coup de blues jeudi, incitant les actions à effacer presque tous les gains de l’année, après les commentaires du président de la Réserve fédérale, Jay Powell. Il n’a pas rassuré les investisseurs… «Ce fut une journée vraiment intéressante car le marché était vraiment ferme, un peu hésitant mais ferme, puis Powell a pris la parole», a déclaré George Cipolloni, gestionnaire de portefeuille chez Penn Mutual Asset Management. «  Il n’a vraiment rien dit de radicalement différent, à part qu’ils n’ont pas encore atteint leur objectif … ce qui a ébranlé les marchés. 

Les rendements des bons du Trésor à dix ans s’échangeaient à 1,46% jeudi matin avant la session de questions-réponses prévue du président Powell au sommet de l’emploi du Wall Street Journal.  Les rendements ont bondi peu de temps après que Powell a commencé à parler, pour finir à 1,57%.

Powell n’aurait pourtant pas pu être plus clair. Le président de la Fed a donné des détails sur ce qu’il faudrait pour que la Fed commence à réduire le QE ainsi que sur ce qui serait nécessaire pour initier une augmentation des taux à court terme. Tout est « accommodant », comme prévu. L’orientation de la politique monétaire est spécifiquement orientée vers un retour au plein emploi. La Fed ne répondra pas à ce qu’elle considère comme une hausse transitoire de l’inflation.

Pourquoi les rendements obligataires ont-ils augmenté suite aux commentaires standard de Powell? Pas évident , mais le point de vue de la presse est qu’il a déçu en évitant toute allusion à une «operation twist » ou, en fait, à toute mesure qui pourrait indiquer que la Fed envisage des achats supplémentaires sur l’extrémité longue de la courbe des taux des valeurs du Trésor. Les espoirs que la Fed se joindrait à ‘un effort concerté de «contrôle des rendements» au niveau mondial ont été déçus.

Un titre de la presse vendredi disait: «Les investisseurs traversent une« crise de confiance »envers la Fed.»

Powell (extrait de la session de questions-réponses du WSJ, 4 mars 2021): « Je pense que la Fed a établi sa crédibilité il y a plusieurs décennies sur l’inflation et depuis lors, le lien entre le chômage et l’inflation sous contrôle est devenu très, très faible. Donc, notre nouveau cadre prend très explicitement en compte ce nouvel apprentissage, cette nouvelle compréhension, et il nous conduit a dire que nous n’augmenterons pas les taux d’intérêt pour refroidir l’économie simplement parce que le chômage diminue – simplement parce que l’emploi augmente. Nous allons attendre de voir des signes d’inflation réelle ou l’apparition d’autres risques qui pourraient menacer la réalisation de nos objectifs. Nous avons vu dans le passé que l’économie peut supporter des niveaux de chômage très bas sans inflation. « 

Powell: »L’essentiel est de maintenir les anticipations d’inflation à plus long terme ancrées à 2%. Si cela se produit, une augmentation transitoire de l’inflation n’affectera pas l’inflation sur une période plus longue. Et nous avons l’intention d’utiliser nos outils pour maintenir les anticipations d’inflation ancrées à 2%, ce qui nous donne la possibilité de faire tout ce que nous devons faire lorsque l’économie est faible. 

Les propos de Powell sont obscurs et confus . il marche sur des oeufs . D’un coté il veut persuader qu’il sera ferme sur l’inflation mais qu’il ne fera rien car il croit qu’elle est transitoire et de l’autre il ne veut pas voir «des conditions désordonnées» ou un «resserrement persistant des conditions financières plus larges». Tout cela signale une volonté de la Fed d’intervenir si nécessaire, mais sans prendre le risque de ventes massives sur le marché obligataire.

Ce grand écart met mal à l’aise le marché obligataire. L’approche de la Fed face à l’inflation semble plutot molle . La Fed déclare certes explicitement son intention d’être vigilante sur l’inflation, mais en même temps elle affirme ne pas vouloir tenir compte d’une hausse des pressions sur les prix! Sa nouvelle doctrine de «ciblage de l’inflation» cherche explicitement à promouvoir une période d’inflation supérieure à l’objectif de 2% .

Editorial. Reflation: non, rien n’est joué, rien n’est écrit. https://brunobertez.com/2021/03/05/editorial-reflation-non-rien-nest-joue-rien-nest-ecrit/… via @wordpressdotcom

Mon opinion, fragile, est que la Fed renforce en ce moment sa crédibilité en tant gardien de la stabilité financière, mais qu’elle la perd en tant que faucon sur l’inflation. c’est comme on dit le grand écart.

Tout ceci me semble exprimer la logique interne des marchés.

J P Hussman qui a des instruments « maison  » pour mesurer les divergences signale depuis quelque temps la vulnérabilité interne de la bourse, l’appétit pour le jeu est moins généralisé . Un certain nombre de chouchous du marché ont été sous pression. Cette semaine a vu des pertes à deux chiffres pour Moderna (14,6%), Twitter (13,1%), Peloton (12,7%), Tesla (11,5%) et Zoom (9,7%). La volatilité folle est de retour.

Le réel est ce qu’il est, partagé, mixte de « plus » et de « moins », mais au lieu de ne voir que le « plus », depuis quelque jours on observe le « moins », le verre à moitié vide. La multiplication des signaux d’inflation par l’offre et la recherche du profit maximum par les firmes ébranlent quelques convictions.

Les marchés me paraissent plus fragiles. la Mania historique qui a fini par gagner le petit public fait face à une réalité troublante.

Le volume speculatif sur les options continue d’enfler

Image

Dans la semaine:

Le S & P500 a augmenté de 0,8% (en hausse de 2,3% en glissement annuel) et le Dow Jones a bondi de 1,8% (en hausse de 2,9%). 

Les services publics ont augmenté de 1,7% (en baisse de 5,8%). 

Les banques ont bondi de 4,3% (en hausse de 20,8%) et les courtiers ont ajouté 0,3% (en hausse de 14,1%).

 Les Transports progressent de 2,2% (+ 9,0%).

 Le S&P 400 Midcaps a progressé de 0,7% (+ 8,9%), tandis que les small cap du Russell 2000 a reculé de 0,4% (+ 11,0%). 

Le Nasdaq100 a chuté de 1,9% (en baisse de 1,7%). Les semi-conducteurs ont chuté de 4,8% (en hausse de 4,5%). Les Biotechs ont perdu 3,6% (en baisse de 3,5%). 

Le Nasdaq continue de sous performer: Les valeurs technos ont perdu 1,6 trillions depuis septembre

Image

Bien que le lingot ait chuté de 34 $, l’indice de l’or HUI a récupéré 4,7% (en baisse de 12,6%).

Les taux des bons du Trésor à trois mois ont terminé la semaine à 0,025%. 

Les rendements gouvernementaux à deux ans ont ajouté un point de base à 0,1% (en hausse de 2 points de base en glissement annuel). 

Les rendements des bons du Trésor à cinq ans ont bondi de sept points de base à 0,80% (en hausse de 44 points de base). 

Les rendements des bons du Trésor à dix ans ont bondi de 16 points de base à 1,57% (en hausse de 65 points de base). On a un moment dépassé les 1,60%.

Les rendements obligataires longs ont bondi de 15 pbs à 2,30% (en hausse de 66 pbs). 

Les rendements de l’indice de référence Fannie Mae MBS ont augmenté de quatre points de base à 1,88% (en hausse de 54 points de base).

Les rendements des Bunds allemands ont chuté de 4 pbs à -0,30% (+ 27 pbs). Les taux français ont reculé de 4 pbs à -0,05% (+ 29 pbs). Le spread obligataire franco-allemand à 10 ans est resté inchangé à 25 pb. 

Les rendements grecs à 10 ans ont chuté de 15 pb à 0,96% (en hausse de 34 pb en glissement annuel). Les taux portugais à dix ans ont reculé de trois points de base à 0,29% (en hausse de 26 points de base). Les rendements italiens à 10 ans ont glissé d’un point de base à 0,75% (en hausse de 21 points de base). Les rendements à 10 ans de l’Espagne ont reculé de trois points de base à 0,39% (en hausse de 35 points de base). 

Les rendements du Gilt britannique à 10 ans ont chuté de six points de base à 0,76% (en hausse de 56 points de base). L’indice boursier britannique FTSE a progressé de 2,3% (+ 2,6% en glissement annuel).

L’indice japonais Nikkei Equities a reculé de 0,4% (en hausse de 5,2% en glissement annuel). Les rendements japonais «JGB» à 10 ans ont chuté de près de sept points de base à 0,10% (en hausse de 8 points de base en glissement annuel). 

Le CAC40 en France a rebondi de 1,4% (+ 4,2%). 

L’indice boursier allemand DAX a progressé de 1,0% (+ 1,5%). L’indice boursier espagnol IBEX 35 a augmenté de 0,8% (+ 2,6%). 

L’indice italien FTSE MIB a récupéré 0,5% (+ 3,3%). 

Les actions des marchés émergents étaient pour la plupart plus élevées. 

L’indice Bovespa du Brésil a progressé de 4,7% (en baisse de 3,2%) et le Bolsa du Mexique a bondi de 3,9% (en hausse de 5,2%). L’indice Kospi de la Corée du Sud a augmenté de 0,4% (+ 5,3%). L’indice boursier indien Sensex a progressé de 2,7% (+ 5,6%). 

La Bourse chinoise de Shanghai a reculé de 0,2% (en hausse de 0,8%).

 L’indice Borsa Istanbul National 100 de la Turquie a bondi de 4,8% (+ 4,8%). L’indice actions russe MICEX a augmenté de 2,0% (+ 3,8%).

Les fonds obligataires de première qualité ont enregistré des entrées de 5,201 milliards de dollars, et les fonds d’obligations indésirables ont enregistré des flux positifs de 601 millions de dollars (de Lipper).

Le crédit de la Réserve fédérale a baissé la semaine dernière de 44,7 milliards de dollars à 7,507 trillions.  Au cours de la dernière année, le crédit de la Fed a augmenté de 3,362 trillions , soit 81%. Le crédit de la Fed a gonflé 4,696 trillions de dollars, soit 167%, au cours des 434 dernières semaines. 

Ailleurs, les avoirs de la Fed pour le compte des propriétaires étrangers du Trésor et de la dette d’agence la semaine dernière ont augmenté de 2,5 milliards de dollars pour atteindre 3,544 trillions . 

Les actifs totaux des fonds monétaires ont gagné 18,6 milliards de dollars à 4,363 trillions . Le total des fonds monétaires a bondi de 679 milliards de dollars en glissement annuel, soit 18,4%.

Les taux hypothécaires fixes à 30 ans de Freddie Mac ont augmenté de six points de base pour atteindre un sommet de 3,02% en sept mois (en baisse de 27 points de base en glissement annuel). Les taux à 15 ans sont restés inchangés à 2,34% (en baisse de 45 points de base). Les taux d’ARM hybrides à cinq ans ont chuté de 26 pbs à 2,73% (en baisse de 45 pbs). L’enquête de Bankrate sur les coûts d’emprunt hypothécaire jumbo avait des taux fixes sur 30 ans en hausse de deux points de base à 3,20% (en baisse de 58 points de base).

Sur les devises: poursuite du raffermissement du dollar

Pour la semaine, l’indice du dollar américain a gagné 1,2% à 91,977 (en hausse de 2,3% en glissement annuel). 

Pour la semaine à la hausse, la couronne norvégienne a augmenté de 1,3% et le dollar canadien de 0,6%. 

Pour la semaine à la baisse, le franc suisse a baissé de 2,2%, le peso mexicain 2,2%, le yen japonais 1,6%, le rand sud-africain 1,6%, le real brésilien 1,4%, l’euro 1,3%, la couronne suédoise 1,2%, le dollar néo-zélandais 0,9%, le dollar singapourien 0,7%, la livre britannique 0,7%, le dollar australien 0,3% et le dollar sud-coréen a gagné 0,2%. 

Le renminbi chinois a reculé de 0,28% par rapport au dollar cette semaine (en hausse de 0,46% en glissement annuel).

Sur les produits de base: le pétrole s’envole

L’indice Bloomberg Commodities a ajouté 0,7% (en hausse de 10,0% en glissement annuel). 

L’or au comptant a chuté de 2,0% à 1701 $ (en baisse de 10,4%). L’argent a reculé de 5,2% à 25,246 $ (en baisse de 4,4%). 

Image

Le brut WTI a bondi de 4,53 $ à 66,09 $ (en hausse de 36%). L’essence a bondi de 10,0% (en hausse de 46%), tandis que le gaz naturel a reculé de 2,4% (en hausse de 6%). 

Le cuivre a glissé de 0,5% (en hausse de 16%).

 Le blé a reculé de 1,1% (en hausse de 2%). Le maïs a reculé de 0,6% (en hausse de 13%). 

Bitcoin a remonté de 2550 $, ou 5,5%, cette semaine à 49 053 $ (en hausse de 69%).

Nouvelles du Coronavirus: inquiétantes

3 mars – Reuters

: «Chris Murray, un expert en maladies de l’Université de Washington dont les projections sur les infections et les décès par COVID-19 sont suivis de près dans le monde entier, change ses hypothèses sur le cours de la pandémie. Murray avait jusqu’à récemment espéré que la découverte de plusieurs vaccins efficaces pourrait aider les pays à obtenir une immunité collective ou à éliminer presque la transmission par une combinaison d’inoculations et d’infections antérieures. Mais au cours du dernier mois, les données d’un essai de vaccin en Afrique du Sud ont montré non seulement qu’une variante de coronavirus à propagation rapide pouvait atténuer l’effet du vaccin, mais aussi faire échapper à l’immunité naturelle des personnes qui avaient déjà été infectées.

 «Je n’ai pas pu dormir» après avoir vu les données, Murray… a déclaré à Reuters… Il met actuellement à jour son modèle pour tenir compte de la capacité des variantes à échapper à l’immunité naturelle et prévoit de fournir de nouvelles projections dès cette semaine. 

Un nouveau consensus émerge parmi les scientifiques, selon des entretiens de Reuters avec 18 spécialistes qui suivent de près la pandémie ou travaillent pour en limiter l’impact. Beaucoup ont décrit avec optimisme la percée à la fin de l’année dernière de deux vaccins… Mais, disent-ils, les données des dernières semaines sur les nouvelles variantes d’Afrique du Sud et du Brésil ont sapé cet optimisme. Ils croient maintenant que le SRAS-CoV-2 ne restera pas seulement parmi nous en tant que virus endémique… mais causera probablement un fardeau important de maladies et de décès pour les années à venir. 

3 mars – Financial Times :

«Les variantes de Covid-19 peuvent être moins dangereuses pour les personnes vaccinées et les patients guéris qu’on ne le pensait auparavant, selon des chercheurs qui ont découvert que le corps humain produit une forte réponse immunitaire cellulaire à certains des les nouvelles souches les plus inquiétantes. L’étude américaine, menée par des chercheurs du La Jolla Institute for Immunology et de l’Université de Californie, a identifié que les réponses des lymphocytes T chez les patients qui avaient été vaccinés ou précédemment infectés étaient tout aussi robustes face à de nouvelles variantes de Covid-19 – y compris ceux identifiés pour la première fois dans le Kent, le Brésil, l’Afrique du Sud et la Californie. On pense que les lymphocytes T, qui peuvent «se souvenir» des infections passées et tuer les agents pathogènes s’ils réapparaissent, ont une grande influence sur la durée pendant laquelle les gens restent résistants aux infections et aux maladies. »

1er mars – Financial Times :

«La variante P.1 Covid-19 qui a été identifiée au Brésil est environ deux fois plus transmissible que certaines autres souches virales et est plus susceptible d’échapper à l’immunité naturelle habituellement conférée par les infection, selon une étude internationale. La recherche, menée par une équipe britannique-brésilienne de chercheurs d’institutions telles que l’université d’Oxford, l’Imperial College de Londres et l’université de São Paulo, a révélé que la variante P.1 était entre 1,4 et 2,2 fois plus transmissible que les autres variantes circulant au Brésil. Il a également été «capable d’échapper à 25 à 61% de l’immunité protectrice provoquée par une infection antérieure» avec une autre variante, ont découvert les chercheurs, signe que les vaccins actuels pourraient également être moins efficaces contre elle.

2 mars – Wall Street Journal :

«Les chercheurs et les médecins tirent la sonnette d’alarme sur une nouvelle souche de coronavirus plus agressive de la région amazonienne du Brésil, qui, selon eux, est responsable d’une récente augmentation des décès, comme ainsi que des infections chez les jeunes, dans certaines régions d’Amérique du Sud. Le bilan quotidien des décès dus à la maladie au Brésil a atteint son plus haut niveau cette semaine, poussant le nombre total de décès dus à Covid-19 dans le pays à plus d’un quart de million. Mardi, le Brésil a signalé un nombre record de 1641 décès liés à Covid. Le Pérou, son voisin, a du mal à enrayer une deuxième vague d’infections. »

2 mars – Bloomberg

: «Le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a levé le mandat du masque et d’autres restrictions anti-pandémie, défiant les avertissements des responsables de la santé sur les dangers de l’abandon de ces précautions trop tôt. À compter du 10 mars, toutes les entreprises seront autorisées à ouvrir à pleine capacité, a déclaré Abbott… Bien que son décret autorise les comtés à réimposer les règles anti-virus en cas de flambée des hospitalisations, il leur interdit d’emprisonner ou de condamner à une amende les contrevenants .

4 réflexions sur “Ne manquez pas la Synthèse. Phase de doute. Taux en hausse. La Fed ne convainc pas.

  1. Element intéressant (et exceptionnel) que vous n’évoquez pas, la chute des bons à 10 ans sur le marché Repo. « the 10Y traded as low as -4.25% in repo, deep below the fails charge of -3% ».

    En raison de la fin de « l’exception SLR » fin mars (qui permettait de retirer les bons du trésor des bilans des banques, leur permettant ainsi d’emprunter davantage – si j’ai bien compris).

    Powell n’a rien dit à ce sujet alors qu’apparemment tout le monde attendait qu’il prolonge cette exception (établie en mars 2020).

    J’aurais beaucoup aimé avoir votre commentaire, votre analyse sur cette question.

    Cordialement

    TD

    https://www.zerohedge.com/markets/repo-wreck-10y-tumbles-below-fails-charge-trades-31-repo

    J'aime

  2. Bonsoir Mr Bertez,

    La hausse des taux américains a t elle un rapport avec les déclarations de  » Guo Shuqing » responsable de la banque centrale chinoise :

    https://fr.sputniknews.com/economie/202103021045295263-la-chine-alerte-sur-un-possible-krach-des-marches-occidentaux-il-faut-etre-tres-vigilant/

    Avez-vous un avis sur cette question : quelles sont les conséquences sur les taux si les chinois ne veulent plus financer le déficit américain ?

    Merci et bonne soirée.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s