Ne manquez pas la synthèse; une semaine ou la folie devient la norme. Débauche financière.

Lors de la récente conférence de presse de la Banque centrale européenne, Lagarde a souligné l’importance des conditions financières pour la politique. Toute la politique vise à maintenir des conditions financières très souples sinon lâches. Dans cet esprit elle affirme vouloir s’opposer à toute hausse des taux sur les marches obligataires.

Lagarde a tellement embrouillé ses explications que beaucoup se demandant si la BCE sait réellement ce qu’elle fait et ce qu’elle vise.


Une bonne mesure des conditions financières devrait indiquer si le système financier aide ou entrave l’économie. Cela ne se borne pas à observer le comportement des taux sur le marché obligataire.

La Réserve fédérale de Chicago ne surveille pas moins de cent cinq mesures financières pour créer un indice des conditions financières. La plupart des mesures de la situation financière incluent les taux d’intérêt du marché, les taux de change, les actions et le crédit au secteur privé.

L’importance relative de certaines parties du système financier a changé au fil du temps. L’importance des mouvements de devises a diminué car une grande partie du commerce mondial a lieu au sein de sociétés multinationales et que les prix intérieurs réagissent moins aux mouvements de devises.

Les marchés boursiers sont devenus moins importants en tant que source de capital et, à mesure que les rachats d’actions, ont réduit le montant des fonds propres disponibles.


Les changements structurels récents, y compris la croissance très rapide des créations d’entreprises, mettent probablement moins l’accent sur les marchés obligataires et davantage sur le crédit personnel; un entrepreneur emprunte à sa famille pour démarrer une entreprise, par exemple.

La hausse des taux longs resserre-t-elle les conditions financières aux USA? on peut en douter!

Ci dessous baisse de 20% de l’ETF Treasuries US de plus de 20 ans.


Tout cela suggère que mettre l’accent sur une mesure rigide des conditions financières comme les taux longs est une erreur .

Pour une fois, les décideurs ont probablement intérêt à être vagues.

En attendant les conditions financières aux USA sont plus que généreuses!

Le total de la dette non financière (NFD) aux USA a clôturé 2020 à 61,167 trillions , soit un record de 292% du PIB. Elle a augmenté de 27,8 trillions , soit 83%, depuis la fin de 2007. La dette NFD a clôturé 2019 à 254% du PIB, contre 230% à la fin de 2007; 189% pour la fin des années 90; 186% à la fin des années quatre-vingt; et 140% pour conclure les années soixante-dix.

La NFD a gonflé d’un montant sans précédent de 6,778 trillions ou 12,5%, en 2020. Pour la perspective, NFD a augmenté en moyenne 1,831 trillions par an au cours de la décennie précédente. 

La bulle du crédit continue d’être alimentée par une expansion ahurissante de la dette publique. 

Les titres du Trésor en circulation ont bondi de 700 milliards de dollars au quatrième trimestre. 

Pour l’ensemble de l’année, les bons du Trésor ont fait un bond sans précédent de 4,582 trillions, soit 24%, pour atteindre un record de 23,601 trillions. Les bons du Trésor ont augmenté de 5,759 trillions, soit 32,3%, sur deux ans. 

Une progression fantastique du capital fictif alors que le système s’appauvrit: c’est le système de John Law, dans lequel on gonfle les « actifs » pour pouvoir augmenter les dettes et ou on gonfle les dettes pour pouvoir augmenter les actifs.

Le capital fictif, c’est à dire la masse de promesses que les autorités osent considérer comme de la richesse a continué de s’envoler: le total des actions a bondi de 8,092 trillions au cours du quatrième trimestre pour atteindre un record de 64,503 trillions , avec un gain impressionnant sur neuf mois de 21,474 trillions ; plus le système s’appauvrit et plus le capital fictif enfle!

Avec un gain de 9,878 trillions pour l’année, le Total des actions a clôturé 2020 sur un record à 308% du PIB. Cela se compare aux pics du cycle précédent de 187% au troisième trimestre 2007 et de 210% au premier trimestre 2000. Il convient d’ajouter que le ratio actions / PIB n’atteignait qu’ un sommet de 71% en septembre 1987, qu’il est tombé à un plus bas post-krach de 54%, et que l’on n’a pas dépassé le sommet de 1987 avant le quatrième trimestre de 1991 (77%).

Le total des titres (dette + actions) a bondi de 9,303 trillions au quatrième trimestre pour atteindre un record de 118,422 trillions . Le total des titres (dette + actions) a gagné 16,378 trillions , ou 16,0%, en 2020, dépassant le record de hausse de 13,191 trillions en 2019.  Le total des titres (dette + actions) a terminé l’année 2020 à un record de 566% du PIB. Ce chiffre est en forte hausse par rapport aux sommets des cycles précédents qui étaien t de 387% au troisième trimestre 2007 et de 368% au premier trimestre 2000.

9 mars – Wall Street Journal :

«Les paris des investisseurs sur la hausse des taux d’intérêt américains mettent à l’épreuve les marchés au comptant à court terme qui constituent de plomberie au système financier. Les hedge funds et autres investisseurs institutionnels paient un taux annuel allant jusqu’à 4% pour emprunter la plus récente émission du bon du Trésor américain à 10 ans sur le marché pour des accords de mise en pension ou des pensions. Ces fonds spéculatifs et d’autres veulent emprunter et vendre les obligations maintenant dans le but de les racheter plus tard pour moins cher, car la hausse des taux américains fait baisser les prix des obligations. 

9 mars – Bloomberg:

«Grâce à la pandémie, les banques américaines ont obtenu une pause réglementaire tant attendue qui leur a permis d’élargir leur bilan de près de 600 milliards de dollars sans avoir à adhérer à des mesures de protection . Maintenant, les entreprises font frénétiquement pression pour prolonger cet allégement avant qu’il n’expire à la fin du mois. Le sursis de ce que l’on appelle le ratio d’endettement supplémentaire – accordé il y a un an alors que Covid-19 secouait les marchés et l’économie – a donné aux prêteurs la liberté de faire le plein de bons du Trésor et de dépôts, tout en évitant de devoir détenir plus de capital en tant que tampon contre les pertes. La Réserve fédérale et d’autres agences ont assoupli les règles parce qu’elles ont déclaré qu’elles souhaitaient que des capitaux excédentaires soient déployés dans les entreprises et les ménages en difficulté.

8 mars – Reuters:

«La Réserve fédérale a annoncé… qu’elle prolongeait de trois mois jusqu’au 30 juin une facilité de liquidité d’urgence destinée à aider les prêteurs à accorder des secours aux petites entreprises dans le cadre du programme de protection des paies. … La Fed a déclaré que trois autres facilités d’urgence – la facilité de financement du papier commercial, la facilité de liquidité des fonds communs de placement du marché monétaire et la facilité de crédit du courtier principal – expireraient comme prévu le 31 mars.

10 mars – Associated Press :

«Le déficit budgétaire du gouvernement américain jusqu’en février a atteint un niveau record de 1,05 trillion de dollars pour les cinq premiers mois de cette année budgétaire… Le déficit… d’octobre à février était 68% plus élevé que le déficit de 624,5 milliards de dollars enregistré au cours de la même période l’an dernier. Il a facilement dépassé le déficit quinquennal précédent de 652 milliards de dollars établi en 2010 lorsque le gouvernement dépensait pour tenter de sortir le pays de la profonde récession provoquée par la crise financière de 2008. Le Congressional Budget Office a prévu que le déficit pour l’année budgétaire qui se terminera le 30 septembre sera de 2,3 trillions de dollars. Cependant, cette estimation n’inclut pas le coût des esures de 1,9 trillion de dollars du président Joe Biden … »

8 mars – Bloomberg :

«Une variante hautement infectieuse de Covid-19 circule largement en Floride, ce qui suscite l’inquiétude qu’une résurgence du virus soit possible dans l’État et au-delà, alors même que les cas et les hospitalisations chutent considérablement. En Floride, comme ailleurs aux États-Unis, les cas de Covid, les hospitalisations et les décès ont considérablement baissé… Mais les conditions ne s’améliorent pas aussi rapidement dans le Sunshine State, du moins dans certaines catégories clés. Le taux par habitant de patients atteints de Covid-19 actuellement dans les hôpitaux de Floride est maintenant supérieur d’environ 25% à la moyenne nationale. »

11 mars – CNN :

«Une deuxième vague de Covid-19 déchire le Brésil, poussant les hôpitaux et les unités de soins intensifs vers l’effondrement et entrainant un nombre record de décès quotidiens. Alors qu’une nouvelle variante du coronavirus se propage dans tout le pays, de nombreux Brésiliens continuent de défier les restrictions de mobilité à l’instar du président Jair Bolsonaro, qui a récemment déclaré que les gens devaient «  cesser d’être des sissies  » et «  se plaindre  » du virus.

L’euphorie fait a nouveau battre de nouveaux records

Le S & P500 a bondi de 2,6% (+ 5,0% en glissement annuel) et le Dow Jones a bondi de 4,1% (+ 7,1%). 

Les services publics ont augmenté de 4,5% (en baisse de 1,5%). 

Les banques ont progressé de 4,3% (en hausse de 26,0%) et le courtier / négociants a bondi de 5,8% (en hausse de 20,8%). 

Les Transports progressent de 3,9% (+ 13,2%). 

Le S&P 400 des Midcaps a bondi de 5,3% (+ 14,7%), et les small cap du Russell 2000 ont bondi de 7,3% (+ 19,1%). 

Le Nasdaq100 a rebondi de 2,1% (en hausse de 0,4%). 

Les semi-conducteurs ont récupéré 1,5% (+ 6,1%). 

Les Biotechs ont augmenté de 0,2% (en baisse de 3,5%). 

Avec une hausse du lingot de 26 $, l’indice des mines d’or HUI a rebondi de 3,5% (en baisse de 9,5%).

Après une pause-hésitation les taux longs montent à nouveau

Les taux des bons du Trésor à trois mois ont terminé la semaine à 0,02%. Les rendements gouvernementaux à deux ans ont ajouté un point de base à 0,15% (en hausse de 3 points de base en glissement annuel).

 Les rendements des bons du Trésor à cinq ans ont augmenté de quatre points de base à 0,84% (en hausse de 48 points de base). 

Les rendements des bons du Trésor à dix ans ont bondi de six points de base à 1,63% (en hausse de 71 points de base). 

Les rendements des obligations longues ont augmenté de 8 points de base à 2,38% (+ 73 points de base). 

Les rendements de l’indice de référence Fannie Mae MBS ont bondi de neuf points de base à 1,97% (en hausse de 62 points de base).

Les rendements des Bunds allemands sont restés inchangés à -0,31% (hausse de 26 pb). Les taux français ont reculé de 2 pb à 0,07% (+ 27 pb). Le spread des obligations franco-allemandes à 10 ans s’est rétréci d’environ 2 à 24 pbs

Les rendements grecs à 10 ans ont chuté de 14 pb à 0,82% (en hausse de 20 pb en glissement annuel). Les taux portugais à dix ans ont chuté de neuf points de base à 0,20% (en hausse de 17 points de base). Les rendements italiens à 10 ans ont chuté de 13 pb à 0,62% (+ 8 pb). Les rendements à 10 ans de l’Espagne ont reculé de six points de base à 0,33% (en hausse de 28 points de base). 

. Les rendements des gilts à 10 ans au Royaume-Uni ont augmenté de sept pb à 0,82% (en hausse de 63 pb). L’indice actions britannique FTSE a progressé de 2,0% (+ 4,7% sur un an).

L’indice japonais Nikkei Equities a bondi de 3,0% (en hausse de 8,3% en glissement annuel). Les rendements japonais «JGB» à 10 ans ont gagné trois points de base à 0,12% (en hausse de 10 points de base en glissement annuel). 

Hausse en Europe:

Le CAC40 en France a bondi de 4,6% (+ 8,9%). L’indice boursier allemand DAX a progressé de 4,2% (+ 5,7%). 

L’indice boursier espagnol IBEX 35 a progressé de 4,3% (+ 7,1%). L’indice italien FTSE MIB a bondi de 5,0% (+ 8,5%).

Les actions des marchés émergents étaient mitigées

L’indice Bovespa du Brésil a reculé de 1,0% (en baisse de 4,1%), tandis que le Bolsa du Mexique a bondi de 3,1% (en hausse de 8,4%). 

L’indice Kospi de la Corée du Sud a augmenté de 0,9% (+ 6,3%). 

L’indice boursier indien Sensex a augmenté de 0,8% (+ 6,4%). La bourse chinoise de Shanghai a chuté de 1,4% (en baisse de 0,6%).

 L’indice turc Borsa Istanbul National 100 a augmenté de 1,0% (+ 5,5%). 

L’indice boursier russe MICEX a bondi de 3,7% (+ 7,6%).

La finance regorge

Les fonds obligataires de bonne qualité ont enregistré des entrées de 3,308 milliards de dollars.

La semaine dernière, le crédit de la Réserve fédérale a augmenté de 24,2 milliards de dollars à 7,531 trillions. Au cours de la dernière année, le crédit de la Fed a augmenté de 3,309 trillions, soit 78,4%. Le crédit de la Fed a gonflé 4,720 trillions de dollars, soit 168%, au cours des 435 dernières semaines. 

Ailleurs, les avoirs de la Fed pour compte des propriétaires étrangers de valeurs du Trésor et de la dette des agences la semaine dernière ont bondi de 25,2 milliards de dollars à 3,570 trillions . 

Les actifs totaux des fonds monétaires ont progressé de 29,7 milliards de dollars à 4,392 trillions. Le total des fonds monétaires a bondi de 615 milliards de dollars en glissement annuel, soit 16,3%.

Hausse des taux hypothecaires

Les taux hypothécaires fixes Freddie Mac à 30 ans ont augmenté de trois points de base pour atteindre un sommet de 3,05% en sept mois (en baisse de 31 points de base en glissement annuel). 

Les taux à 15 ans ont gagné quatre points de base à 2,38% (en baisse de 39 points de base). Les taux d’ARM hybrides sur cinq ans ont augmenté de quatre points de base à 2,77% (en baisse de 24 points de base). 

L’enquête de Bankrate sur les coûts d’emprunt hypothécaire jumbo avait des taux fixes sur 30 ans en hausse de trois pb à 3,23% (en baisse de 74 pb).

Sur les devises:

Pour la semaine, l’indice du dollar américain a reculé de 0,3% à 91,679 (en hausse de 2,0% en glissement annuel). 

Pour la semaine à la hausse, le peso mexicain a augmenté de 3,0%, le rand sud-africain 2,7%, le real brésilien 2,3%, le dollar canadien 1,5%, la couronne norvégienne 1,4%, le dollar australien 1,0%, la couronne suédoise 0,7% , la livre britannique 0,6%, l’euro 0,3% et le dollar néo-zélandais 0,1%. 

Pour la semaine à la baisse, le won sud-coréen a reculé de 0,7%, le yen japonais de 0,7%, le dollar de Singapour de 0,2% et le franc suisse de 0,1%. Le renminbi chinois a reculé de 0,18% par rapport au dollar cette semaine (en hausse de 0,29% en glissement annuel).

Sur les produits de base: pause

L’indice Bloomberg Commodities a peu changé (en hausse de 10,1% en glissement annuel). 

L’or au comptant a rebondi de 1,6% à 1727 $ (en baisse de 9,0%). L’argent a récupéré 2,7% à 25,919 $ (en baisse de 1,8%). 

Le brut WTI a glissé de 48 cents à 65,61 $ (en hausse de 35%). L’essence a augmenté de 4,1% (+ 53%), tandis que le gaz naturel a chuté de 3,7% (+ 2%).

 Le cuivre a gagné 1,6% (+ 18%). 

Le blé a chuté de 2,2% (inchangé). Le maïs a reculé de 1,2% (en hausse de 11%). 

Bitcoin a gagné 7913 $, soit 16%, cette semaine à 56966 $ (en hausse de 96%).

En Prime quelques photos sur la folie speculative:

11 mars – Financial Times : «L’industrie des fonds négociés en bourse a réalisé son début d’année le plus chaud de son histoire avec un nouveau record de 139,5 milliards de dollars d’entrées mensuelles en février …. les investisseurs ont utilisé Les ETF pour injecter des liquidités dans les actions… l’industrie des ETF a augmenté de 5,7% par rapport au meilleur mois précédent pour les nouvelles affaires à 132 milliards de dollars, établi pas plus tard qu’en novembre, selon ETFGI… Les investisseurs du monde entier ont alloué 222,5 milliards de dollars de nouvelles liquidités aux ETF au cours des deux premiers mois de 2021, plus du double de la même période l’an dernier. »

7 mars – Wall Street Journal ):

«Même après la baisse de la semaine dernière, on a l’impression que la plupart des gens pensent que les marchés ne peuvent que monter. Achetez ! Actions . Obligations. SPAC. Immobilier. Produits de base. Crypto. Jetons non fongibles de 200 000 $, connus sous le nom de NFT, avec des extraits de LeBron James. Même GameStop vole à nouveau. 

Le sentiment est le suivant: les actifs augmentent; conserver de l’argent c’est pour les perdants. 

Cela n’a pas été un mauvais pari. 

8 mars – Bloomberg :

«Chaque fois que la cupidité se fracasse sur la réalité et que les marchés s’effondrent, les pros de Wall Street admettent généralement qu’ils sentaient que la fin approchait. Les signes avant-coureurs étaient si familiers, avouent-ils tardivement, qu’il était difficile de croire que quiconque pouvait les manquer. La chaîne des imbéciles s’épuisait. Cela ne peut pas durer. Aujourd’hui, ces mots sobres sont à nouveau chuchotés dans la finance américaine, cette fois à propos de l’un des plus gros « pognons » du secteur, les SPAC. 

Ce sont des sociétés de chèque en blanc.

Qui n’a pas encore entendu parler des SPAC? Ces coquilles cotées en bourse sont créées dans un seul but: collecter de l’argent puis fusionner avec de vraies entreprises qui rapportent réellement de l’argent. De nos jours, tout le monde semble en faire un. Des personnalités sportives comme Alex Rodriguez et Shaquille O’Neal; l’ancien président de la Chambre, Paul Ryan; Les faiseurs de pluie de Wall Street comme Michael Klein – la liste est longue. Le décompte des 15 derniers mois s’étend à 474 SPAC. Ensemble, ils ont levé 156 milliards de dollars. »

10 mars – Bloomberg

: «L’engouement pour les véhicules électriques est un signe classique d’une« illusion du grand marché »qui a piégé les investisseurs tout au long de l’histoire, selon le pionnier quantitatif Rob Arnott. Le rallye de 600% en un an qui a porté la valeur combinée de huit fabricants à 1 trillion de dollars fait de chaque entreprise un grand gagnant du boom des énergies propres.  »

11 mars – Bloomberg :

«Jeudi, une œuvre d’art numérique de moins d’un mois a été vendue 60,25 millions de dollars chez Christie’s à New York, brisant tous les records précédents pour le médium .. Les enchères ont débuté à 100 $ le 25 février. «Le premier jour des enchères a été l’un des événements les plus magiques de ma carrière aux enchères», déclare Noah Davis, un spécialiste chez Christie’s qui a organisé la vente. «Je n’ai jamais rien vu de tel.»

12 mars – Wall Street Journal :

«Christie’s a déclaré qu’un investisseur en crypto-monnaie basé à Singapour, Metakovan, avait remporté le collage numérique de 69 millions de dollars de Beeple aux enchères – une vente qui a battu des records sur les marchés de l’art et des jetons non fongibles, ou NFT. L’identité de Metakovan n’a pas pu être déterminée, mais il est largement connu dans les cercles de crypto-monnaie. Un porte-parole de lui, qui passe par Twobadour, a confirmé l’achat… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s