fiscalité: morale et politique contre la stratégie

Le président américain Joe Biden proposera de presque doubler le taux d’imposition des plus-values ​​sur les riches pour financer des programmes visant en partie à corriger les inégalités économiques historiques.

Pour ceux qui gagnent 1 million de dollars ou plus, le nouveau taux maximal, couplé à une surtaxe existante sur le revenu de placement, signifie que les taux d’imposition fédéraux pour les investisseurs fortunés pourraient atteindre 43,4%.

Sans surprise, les républicains ont critiqué l’initiative tout en louant leur propre refonte fiscale de 2017.

Commentaire:

C’est par des décisions stupides de ce genre qu’un jour les politiciens déclencheront la grande crise, la vraie.

Hausser les impôts est une mesure spontex, , à courte vue qui donne certes une petite satisfaction à la morale et aux clientèles politiques, mais sur le fond c’est une idiotie.

Avoir une stratégie c’est articuler des actions qui concourent à un but bien défini, prioritaire ; le but prioritaire depuis 1 an est de maintenir l’outil de travail, l’offre et les débouchés.

Le problème vient du surendettement du système des « corporates »; surendettement qui augmente le facteur risque. Elles se sont surendettées et souffrent d’une insuffisance de capitaux propres qui va induire une recession ou des tendances récessives de type réquilibrage bilantiel. Le levier est excessif.

Quelle stratégie en pareille situation?

Réponse, profiter de la surévaluation des actifs financiers pour réduire l’insuffisance de fonds propres de l’appareil économique.

Il faut mettre en place des dispositifs qui donnent le choix entre être taxés fortement ou remettre au pot.

En clair, il faut agiter la menace de taxation afin de forcer à la fin de la grève du capital. Il faut faire sortir le capital des parkings. Une mesure comme par exemple l’exonération de taxation des plus values sous contrainte de souscription à des augmentations de fonds propres est une piste. Des obligations de remploi en quelque sorte.

Récupérer la bulle! La confisquer ou la convertir

Inciter aux augmentations de capital, lutter contre les buy backs qui décapitalisent et favoriser au maximum le remploi en dépenses d’équipement.

Il faut non pas taxer les enrichissements boursiers tombés du ciel mais les obliger par de mesures fiscales adéquates à se convertir en fonds propres . Parallèlement il est opportun d’inciter aux investissements par exemple par la fiscalité sur les amortissements.

Il faut réduire le risque et élargir la base capitalistique des entreprises malmenée par la financiarisation .

Taxer le capital est justifié moralement et politiquement mais stupide économiquement et financièrement.

La vraie stratégie productive de renforcement de l’économie doit passer par la conversion, l’incitation à recapitaliser au lieu de décapitaliser. Il faut en quelque sorte tordre le bras des détenteurs du capital fictif , boursier à le réinjecter dans les entreprises . Pas le confisquer au profit des gouvernements.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s