La re-syndicalisation contre la fascisation. Lisez c’est le 1er Mai.

La question syndicale revient au premier plan aux USA.

Logiquement elle devrait redevenir d’actualité en Europe également.

Mes vues sur cette question sont complexes et non définitives;

Je ne partage pas l’hostilité des Autrichiens de chez Mises envers les syndicats, je suis partisan d’une societé de lutte, de combat, dans laquelle chacun lutte pour son être et son identité conformement a ce qu’il est.

Sans compromis.

La societe du pseudo dialogue n’est pas pour moi, c’est une mystification patronale et gouvernementale pour emasculer les salariés du style Yvon Chotard. C’est la société de la CFDT, de l’Ecole d’Uriage, de Mussolini, de Pétain, fascisante ou on nie les classe sociales , les différences afin de mieux appliquer les massifications qui conviennent aux fascistes .

Je soutiens et je demontre que le regime de Macron qui se voulait « en avant », ni droite ni gauche est authentiquement préfasciste avec en prime le narcissisme exacerbé du Chef.

Je me bats pour un société de dignité, ou les particpants s’affrontent à la fois pour leurs interets mais aussi pour le bien commun qui en résulte. Dans cette société le Gilet Jaune a plus de dignité que Bruno Le Maire ou Castex.

Je ne vois pas pourquoi les salariés ne pourraient pas lutter eux aussi avec leurs armes et leurs groupements . Je ne vois pas pourquoi le syndicalisme se plierait aux règles du jeu élaborées par ses adversaires … pour le baiser!

Je suis pour un syndicalisme fort et de combat. Et pour un état arbitre.

La plus belle periode de ma vie fut quand j’ai affronté le puissant et stalinien Syndicat du Livre de Roger Lancry . Quel beau combat ! Encore que Lancry était déja titillé par la connivence …

La chute des syndicats est un effet du développemnt inégal entre structures, superstructures et infrastructures. Ce sont des institutions et structures qui ont des monopoles et donc à ce titre des rentes et ces rentes les pourrissent.

Pour avoir de belles luttes, sources de progrès il faut foutre en l’air les syndicats actuels et les remplacer par des organisations adaptées, compétitives, rudes à la peine .

Les organisatrions actuelles sont corrompues , fonctionnarisées et elles ont perdu toute légitimité, comme les partis politiques d’ailleurs.

Tout cela est pourri et vérolé , ce sont des survivances d’une époque;, celle de la révolution industrielle, du fordisme, celle ou la prolétarisation était visible et ou les prolétaires avient une conscience de classe .

Tout est à refaire.

C’est ce que nous disent les avant gardes autonomes que l’on désigne comme blackblocs. C’est ce que disent les affrontements spontex qui fleurissent un peu partout et à tout propos dans nos sociétés.

L’urgence est de sortir du syndicalisme de connivence , de dialogue et de subventions. Ou encore de pantouflage et de tourniquet.

Dans tourniquet comme on dit il y a niquer … niquer les travailleurs. Niquer les salariés c’est niquer toute la société, c’est la faire marcher à coté de ses pompes.

La syndicalisation aux USA

Union Membership in the United States, 1930-2010

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s