A écouter, sans parti pris. Ecouter c’est déja lutter.

A écouter, sans parti pris. En vous informant, en vous instruisant vous luttez pour votre avenir et celui de vos enfants.

Nous les citoyens, nous avons à lutter à plusieurs niveaux: pour notre santé, pour notre liberté, pour notre dignité. Ils se servent du prétexte de la crise sanitaire pour asseoir leur domination et préparer les armes qui leur seront nécessaires lors des inéluctables crises économiques, monétaires, politiques et sociales à venir.

Ne vous y trompez pas, c’est une forme de chaos qui nous attend: le système n’arrive plus à se reproduire à l’identique. Le problème climatique n’est qu’un des aspects de la crise d e reproduction. Il y a celui de la rivalité hégémonique entre les bloc américain et le bloc asiatique. Il y a celui de l’excès de dettes et de promesses sociales que l’on ne peut tenir. Il y a celui de l’envahissement par l’innovation technologique non maitrisée etc Et puis le problème du développement inégal au sein des nations et sur la planète elle même.

La crise sanitaire est bien sur réelle, mais sur cette crise ils ont greffé une construction parallèle qui s’inscrit dans un agenda de prise de pouvoir et de contrôle de l’évolution de la société. Comme l’a dit l’ancien maire de Chicago: ils n’ont pas gaspillé les opportunités que leur donnaient une bonne crise.

L’enjeu des luttes c’est la forme future de l’évolution, son contenu, et les élites veulent décider de l’avenir, imprimer aux évolutions les torsions qui leur conviennent le mieux. Elles veulent les infléchir, les tordre.

Nos systèmes ne peuvent plus supporter les libertés qu’il nous avait promis: il ne peut plus être démocratique, il doit devenir élitiste, gouverné. Il doivent être pilotés, dirigés pensent-ils par une élite de stake holders, c’est à dire de parties prenantes.

Ils veulent concurrencer les dieux, ils veulent voler votre destin.

Les agendas comme la lutte pour la planète impliquent une restriction des libertés individuelles et la montée du collectif tels que les élites le définissent. Par par ailleurs le système de l’accumulation capitaliste ayant touché ses limites de rentabilité et d’endettement, il faut revenir en arrière sur certaines questions tout en conservant le Pouvoir.

Il faut aller vers une pseudo démocratie réduite aux détails de la couleur de la peinture dans les immeubles ou des programmes de télévison.

Il faut évacuer le mythe de la liberté des prix et de la concurrence pure et parfaite, restaurer les monopoles et oligopoles, le dirigisme d’état et des institutions supranationales. il faut contrôler la formation des prix, et la répartition des revenus et des patrimoines; il faut initier une transition de l’idéologie du marché de la main invisible vers une idéologie du bras de l’état, dirigé par les Sujets Sachants. par des initiés. Promethée est leur modèle.

Et enfin , last but not least il faut que tout ceci se fasse dans le respect de l’ordre ancien c’est dire des privilèges existants. Bref il faut qu’il y ait adaptation mais sous contrôle et sous contrôle de qui? Sous contrôle des puissants, des privilégiés de l’ordre actuel. Je n’ai rien contre Bill Gates ou Elon Musk mais dans leurs prétentions de démiurges, ils sont les caricatures de cet ordre, les émergences ridicules.

Ils, les stake holders , les nobles du système, investissent voila mon diagnostic

Vous aussi devez investir et vous devez d’autant plus le faire que vous avez peu d’alliés sur qui compter.

Une réflexion sur “A écouter, sans parti pris. Ecouter c’est déja lutter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s