Pour réfléchir sur le relativisme, la monnaie pur signe, le Bitcoin et la destruction de nos sociétés.

Voici un document que j’ai déjà diffusé. Il s’agit d’une intervention, à mon avis rémunérée, du philosophe Jean Joseph Goux sur Le Bitcoin.

Goux est pour moi un dé-constructeur, génial, mais destructeur du type « Woke ». Cela n’empêche pas ses réflexions sur la monnaie, la valeur, l’art, le père, le langage, le phallus d’être fascinantes.

Ce qui est intéressant c’est son survol de la monnaie et en particulier le moment ou il parle de la conception de l’économie politique classique, celle de Turgot qui déclarait en 1766 qu’une monnaie de pure convention est une chose impossible.

Ecoutez bien et réfléchissez comme on dit, c’est là que cela se passe: la monnaie-valeur ou la monnaie signe de valeur.

Goux explique fort bien la genèse de la monnaie « signe » , ce qui débouche sur la question de la monnaie-convention.

La monnaie convention n’est pas contrairement aux illusions un peu malhonnêtes des MMTistes une monnaie d’état; non c’est une monnaie qui vient d’en bas c’est à dire que ce sont les gens qui « font monnaie » par leur croyance au caractère monétaire de ce qui est reconnu comme monnaie. On rejoint ici Spinoza et ses suiveurs comme André Orlean.

En passant j’en profite pour vous intéresser à une découverte d’André Orlean qui explique que la monnaie n’est pas seulement l’équivalent de toutes les marchandises mais l’équivalent de tous les désirs, c’est une idée riche qui explique son caractère fétiche et universellement désirable par exemple.

Je ne vais pas plus loin car ceci me conduirait à écrire non pas un livre mais toute une collection , je veux juste vous mettre l’eau à la bouche et vous donner envie de creuser tout cela.

Sachez que je ne partage pas la conviction des « relativistes » c’est à dire de ces gens qui croient que la Valeur n’existe pas comme le prétend Pareto et que je considère que la « valeur » et le « prix » sont des concepts distincts. La valeur ne serait que le prix à l’instant « t » disent les relativistes qui fétichisent l’échange c’est à dire la rencontre de l’offre et de la demande.

La « valeur » dans ma conception c’est comme la « vérité » c’est un horizon. Ce n’est pas parce que ce n’est pas un fait comme le prix qu’elle n’agit pas comme référence implicite des échanges qu’ils soient monétaires ou verbaux/langagiers. Nous échangeons les mots par référence à quelque chose de commun, de partagé: le sens et la stabilité du sens, et c ‘est la même chose pour la monnaie.

C’est ce n’est pas pour cela que cela n’existe pas. Ceux qui veulent nous faire croire que cela n’existe pas et que tout est suspendu dans les airs , sans ancrage ce sont ceux qui manipulent la monnaie, les prix, la création de monnaie, qui enflent le marché du Bitcoin comme les politiciens qui mentent et manipulent le sens des mots, les inversent etc.

2 réflexions sur “Pour réfléchir sur le relativisme, la monnaie pur signe, le Bitcoin et la destruction de nos sociétés.

  1. Merci pour le partage et bon Dimanche Monsieur !
    je retiens juste une phrase :

    « la monnaie a une valeur, parce que tout le monde pense qu’elle a une valeur » !

    J'aime

    1. Vous avez raison de retenir cette phrase, elle va au fond des choses.

      Notre système se trouve dans la même situation que le système soviétique : toutes les valeurs sont fausses à la fois en absolu et en relatif c’est à dire les unes par rapport aux autres.

      Mais il faut corriger ou préciser: ce qui est faux ce ne sont pas les valeurs mais les prix.

      Les valeurs elles sont inchangées, elles sont ce qu’elles sont.

      Notre société confond maintenant les valeurs et les prix lesquels sont frivoles, suspendus dans les airs et donc instables sur le long terme . Les prix refletent un odre social/mondial qui a ce stade n’est plus viable, il s’auto condamne.

      Les démiurges ont enfanté un monde imaginaire dans lequel la logique des signes a remplacé la logique du vivant, de la survie, de la rareté et de la finitude.

      Notre système de prix faux ne dirige plus les affectations de ressources là ou elles doivent aller.

      L’argent va à la vanité, au virtuel, à la déviance, il ne concourt plus à notre adaptation au monde, notre système de prix qui devrait être un système de signaux utiles, nous désadapte.

      Le prix dans lequel tout est exprimé est le prix le plus faux de tous, le prix de la monnaie, le prix du temps.

      Et c’est ce prix central qui, un jour, à la faveur d’un choc va se corriger provoquant toutes les corrections en chaine.

      On n’échappe pas à ce que l’on appelle la Réconciliation, réconciliation de notre imaginaire fracassé par le retour en force du réel.

      Les guerres par exemple sont une occasion de retour en force des vraies valeurs et nous approchons à grands pas de la guerre, gui sera provoquée par la volonté de l’empire ancien de se prolonger face à la montée de l’empire nouveau asiatique .

      Ou bien la guerre intérieure, domestique, le terrorisme, le retour en force de la violence qui fera comprendre par exemple qu’il vaudra mieux avoir un fusil que du Bitcoin!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s