Nouvelle affaire du RN: les plus salopards sur l’échiquier politique, social et médiatique, ne sont pas ceux que l’on croit!

Régis de Castelneau a écrit un bon ouvrage sur les tentations politiques de la Justice et le paradoxe qui en découle; la justice aide le Pouvoir dans ses basses besognes (Fillon) , mais en même temps elle veut exister en tant que pouvoir autonome. Elle prétend elle même au pouvoir.(Sarkozy)

Sur cet aspect on verra ce qu’il en adviendra s’agissant des procès Sarkozy: la classe « justice » ira-telle jusqu’au bout en défiant le pouvoir politique qui protège Sarkozy ou bien se couchera-t-elle?

Ici dans cette nouvelle intervention de la justice dans le champ politique nous sommes à nouveau sur la branche instrumentalisation. Celui qui tire les ficelles est certainement Dupond Moretti. Régis de Castelneau analyse fort bien la chose. Mais j’aimerai a jouter un aspect qui n’est jamais évoqué.

Casleneau nous dit à juste titre: « Marine Le Pen est soutenue par l’électorat des couches populaires qui lui garantissent un socle solide. Et sa présence au second tour apparaît inéluctable« .

Ce faisant il reste dans le cadre tracé par les pouvoirs depuis Mitterrand , il met Marine le Pen au centre du cadre comme si la question politique et démocratique était à ce niveau. Et en posant Marine Le Pen au centre du tableau il passe à coté de l’essentiel à savoir il y a un socle solide de 30 % de citoyens qui représente l’électorat populaire qui est une fois de plus lésé, sali, attaqué, neutralisé, diabolisé.

Le scandale, l’inadmissible est que l’on laisse à la tête d’un parti politique, par le biais des médias qui le promeuvent, une équipe de gens qui radicalement sont étiquetés infréquentables ou inéligibles. Un vrai démocrate soucieux de reconcilier la France, de la rendre gérable, aurait à coeur de favoriser une authentique recomposition politique conforme à notre époque, à nos valeurs et à nos besoins.

Mais on les laisse a la tète, on assure leur promotion médiatique puis on tire le tapis et on dit ce sont gens pestiférés.

Les plus salopards sur l’échiquier politique, social et médiatique, en sont pas ceux que l’on croit!

Le scandale n’est pas que l’on attaque Marine Le Pen mais que l’on disqualifie la représentation politique de près ou plus d’un tiers des Français! Je dis « près ou plus » car on peut supposer que si le RN et Marine Le Pen n’étaient pas en permanence salis il y a aurait des sympathisants qui viendraient de temps à autres s’y agglutiner. On le voit aux présidentielles le camp RN reçoit quelques renforts qui complètent régulièrement son socle.

Un RN propre, débarrassé de la Famille Le Pen serait à mon sens hégémonique sur la scène politique française., au minimum il serait incontournable.

Ainsi le jeu des élites et de la classe politicienne se comprend mieux; leur intérêt est de maintenir la famille Le Pen au pouvoir , de laisser le RN être la boutique familiale qu’il est, et ainsi l’empêcher de remplir son rôle de représentation des salariés Français plutôt nationalistes, souverainistes, plutot conservateurs.

Les attaques contre le RN sont hypocrites car elles visent à maintenir au pouvoir partisant une famille et une structure qui sur le fond objectivement servent les intérêts des nantis, ultra nantis et des marginaux profiteurs.

Lisez Régis de Castelneau

À un an de l’élection présidentielle, l’instrumentalisation politique de la justice reprend du service.

La sérieuse crise multiforme que traverse notre pays semble favoriser la candidature de Marine Le Pen en 2022, ce que reflètent sondages et études d’opinion et annonce probablement des élections régionales et départementales douloureuses pour Macron et son parti croupion. La possibilité d’une victoire de la candidate du Rassemblement national l’année prochaine n’est plus une hypothèse que l’on pourrait écarter d’un revers de main, ce qui ne manque pas de provoquer une certaine fébrilité dans le microcosme politique confronté à une réalité incontournable : Marine Le Pen est soutenue par l’électorat des couches populaires qui lui garantissent un socle solide. Et sa présence au second tour apparaît inéluctable.

Alors comme par hasard, paraît opportunément dans la presse amie du pouvoir un document mettant en cause le Rassemblement national pour l’utilisation de ses attachés parlementaires européens. Nouvelle violation flagrante du secret de l’instruction, qui n’aura bien évidemment et comme d’habitude aucune suite judiciaire, ce genre de violation de la loi laisse systématiquement les parquets français inertes. Cette fuite opportune peut avoir plusieurs sources, magistrats, policiers ou avocats. Et certaines mauvaises langues noteront que l’association Anticor vient de récupérer, malgré toutes les objections juridiques, l’agrément lui permettant d’accéder à certains dossiers. D’autres y voient la main de l’actuel Garde des Sceaux, c’est malheureusement tout à fait plausible. Sur le fond, il faut rappeler que c’est un dossier ouvert il y a plus de cinq ans, et qui ressort médiatiquement à chaque occurrence électorale. Curieusement, ce fameux rapport n’a pas été versé au dossier de l’instruction et par conséquent les avocats de la défense n’y ont pas eu accès !

J’ai publié il y a quelques semaines un ouvrage où je pointais le dévoiement de notre justice dans sa volonté de jouer un rôle directement politique comme l’a démontré la disqualification judiciaire de François Fillon au printemps 2017 pour ne prendre que cet exemple. J’avais décrit le fameux triptyque du soutien d’une partie importante de la magistrature au système Macron : poursuivre les adversaires, protéger les amis et réprimer brutalement les mouvements sociaux. J’avais précisé qu’à mon sens, les mêmes acteurs judiciaires étaient parfaitement décidés à réintervenir si nécessaire, pour fausser le processus démocratique de 2022.

Cette soudaine offensive médiatique à ce moment-là le démontre. Au PNF et au pôle d’instruction, on est l’arme au pied, prêt à intervenir comme en 2017 et permettre la réélection d’Emmanuel Macron en disqualifiant les adversaires susceptibles de le mettre en difficulté. Ils ont déjà tout ce qu’il leur faut en magasin et d’ailleurs pas seulement contre Marine Le Pen. Concernant cette dernière, c’est l’affaire des assistants parlementaires européens qui mijote, et à l’occasion de laquelle la justice française s’arroge le droit de contrôler le travail politique fait par les assistants des députés.

Jean-Luc Mélenchon quant à lui est également dans la marmite judiciaire pour la même chose, mais aussi pour le financement de sa campagne. L’instruction dort paisiblement depuis les fameuses et bruyantes perquisitions. Le patron de LFI avait protesté avec force et même fait réaliser un documentaire dénonçant l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques. Malheureusement, il a changé son fusil d’épaule et, avec les députés de son groupe, il ne cesse de jouer la connivence avec ces magistrats pour lesquels il n’avait auparavant pas de mots assez durs, en les bombardant de plaintes à l’encontre des « militaires factieux » qui nous concocteraient un coup d’État nazi, jusqu’au pauvre Alain Finkielkraut maniant mal le second degré. Tout cela en ménageant soigneusement Éric Dupond Moretti ou reprenant à son compte toutes les revendications sociétales du Syndicat de la Magistrature. Alors si Jean-Luc Mélenchon s’imagine que cela le mettrait à l’abri si jamais il redevenait politiquement crédible au printemps 2022, on est contraint de lui dire que ce n’est même pas en rêve. Les magistrats et la presse dont elle est l’instrument n’auront aucun état d’âme. Mais cela vaut également pour d’autres. François Bayrou par exemple aura intérêt à filer doux, et ranger ses revendications, il est lui aussi dans la seringue judiciaire. De toute façon, les choses sont simples : malheur à tous ceux qui seraient susceptibles de gêner la réélection du président que les magistrats se sont choisi en 2017.

C’est uniquement pour cette raison que le couple médiatico-judiciaire replace aujourd’hui Marine Le Pen dans le viseur et se livre à cette manipulation.

Régis de Castelnau

Une réflexion sur “Nouvelle affaire du RN: les plus salopards sur l’échiquier politique, social et médiatique, ne sont pas ceux que l’on croit!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s