Editorial important. La Fed a baissé son pantalon. Ils sont impuissants. Des illusionnistes

Je vois des titres de dépêches qui qualifient la Fed de hawkish, faucon!

je vois des titres du genre; « la Fed siffle la fin de la récréation« .

Et comme s’il n’y avait pas assez de malaise sur les marchés après le résultat quelque peu surprenant de la réunion de la Fed, voila le président de la Fed de Saint-Louis, Bullard, qui en rajoute vendredi matin avec des commentaires chargés de menace: l’inflation est plus intense que prévu! « Attention à l’inflation » nous dit Bullard le poisson-pilote-girouette, 23 jours après avoir dit qu’elle était bénigne!

J’hallucine!

Pour les Bourses, ce fut un contrepied fascinant: un bain de sang pour la spéculation sur marge ou sur levier.

Le S&P500 a chuté de 1,9% .

Par secteur S&P, l’indice des matériaux a chuté de 6,3%, l’énergie de 5,2% et l’industrie de 3,8%. 

L’indice NYSE Gold BUGS a chuté de 11,8 %. L’indice des services pétroliers de Philadelphie a chuté de 6,3 %.

Les Utilities ont perdu 3,1% (+0,9%). 

Les banques ont chuté de 7,8% . 

Les Transports s’effondrent de 4,6%. Le S&P 400 Midcaps a perdu 4,1% et le small cap Russell 2000 a perdu 4,2% .

Ceux qui pariaient sur une courbe des taux plus pentue – un pari logique dans le contexte actuel de pressions inflationnistes croissantes et d’une Fed « en retard » – ont pris un bon coup derrière les oreilles . 

L’écart entre les rendements des bons du Trésor à deux ans et à 30 ans a clôturé la séance de mardi (avant la réunion) à 202 points de base. Dans une course folle pour dénouer les positions sur les « pentes de courbe », cet écart s’était contracté de 26 points de base à 176 points de base à la clôture de vendredi. Le spread 5-30 ans est passé de 140 à 113 bps.

Les shorts en dollars ont également été scalpés !  Le Dollar Index a bondi de 1,8 % pour atteindre un sommet de deux mois, les analystes techniques criant « double fond ! » La plupart des devises des marchés émergents se sont fortement redressées, la flambée des rendements obligataires sur les marchés émergents infligeant de lourdes pertes au « carry trade ». 

Le marché des matières premières a été malmené. 

Le bois d’œuvre s’est effondré de 15,2% – et est maintenant en baisse de près de 50% par rapport aux sommets du 10 mai (en hausse de seulement 3% en glissement annuel). Dr. Copper a été amputé de 8,2%, avec le zinc en baisse de 7,3%, le nickel de 5,9% et l’étain de 5,4%. L’argent a perdu 7,6%, le platine est en baisse de 9,3%, le palladium 10,9% et l’or 6,0%. 

Les produits de base alimentaires n’ont pas été épargnés. Le soja a baissé de 7,5%, le sucre de 6,3%, le maïs de 7,1% et le blé de 2,9%.

La Fed hawkish?

C’est bien entendu une stupidité, la Fed n’est pas faucon, elle pilote, elle gère au plus près les perceptions et le sentiment du marché. Je ne dis pas que c’est son intention, sa volonté, non je dis qu’ objectivement, qu’elle en soit consciente ou non, la Fed s’adapte, elle ne conduit rien. La Fed ne pourra plus jamais être faucon et d’ici quelques semaines ou mois elle devra a nouveau changer de discours.

La FED a été effrayée par la vague spéculative grand public qui a submergé la Bourse, elle s’inquiète de la surchauffe, elle s’inquiète des attaques sur le dollar, mais elle n’est absolument pas hawkish, elle a juste réintroduit une petite dose de retenue et de doute… afin de pouvoir être colombe plus longtemps. Et le dosage quand on veut réintroduire une dose de doute, ce dosage est délicat mais ne vous y trompez pas : Il n’y a toujours qu’un sens en Bourse: l’achat mais il faut le modérer.

Nous en sommes au stade ou non seulement la Fed pense qu’elle doit mener une politique de Com de transparence, gérer les anticipations , bref gérer les cycles, mais en plus maintenant elle prétend gérer les oscillations, gérer les humeurs du jour. La Fed c’est le Titanic qui prétend naviguer a vue au milieu des icebergs.

C’est le grand n’importe quoi, même si, je reconnais cela est techniquement très bien fait .

Les chiffres, tous les chiffres deviennent colossaux ce qui est le signe des phases finales

Nous avons dépassé le stade de la banque centrale inflationniste, le stade de la banque centrale activiste, nous sommes dans la banque centrale omni présente.

Sur la voie tracée en 2009 , il n’y a qu’une pente descendante, la pente de l’interventionnisme. Il faut contrôler de plus en plus et dans tous les domaines. C’est exactement la voie chinoise, la Chine est le précurseur et la caricature des grands pays développés.

De proche en proche, tout devient faux, mal ajusté, fragile et ceci oblige à des interventions de plus en plus absurdes et déséquilibrantes.

C’est tout le système qui devient faux, exemple : les Fed Reverse Repos!

C »est, quand on y regarde un montage fascinant. Une réunion cruciale du FOMC deux jours avant l’expiration trimestrielle de la « quadruple sorcière » des options et autres produits dérivés;  une action de Com quelques semaines avant la fin d’un trimestre; ajoutez à cela qu’il y avait eu une période de couverture des risques en mai, suivie d’un relâchement des couvertures puis de la réémergence d’une dynamique de short squeeze. Le moment a été bien choisi, Il y avait des dizaines d’instruments vulnérables à de brusques retournements.

Il a pour ainsi suffit d’un mot ou d’une expression pour réussir ce bon ou mauvais coup, selon le coté ou on se place:!

Dans l’énoncé de politique post-réunion, le changement le plus important a été de remplacer « en cours » par « avoir couru » dans la description d’une inflation constamment inférieure à l’objectif. Et puis il y a eu le « dot plot » du FOMC. Pour être sur que cela serait efficace , les sources non identifiées de la Fed avaient briefé les « journalistes » avant la réunion en leur disant que le plus important à surveiller serait le « dot plot ».

Les prévisions individuelles pointent désormais en moyenne vers deux augmentations des taux d’ici la fin de 2023. Dans les prévisions précédentes les augmentations ne devaient commencer qu’en 2024.

Ce changement a surpris la plupart des analystes.  Powell a suggéré de prendre le diagramme de points « avec un grain de sel ». Les marchés ne l’ont pas suivi..

Les attentes sont maintenant pour une annonce de Taper, réduction des achats, en septembre, avec la première tranche commençant à la fin de cette année. 

La prévision médiane du PIB de la Fed a augmenté à 7% pour l’année. Le taux de chômage devrait tomber à 3,8%. 

L’inflation de base devrait augmentera temporairement à 3,0 % cette année, avant de revenir juste au-dessus de son niveau cible de 2,0 % pour les deux prochaines années. 

Dans une volte face plutôt dramatique, la Fed voit maintenant une économie « chaude »… à moins que ce ne soit une économie « en chaleur » .

La Fed a « baissé son pantalon », titre en gros le comité de rédaction du Financial Times : « La Réserve fédérale change habilement de cap. L’économie américaine est en plein essor, les pressions inflationnistes s’intensifient et les marchés du travail se resserrent rapidement. Il était plus que temps que la banque centrale cligne des yeux » .

Pour ma part je ne vois pas de changement cap de la Fed: pour qu’il y ait un véritable changement de cap , il faudrait qu’une nouvelle analyse soit mise en place, popularisée, ce n’est pas le cas; on reste dans le meme scenario mais avec des dosages différents, ajustés en fonction d’ailleurs non pas des réalités, que tout le monde ignore, mais en fonction des narratives. que ce soit les narratives des marches, des gourous , ou les narratives des journaux ou les narratives des faiseurs d’opinion.

Tout ceci me renforce dans ma piètre opinion de Powell qui est une crêpe ou une girouette façon Edgar Faure, souvenez vous quand après avoir dit il y a quelques années que la réduction des soutiens monétaires était en auto pilote , il etait allé à Canossa et quelques semaines plus tard avait mis un genou à terre et desserré.

Notez son changement de ton : « Si vous regardez le marché du travail et que vous regardez la demande de travailleurs et le niveau de création d’emplois et que vous réfléchissez à l’avenir, je pense qu’il est clair, et je suis convaincu, que nous sommes sur la voie d’un marché du travail très solide, d’un marché du travail qui montre un faible taux de chômage, une forte participation, une augmentation des salaires pour les personnes à travers le spectre. Et si vous examinez la période actuelle et réfléchissez à un ou deux ans, nous allons voir un marché du travail très, très fort. «

Powell  « Je pense que nous devons être humbles quant à notre capacité à comprendre les données. Ce n’est pas le moment d’essayer de tirer des conclusions fermes sur le marché du travail, sur l’inflation, sur la voie de la politique. »  « Le problème maintenant, c’est que la demande est très, très forte. Les revenus sont élevés. Les gens ont de l’argent sur leur—dans leurs comptes bancaires. La demande de marchandises est extrêmement élevée et n’a pas diminué. Nous assistons à la réouverture du secteur des services, et vous voyez donc que les prix remontent par rapport à leurs plus bas là-bas. »

Au fond de lui même Powell sait qu’il ne sait rien, que l’avenir est totalement inconnu, plus qu’incertain.

Il sait qu’il n’y comprend rien et que il ne cesse de se tromper, mais au lieu d’en tirer la conclusion qu’il ferait mieux de s’abstenir de piloter sans carte et sans boussole, il prétend continuer, continuer à dériver, vers la grande chute, qui engloutira et fracassera le radeau, .

Powell comme ses collègues apprentis sorciers est condamné à toujours et sans relâche mener la dernière guerre jusqu’ à la catastrophe qui révèlera le pot aux roses:

Ils sont impuissants, ce sont des démiurges, des illusionnistes.

La Fed refuse de voir la réalité: elle fait plus de mal que de bien. Elle nuit!

Image

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s