Le « Système de Capitalisme Monopolistique d’Etat de Copains , Coquins et de Banques Centrales Réunies »

C’est une idée que je développe depuis longtemps et qui a été sans cesse vérifiée au cours des dernières décennies: nous ne sommes absolument pas dans un système capitaliste ou dans un système libéral ou neo libéral,

Nous sommes dans un système prédateur composite.

Ce sont les idiots gauchistes qui prétendent le contraire et veulent nous faire croire qu’il est capitaliste.. Les gauchistes en mal-nommant sont les alliés objectifs, les idiots utiles des exploiteurs et des kleptocrates.

Nous sommes dans un système pourri, aussi bien aux USA qu’en France ou ailleurs dans les pays développés. Le Pognon a acheté le personnel politique et ses complices des banques centrales.

Ce système , je l’épingle du nom suivant :

« Système de Capitalisme Monopolistique d’Etat de Copains , Coquins et de Banques Centrales Réunies« 

Cela fait plaisir de voir qu’il y a des gens qui pensent comme moi, qui pensent juste,

c’est le cas de: Charles Hugh Smith

Le prétendu « choix » entre « capitalisme » et « socialisme » est une fabrication utile masquant le pire de tous les mondes possibles dans lesquels nous vivons : le capitalisme pour les faibles et le copinage-socialisme pour les puissants.

Les dynamiques primaires et la dureté du capitalisme sont réservées uniquement aux faibles, à ceux qui sont non-puissants : taux d’intérêt élevés, répression financière , exploitation de leur épargne par le Capital, concurrence à mort pour tous et destruction créatrice.

Les puissants, d’un autre côté, baignent dans la chaleur du socialisme : la Réserve fédérale les protège du coût de l’argent du marché – les financiers et les super-riches obtiennent leur argent pratiquement gratuitement de la Fed, en quantités pratiquement illimitées – et le Trésor, le Congrès et le pouvoir exécutif les protègent de toute perte.

Leurs gains sont privés, mais leurs pertes sont transférées au public.

La Cour suprême veille à ce que les super-riches maintiennent ce système de socialisme de copinage confortable en s’assurant qu’ils peuvent acheter le pouvoir politique via le lobbying et les contributions de campagne.

Les copains obtiennent le meilleur système politique que l’argent puisse acheter et vous – eh bien, vous devez porter une pancarte au coin de la rue, juste avant d’être envoyé en prison pour avoir troublé la paix (et vous êtes banni par les réseaux sociaux / Big Tech, c’est-à-dire par le totalitarisme privatisé).

La Réserve fédérale est le Politburo financier américain…CHS

Capitalisme pour les non-puissants, copinage-socialisme pour les puissants

Les copains obtiennent un laissez-passer gratuit, les non-puissants ne reçoivent rien. Alors que les trois milliardaires qui possèdent plus de richesse que les 165 millions d’Américains les plus pauvres peuvent emprunter des sommes illimitées pour presque rien grâce à la Fed (c’est-à-dire grace au Crony-Socialist Politburo), les 165 millions d’Américains paient des intérêts exorbitants sur les prêts sur salaire, sur les prêts de voitures d’occasion, sur les prêts étudiants , cartes de crédit, etc.

Capitalisme: argent au prix de marché pour les non-puissants, Crony-Socialism (presque de l’argent gratuit) pour les puissants – grâce au Politburo américain Crony-Socialist, la Fed.

Considérez le sort du « marché libre » des travailleurs pauvres d’Amérique :

Gagner de bas salaires qui perdent rapidement leur pouvoir d’achat en fait un risque de crédit, c’est-à-dire sujet au défaut de paiement, de sorte que les prêteurs (c’est-à-dire le potentiel d’exploitation du capital) appliquent des taux d’intérêt élevés sur les prêts aux travailleurs pauvres.

Comme ils paient des taux d’intérêt si élevés et gagnent si peu, ils font défaut sur leur dette à des taux plus élevés – exactement ce que les prêteurs attendaient, et ce que les prêteurs ont créé en facturant des taux d’intérêt exorbitants.

Eh bien, vous avez du mal à payer 24 % d’intérêt ? Dommage que vous soyez pauvre. Vous voyez le point : les bas salaires, la pauvreté et les taux d’intérêt exorbitants se renforcent mutuellement : l’un des principaux moteurs des défauts de paiement et de la pauvreté est le fait de payer des taux d’intérêt exorbitants et tous les frais de retard, les frais de chèque sans provision, etc. qui vont avec 24% taux d’intérêt.

Bonne affaire si vous pouvez l’obtenir

Les Crony-Socialists ont un accord très différent avec la Fed et les copains-banquiers. Les super-riches s’arrangent pour que les sociétés dans lesquelles ils détiennent des actions empruntent des milliards de dollars pour financer des rachats d’actions (qui, à une époque passée étaient considérées comme une manipulation illégale du marché).

La richesse personnelle du super-riche Crony-Socialist augmente de centaines de millions de dollars grâce aux rachats d’actions, puis le super-riche Crony-Socialist emprunte 10 millions de dollars pour presque rien contre cette « richesse » nouvellement créée (merci, Fed! ) pour financer son train de vie sur un grand pied.

Les sociétés de copinage-socialiste ne paient pas d’impôt sur le revenu grâce aux échappatoires; les copains socialistes qui possèdent les actions se paient 1 $ de salaire seulement et ont un revenu nul parce qu’ils empruntent pour financer leurs frais de subsistance contre leur richesse produite par la Fed.

Vous commencez a comprendre , je crois, la différence entre le capitalisme pour les non-puissants et le copinage-socialisme pour les super-riches ?

Si vous ne pouvez pas encore discerner la différence, alors essayez  : pouvez-vous emprunter 1 milliard de dollars aux amis de la Fed pour racheter des actions de votre propre entreprise, puis emprunter 10 millions de dollars à des taux d’intérêt proches de zéro contre la nouvelle pseudo « richesse » ainsi créée ?

Vous ne pouvez pas ? Bien sur!

Vous n’offrez pas  » assez de garantie »,

Grâce au Politburo de Crony-Socialist américain (la Fed), les super-riches n’ont aucune exposition au prix du marché de l’argent. La Fed manipule le coût de l’argent à près de zéro, puis verse de façon illimitée cet argent presque gratuit aux entreprises, aux financiers et aux super-riches.

La garantie n’est pas nécessaire dans le Crony-Socialism ; c’est juste une excuse donnée aux non-puissants.

Aléa moral

Les amis-socialistes empruntent 1 milliard de dollars pour presque rien, achètent des bons du Trésor avec cet argent gratuit, mettent les bons du Trésor en garantie et ainsi ils peuvent tirer parti d’autres opportunités et faire d’ autres paris sur cette garantie fictive.

Si les paris tournent mal, le Crony-Socialist prétend être victime d’ un risque systémique et les pertes sont donc transférées au public/aux contribuables pour « sauver le système financier de l’effondrement ». C’est le chantage au chaos.

Ce système du Crony-Socialism n’est-il pas fantastique ?

Le Politburo américain de copinage-socialiste (la Fed) prend soin de ses copains et les non-puissants supportent le poids de l’exploitation prédatrice qui se fait passer pour du « capitalisme ».

La seule dynamique qui soit légèrement « capitaliste » dans le copinage-socialisme américain est que le prix de la corruption politique est toujours un « marché » : quel est le prix actuel pour protéger votre monopole ou votre cartel de la concurrence ?

Les choses avancent rapidement, alors il vaut mieux recevoir ces pots-de-vin (oups, je veux dire les contributions à la campagne pour les élections de 2022) avant que le prix de la corruption de la « démocratie » ne monte encore plus haut.

Le jeu est sur le point d’être terminé

Mais combien de temps les accords existants peuvent-ils encore durer ?

Personne ne semble remarquer les rendements décroissants sur la manipulation de la Fed, oups, je veux dire intervention

Ce que 1 000 milliards de dollars accomplissait il y a 12 ans en coûte aujourd’hui près de 4 000 milliards de dollars, et qu’en est-il de la prochaine crise de désendettement/ des appels de marge ? Que faudra-t-il pour inverser ? 8 000 milliards de dollars ? 10 000 milliards de dollars ? Et tout cela sera sans conséquence? Si vous le dites…

Voici la réalité à laquelle nous devons faire face :

La baisse des taux d’intérêt sur 40 ans est stoppée, elle s’est inversée, que nous l’admettions ou non.

La baisse de 40 ans des prix des biens due à la financiarisation (baisse des taux d’intérêt, hausse des actifs spéculatifs) et à la mondialisation s’est inversée.

L’expansion de 40 ans de la masse de main-d’œuvre a tourné.

La baisse de 40 ans des prix du pétrole/carburant/ressources s’est inversée.

Le fantasme de 40 ans selon lequel nous pouvons dépendre d’autres nations pour couvrir nos besoins touche à sa fin.

C’est beaucoup de tendances vieilles de 40 ans qui touchent à leur fin.

Sommes-nous prêts pour les prochaines années?

Regards,

Charles Hugh Smith
for The Daily Reckoning

Une réflexion sur “Le « Système de Capitalisme Monopolistique d’Etat de Copains , Coquins et de Banques Centrales Réunies »

  1. Bonsoir M. Bertez
    Le système que vous décrivez est déjà en place à Sumer! La mythologie suméro akkadienne met en scène des dieux et demi dieux qui vivent aux dépens des « glébeux » ou « têtes noires » , créés de glaise pour accomplir les tâches pénibles…. La plupart des instruments de compte modernes existent déjà en germe dans la comptabilité sumérienne.
    En fait, les mythes de la Genèse de la Bible décrivent une transgression de ce système pour trouver un chemin vers un système qui redonne une place plus juste à chaque individu dans la société. Ce système se cherchera longuement en passant par Abraham, puis l’invention de l’Etat de droit transcendant au Sinaï, passera par Jérusalem, puis par Rome, autre état fondé sur le juridique, pour aboutir de nos jours à la forme de démocratie actuelle.
    Hélas, le modèle social des « dieux » et des « sous- hommes  » n’a pas disparu… Il s’est transformé lui aussi et a évolué. Longtemps il a fait croire que chacun pouvait accéder au rang de demi dieu ou dieu ( indicateur Forbes des milliardaires) mais la cruelle vérité est de plus en plus difficile à nier: entre Jeff Bezos et l’employé des entrepôts d’Amazon, il y a le même abîme qu’entre Gilgamesh élevé à la divinité et le glébeux lié à sa houe sous le soleil brûlant de la Mésopotamie.

    Cordialement.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s