La synthèse de la semaine et comment on en est arrivé là

Ne manquez pas, les actifs liquides menacés de blocage; à lire dans le texte dont le lien est ci dessous.

L’utilisation des marchés des valeurs mobilières comme principal mécanisme de gestion des conditions financières du système est une erreur dramatique des élites. C’est une aventure historique.  

Ce qui a commencé avec les garanties de liquidité de Greenspan à la suite du krach boursier du « Lundi noir » de 1987 – s’est étendu à la manipulation des taux d’intérêt et de la courbe des taux pour soutenir le crédit basé sur le marché au début des années 90.

Cette erreur a conduit aux injections injections mensuelles de 120 milliards de dollars de liquidités dans un environnement ou tout est bullaire. Le dysfonctionnement est tel, que tout en injectant des liquidites , la Fed est obligé d’en retirer par les reverses repos, car on ne sait plus quoi en faire, au rythme de 900 milliards/J.

Le changement de politique de Greenspan et son fameux Put, ont contribué à générer des rendements extraordinaires et une croissance rapide pour l’industrie des fonds spéculatifs. Les folies de Bernanke et les valses hesitations de Powell ont achevé de détraquer le système.

Tout a contribué à accroitre la spéculation de manière colossale, sur tout et n’importe quoi et dans toutes les régions du monde.

Les backstops/sauvetages de la Fed ont été essentiels à la communauté spéculative à effet de levier.

L’effet de levier spéculatif s’est rapidement développé.

Et après l’effondrement de la bulle « technologique » en 2000, la Fed a considérablement réduit les taux et a eu recours à un gonflement sans précédent du crédit hypothécaire pour reflater. Et elle s’est appuyée sur la spéculation à effet de levier pour forcer à la reflation du système. L’effondrement de la bulle hypothécaire qui en a résulté en 2008 a été compensé par l’introduction d’un Quantitative Easing à hauteur de 1 trillion et plus.

Tout cela c’est l’histoire d’une longue dérive.

Il n’y a jamais eu de retour en arrière, car les avoirs à l’actif du bilan de la Réserve fédérale n’ont cessé de se gonfler pour dépasser à ce jour les 8 trillions de dollars; un multiple de presque dix fois ceux de 2007

Du coté du virus :

27 juin – Wall Street Journal

« Sur la base d’une récente projection gouvernementale, la variante Delta du virus Covid-19 pourrait devenir le type dominant de ce coronavirus aux États-Unis d’ici un mois, ce qui en fait l’une des variantes les plus agressives s’implanter dans le pays. Delta est la dernière d’une série de variantes qui se sont propagées aux États-Unis. Comme tous les virus, les coronavirus mutent au fur et à mesure qu’ils se reproduisent. Certains de ces changements génétiques les rendent plus aptes à infecter les cellules humaines ou à échapper à nos défenses immunitaires. À mesure que de nouvelles variantes mieux adaptées émergent, elles écartent les versions antérieures du virus. »

1er juillet – Reuters

«La Grande-Bretagne a signalé 27 989 nouveaux cas de COVID-19, ont montré jeudi les données gouvernementales, le nombre le plus élevé depuis le 29 janvier et portant l’augmentation des cas entre le 25 juin et le 1er juillet à près de 72% par rapport avec les sept jours précédents.

30 juin – Reuters

« Les programmes de vaccination et certaines des plus importantes mesures de relance budgétaire et des banques centrales jamais vues se sont avérées attrayantes. La hausse de 45% du pétrole signe son meilleur début d’année depuis 2009, les actions mondiales sont en bonne voie pour leur deuxième meilleur premier semestre depuis 1998, le bois s’est enflammé en feu et les actions de « meme » très appréciées des traders amateurs AMC et GameStop sont en hausse de plus de 2 500 %.

Cette semaine

Le S&P500 a monté de 1,7% (en hausse de 15,9% en glissement annuel).

Le Dow a gagné 1,0% (en hausse de 13,7%). 

Les Utilities ont peu évolué (+1,5%). 

Les banques ont chuté de 1,1% (en hausse de 28,6%) et les courtiers ont baissé de 0,9% (en hausse de 24,9%). 

Les Transports ont augmenté de 0,4% (+20,2%). 

Le S&P 400 des Midcaps a reculé de 0,6% (+17,5%) et les small cap du Russell 2000 ont baissé de 1,2% (+16,8%). 

Le Nasdaq100 a progressé de 2,7% (+14,3%). 

Les Semi-conducteurs ont bondi de 2,3% (+18,6%). Les Biotechs reculent de 0,5% (+3,4%). 

Il règne une atmosphère de fête sur les bourses aux États-Unis. Kevin Duffy, fondateur du hedge fund Bearing Asset Management, se méfie de cette situation. 

« On a l’impression que le marché global a atteint un pic à la mi-février « , a déclaré Duffy dans une interview avec The Market .


Avec un lingot en hausse de 6 $, l’indice de l’or HUI a gagné 0,5% (en baisse de 9,8%).

Les taux des bons du Trésor à trois mois ont terminé la semaine à 0,0375%. 

Les rendements des obligations d’État à deux ans ont baissé de trois points de base à 0,235% (en hausse de 11 points de base en glissement annuel). 

Les rendements des bons du Trésor à cinq ans ont chuté de sept points de base à 0,86 % (en hausse de 50 points de base). 

Les rendements des bons du Trésor à dix ans ont baissé de 10 pb à 1,43% (en hausse de 51 pb). 

Les rendements obligataires longs ont chuté de 11 pb à 2,04 % (en hausse de 40 pb). 

Les rendements des MBS de référence Fannie Mae ont baissé de 9 pb à 1,81% (en hausse de 47 pb).

Les rendements du Bund allemand ont chuté de huit points de base à – 0,235% (en hausse de 33 points de base). Les taux français ont baissé de 10 pb à 0,09 % (en hausse de 43 pb). L’écart entre les obligations françaises et allemandes à 10 ans s’est resserré de deux pb à environ 34 pb. 

Les rendements grecs à 10 ans ont baissé de cinq points de base à 0,79% (en hausse de 17 points de base en glissement annuel). Les taux 10 ans portugais ont baissé de 12 pb à 0,35% (+32 pb). Les taux italiens à 10 ans ont chuté de 15 pb à 0,77 % (en hausse de 23 pb). Les taux 10 ans espagnols ont baissé de 11 pb à 0,37% (+32 pb). 

Les rendements des gilts britanniques à 10 ans ont baissé de huit points de base à 0,70% (en hausse de 51 points de base). L’indice boursier britannique FTSE a glissé de 0,2% (en hausse de 10,3% en glissement annuel).

L’indice Nikkei Equities du Japon a chuté de 1,0 % (en hausse de 4,9 % en glissement annuel). Le « JGB » japonais à 10 ans cède un point de base à 0,05 % (en hausse de 3 pb en glissement annuel). 

Le CAC40 français a reculé de 1,1% (+18,0%). 

L’indice des actions allemandes DAX a ajouté 0,3% (en hausse de 14,1%).

 L’indice des actions espagnoles IBEX 35 a baissé de 2,1% (en hausse de 10,3%). 

L’indice italien FTSE MIB a baissé de 0,9% (+13,7%). 

Les actions des marchés émergents étaient pour la plupart en baisse. 

L’indice Bovespa du Brésil a augmenté de 0,3% (en hausse de 7,2%), tandis que le Bolsa du Mexique a baissé de 0,6% (en hausse de 14,0%). 

L’indice Kospi de la Corée du Sud a glissé de 0,6% (en hausse de 14,2%). 

L’indice indien des actions Sensex a baissé de 0,8% (en hausse de 9,9%). 

La bourse chinoise de Shanghai a chuté de 2,5% (en hausse de 1,3%). 

L’indice turc Borsa Istanbul National 100 a chuté de 1,1% (en baisse de 6,8%). 

L’indice des actions russes MICEX a gagné 0,9% (en hausse de 17,5%).

Les fonds d’obligations de qualité ont enregistré des entrées de 3,431 milliards de dollars, et les fonds d’obligations junk ont ​​enregistré des flux positifs de 893 millions de dollars (de Lipper).

Le crédit de la Réserve fédérale a baissé la semaine dernière de 11,5 milliards de dollars à 8,039 TN. Au cours des 94 dernières semaines, le Fed Credit a augmenté de 4,313 trillions , soit 116%. Le Fed Credit a gonflé 5 229 milliards de dollars, ou 186 %, au cours des 451 dernières semaines. 

Ailleurs, les avoirs de la Fed pour compte des propriétaires étrangers du Trésor et de la dette des agences ont chuté la semaine dernière de 17,6 milliards de dollars pour atteindre un plus bas en six mois de 3,523 trillions . 

Les actifs totaux des fonds du marché monétaire ont chuté de 20 milliards de dollars à 4,527 trillions . Le total des fonds monétaires a diminué de 128 milliards de dollars en glissement annuel, soit 2,8%.

Le total du papier commercial a chuté de 54,6 milliards de dollars à 1,109 trillions . Le CP a augmenté de 91 milliards de dollars, ou 9,0%, d’une année sur l’autre.

Les taux hypothécaires fixes à 30 ans de Freddie Mac ont chuté de quatre points de base à 2,98% (en baisse de 9 points de base en glissement annuel). Les taux à 15 ans ont baissé de 8 pb à 2,26 % (baisse de 30 pb). L’enquête de Bankrate sur les coûts des emprunts hypothécaires jumbo avait des taux fixes à 30 ans en baisse de six points de base à 3,08 % (en baisse de 24 points de base).

Sur les devises :

30 juin – Financial Times

« La Chine a déjà fait une tentative pour transformer le renminbi en monnaie internationale et réduire sa dépendance a l’égard du du dollar. Il essaie maintenant à nouveau, et cette fois, les choses pourraient vraiment être différentes. L’effort renouvelé pour détrôner le dollar repose en grande partie sur les prouesses technologiques de la Chine. C’est dans le domaine bancaire que le développement de l’infrastructure financière nécessaire, les systèmes de paiement mobile de renommée mondiale du pays et le lancement réussi de la version numérique du renminbi faciliteront l’utilisation et la promotion de la monnaie au-delà des frontières de la Chine. L’approche est peu orthodoxe. Mais si Pékin réussit dans sa quête, cela sapera l’ordre mondial dominé par le dollar, du moins dans la sphère d’influence géopolitique de la Chine, et remettra en question la façon dont l’Amérique exerce le pouvoir.

Pour la semaine, l’indice DXY du dollar américain a augmenté de 0,4% à 92,23 (en hausse de 2,6% en glissement annuel). 

Pour la semaine à la hausse, le peso mexicain a augmenté de 0,3%. 

A la baisse, le real brésilien a baissé de 2,5%, la couronne norvégienne de 1,2%, le dollar australien de 0,8%, le rand sud-africain de 0,7%, le dollar néo-zélandais de 0,7%, le won sud-coréen de 0,6%, la couronne suédoise de 0,6%, l’euro 0,6%, la livre sterling 0,4%, le franc suisse 0,4%, le dollar de Singapour 0,3%, le yen japonais 0,3% et le dollar canadien 0,2%. 

Le renminbi chinois a perdu 0,26% par rapport au dollar cette semaine (en hausse de 0,84% en glissement annuel).

Sur les matières premières :

28 juin – Reuters

« Même avec des prix du pétrole qui grimpent à 75 $ le baril, les producteurs de schiste américains tiennent leurs promesses de maintenir leurs dépenses et de maintenir leur production à un niveau stable, une rupture par rapport aux cycles de boom précédents. La hausse des prix du brut cette année et les restrictions de la production de pétrole imposées par le groupe de producteurs de l’OPEP+ auraient historiquement déclenché un boom du forage. Mais les investisseurs exigent des rendements financiers sur plus de volume et les financiers de l’énergie se tournent vers les énergies renouvelables, donc les entreprises de schiste sont déterminées à rester disciplinées. »

30 juin – CNBC

« La grande bulle du bois de construction 2021 a éclaté. Après un rallye époustouflant ce printemps, les prix du bois d’œuvre sont retombés sur terre alors que l’offre a augmenté. Les actions spéculatives se sont refroidies et la demande de construction de logements s’est ralentie. Les contrats à terme sur le bois d’œuvre ont chuté de 42% rien qu’en juin, au rythme de leur pire mois jamais enregistré depuis 1978. Les prix ont baissé de plus de 13% en 2021, se dirigeant vers le premier semestre négatif depuis 2015. À son apogée le 7 mai. , les prix du bois d’œuvre ont atteint un sommet historique de 1 670,50 $ par millier de pieds-planche à la clôture, ce qui était plus de six fois plus élevé que son creux pandémique d’avril 2020. »

L’indice Bloomberg des Commodities a bondi de 2,7% (en hausse de 21,7% en glissement annuel). 

L’or au comptant a augmenté de 0,3% à 1 787 $ (en baisse de 5,9%). 

L’argent a augmenté de 1,4% à 26,47 $ (+0,3%). 

Le brut WTI a gagné 1,11 $ à 75,16 $ (en hausse de 55 %). L’essence a augmenté de 1,6 % (hausse de 63 %) et le gaz naturel a bondi de 5,8 % (hausse de 46 %). 

Le cuivre a reculé de 0,3% (+22%). 

Le blé a progressé de 1,9 % (+ 2 %). Le maïs a progressé de 11,7% (en hausse de 20%). 

Bitcoin a récupéré 1 369 $, ou 4,2 %, cette semaine à 33 732 $ (en hausse de 16,0 %).

Une réflexion sur “La synthèse de la semaine et comment on en est arrivé là

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s