Billet: la ligne de plus grande pente du profit facile est destructrice de nos sociétés.

Ci dessous le type de combat absurde voire idiot qui consiste à dénoncer la fortune de Bernard Arnault sans en comprendre les causes .

Faute de connaitre les causes de l’enrichissement des ultra riches, on en arrive à des comparaisons stupides ou à des arguments de pure envie .

La vraie critique de l’enrichissement des ultra riches est objective, même pas morale; cet enrichissement accroit et aggrave la crise car il gonfle la masse de capital qui cherche sa rémunération et sa mise en valeur, donc il ponctionne sur la masse de profit donc il exacerbe l’insuffisance du profit dans le système.

Le capital ne produit rien; ce que l’on appelle le profit, c’est du travail non payé à l ‘échelle du systme total car il n’est de richesse que de travail.

Le travail intellectuel, la recherche, les découvertes, la technologie tout cela n’est jamais et ne sera jamais que du travail. Le capital c’est du travail cristallisé, ce qui donne l’apparence que le capital produit quelque chose ou qu’il enrichit en dormant.. le profit c’est du travail non paye et le capital est le rapport social qui permet a se détenteurs d’avoir le droit de s’octroyer le profit.

Ce rapport social de capital est en concurrence perpétuelle: les capitalistes sont en concurrence entre eux pour s’accaparer le profit , c’est à dire une part du profit global du système.

Les super bénéfices extériorisés comptablement par Arnault ou Apple sont puisés dans le grand réservoir de profit mondial dont une partie est alimentée par exemple par le travail non payé des chinois ou des vietnamiens. Toute personne qui , d’une façon ou d’une autre consomme sans produire bénéficie du rapport social qui permet de s’attribuer une part du surproduit mondial.. Les retraites sont fondamentalement capitalistes car elles donnent le droit de consommer sans produire, peu importe que l’on ait cotisé par répartition ou par accumulation, on consomme toujours sur la plus value présente , sur le travail vivant non remunéré.

Comprenez que le capital comme les retraites sont des droits voire actuellement des excès de droits en regard de ce que l’on peut honorer.

Mais les gouvernements des kleptos préfèrent bien sur détruire le capiatl enraciné dans les retraites plutot que détruire le capital de Bernard Arnault, ils sont copains comme coquins.

La classe des bureaucrates européens parasitaires est une classe de capitalistes; ils ont réussi à se construire un capital, un ensemble de droits sur votre dos et sans « votation » comme on dit en Suisse et grâce à ce capital ils vous pillent et se rentifient.

Le capital est un rapport social qui donne droit à prélever, entrez vous cela dans le tête.

Les politiques monétaires inflationnistes accroissent la masse capital fictif à la recherche de profit alors qu’il faudrait la réduire. Elles entretiennent les zombies. Elles accroissent l’intérêt pour le capital de poids mort.

Il faut augmenter les opportunités d’investir de façon profitable en éliminant l’excès de capital insuffisamment productif, les zombies, le capital fictif pourri, le capital rentifié, le capital fictif auto-engrossé par la financiarisation, tout le capital de poids mort..

Organiquement, l’autre nom du profit c’est le surproduit, la plus value.

Notre système fonctionne pour le profit, pour la plus value, pour l’excèdent. Pas pour le Tout .

Le surproduit mondial est limité , le surproduit est rare et c’est ce qui , dans notre système est source de progrès.

Le surproduit est a la fois le critère de l’efficacité, le moteur de l’investissement, son but, et sa récompense.

Donc son role est central .

Comme il est limité et rare, il faut le réserver à ce qui est le plus porteur, le plus utile socialement et éviter que ce surproduit soit mal alloué, accaparé par des profiteurs comme les industries du luxe, les GAFAM, la rémunération des dettes non productives, les zombies inefficaces, les superstructures inefficaces .

Il faut empêcher la constitution et l’inflation des poids morts du capital qui accaparent une partie du surproduit au détriment d’autres activités plus productives socialement. Il faut restaurer la rareté /orthodoxie de la monnaie et du crédit pour que, ces facteurs étant rares ils cessent d’être gaspillés et soient correctement alloués. Il faut restaurer le lien production=récompense.

Il faut restaurer la sélectivité, les primes de risque et le prix du temps; or c’est précisément ce que les banques centrales empêchent de faire: elles instaurent la dictature du présent, le gaspillage et la rentification, la spéculation.

Les banques centrales sont au service du maintien d’un ordre social sous couvert de mener des politiques progressistes, elles sont ultra conservatrices au profit d’une classe sociale , elles œuvrent au profit du Mort contre le Vif.

La ligne de plus grande pente du profit facile est destructrice de nos sociétés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s