Document. Esprit de l’inflation, es tu là?Comment marcher sur la tête!

Je vous ai suffisamment expliqué les vices du cadre théorique qu’utilise la Fed en matière d’inflation.

La hausse des prix des biens et services quand elle se produit , n’a rien de miraculeux: il faut et il suffit que les conditions objectives de l’inflation soient réunies pour que celle ci se déclenche.

De même la non-hausse des prix n’a rien de magique: tout est objectif.

Les narratives et les pensées ne produisent rien, ils sont produits par les circonstances objectives dans lesquelles elles prennent naissance. Le mode de production ,les rapports de production, produisent le monde et le système produit l’homme et la pensée de ce monde. Comme l’homme se croit le centre du monde , il croit que sa pensée produit le mon,de!

Feignons d’organiser ces phénomènes qui nous dépassent. telle est la philosophie politique qui permet aux Chefs de se prétendre tels.

Le monde moderne est spontanément déflationniste à cause des progrès des technologies et des savoir-faire qui font chuter la quantité de travail qu’il faut incorporer aux marchandises.

Les valeurs ont tendance à chuter. Et les valeurs ayant tendance à chuter, les prix également, si on ne s’y oppose pas par une creation monétaire accrue. La création monétaire qui permet la transformation des valeurs en prix permet de tricher.

La création monétaire a pour fonction moderne de s’opposer, de ralentir les tendances à la baisse systémique des prix.

La concurrence mondiale transmet les tendances à la baisse des prix, la mondialisation est déflationniste.

La concurrecne est la force endogene qui oblige les capitalistes a être de plus en plus productifs, compétitifs et à baisser leurs prix. C’est en ce sens comme le dit Lénine que les capitalistes se donnent eux même la corde pour se faire pendre; ils le font par la conccurrence.

L’accumulation sans fin de capital productif, improductif et fictif produit une suraccumulation c’est à dire que la masse de capital à rentabiliser finit par excéder les possibilités de rentabiliser. Il y a trop de capital, en regard des possibilités de le rentabiliser ou si on veut trop de droits à prélever qui sont accumulés. Le capital c’est par définition: marche ou crève c’est à dire que le capital doit produire du profit sinon il perd son statut de capital et est détruit. Détruit par les faillites, fusions, absorptions, buy-backs , Private Equity , nationalisations etc

Qui dit capital, dit besoin de profit et ce besoin de profit , cette exigence de profit est déflationniste car il écarte beaucoup d ‘investissements pas assez rentables, le système ne peut plus distribuer assez de revenus pour honorer toutes ses promesses, il pèse sur les salaires, sur les prestations, sur la rémunération de l’épargne des classes moyennes, ce qui réduit le pouvoir d’achat et donner l’impression fausse que la cause de tous nos maux c’est l’insuffisance de la demande.

Bien évidemment ce mode d’apparaitre, cette insuffisance de la demande est un attrape nigaud car la cause profonde est en amont: le système productif n’est plus en mesure de distribuer les revenus qui le feraient fonctionner harmonieusement.

C’est en vertu des mécanismes décrits ci dessus que nos systèmes économiques sont incapables de produire à la fois les revenus qui le feraient tourner harmonieusement, de produire les profits qui le feraient investir suffisamment et les prix qui permettraient d’honorer toutes les promesses qu’il fait.

Le système par conséquence s’oriente vers la tricherie systémique: faute de produire un ensemble de valeurs cohérentes et harmonieuses, il triche sur les prix en créant de plus en plus de fausse monnaie. Fausse monnaie qui, en s’accumulant sous forme de créances/monnaie de crédit, capital fictif, produit …. une tendance renforcée à la baisse des prix.

Quand je vous explique que nous sommes gérés par des Gribouille qui se jettent à l’eau pour ne pas être mouillés!

Le système produit et accélère sa prorpe déflation, son propre mal, ses propres contradictions.

Comme tout a échoué , les grands prêtres faussaires utilisent maintenant une théorie magique abracadabrantesque de l’inflation; l’inflation est produite par les anticipations d’inflation, c’est à dire … par son attente. L’inflation prend naissance dans l’esprit des gens!

Nous sommes revenus au temps des incantations, des grigris, des amulettes, du Cargo Cult, c’est l’esprit qui agit sur la matière; Quelle régression que celle qui sévit à notre époque. Esprit de l’inflation, es tu là?

Si vous évoquez l’inflation et que vous ne faites pas assez attention à ce que vous évoquez, attention l’inflation va arriver. Elle va sortir de la boite de pandore, s’échapper de la bouteille.

La sophistication apparente des modèles officiels masque le caractère tautologique de ces lectures du marc de café; l’économie dominante est une colossale escroquerie intellectuelle. Elle a cesse d’être objective, elle est devenue un ensemble de signes et de projections subjectives sur le monde!

Notre époque subit une terrible dérive sous l’impulsion du pragmatisme , la vérité ce n’est plus ce qui est vrai, ce qui restitue les liens organiques entre les phénomènes, non, non la vérité se définit par …ce qui marche et pour le reste on s’en fout. Peu importe si cela marche pour des raisons que l’on ne comprend pas et si cela produit des conséquences que l’on n’arrive même pas à imaginer.

Lisez.

de la Fed de St Louis

— ce billet rédigé par Michael McCracken , vice-président adjoint et économiste ; et Aaron Amburgey, associé de recherche

En août 2020, la Réserve fédérale a annoncé un changement dans son approche de la politique monétaire et son lien avec son mandat de stabilité des prix. Auparavant, un objectif d’inflation de 2% signifiait que si l’inflation commençait à augmenter vers 2%, la Réserve fédérale augmenterait le taux des fonds fédéraux (FFR) pour empêcher l’inflation de dépasser 2%. 

En pratique, cette stratégie a non seulement empêché l’inflation de dépasser les 2 %, mais a également empêché l’inflation d’atteindre même 2 %. On pense également que cette approche de la stabilité des prix a entravé la croissance de l’emploi , en particulier pour les communautés à revenu faible et modéré, en ralentissant la croissance économique de manière plus générale.[ 1]

La Réserve fédérale entend désormais mettre en œuvre une stratégie appelée « Flexible Average Inflation Targeting » (FAIT). Dans le cadre de cette nouvelle stratégie, la Réserve fédérale recherchera une inflation moyenne de 2% sur une période qui n’est pas formellement définie. Cela signifie qu’après de longues périodes de faible inflation, la Réserve fédérale n’adoptera pas de politique monétaire plus stricte pour empêcher des taux supérieurs à 2 %. L’un des avantages de cette stratégie flexible de gestion du mandat de stabilité des prix est qu’elle imposera moins de restrictions au mandat de plein emploi.

Détermination de l’inflation moyenne

Mais qu’est-ce qui constitue une moyenne de 2% ? De toute évidence, il existe de nombreuses configurations de nombres qui ont une moyenne de 2. En ignorant la configuration dans laquelle tous les nombres sont exactement 2, les configurations restantes doivent avoir au moins une valeur supérieure à 2. Cela est important car ces nombres reflètent des mesures de l’inflation des prix à la consommation, qui constitue une érosion du pouvoir d’achat des ménages malgré le bénéfice potentiel pour la croissance de l’emploi.

Peut-être plus que jamais, cette stratégie exige de la Réserve fédérale qu’elle prête attention aux prévisions d’inflation, en particulier à l’affût de toute indication que l’inflation dépasse 2 % et peut-être y reste-t-elle, en moyenne, plus longtemps que souhaité. À titre d’exemple, supposons que l’inflation soit actuellement prévue en moyenne au-dessus de 3 % pour les cinq prochaines années. Bien que FAIT ne définisse pas explicitement la période sur laquelle l’inflation est calculée en moyenne, cinq ans semblent être trop longs, et nous nous attendons à ce que la Réserve fédérale adopte éventuellement une politique monétaire plus stricte pour empêcher que cela ne se produise

Mais quelle est la probabilité de cet événement ? Si cela n’a que 1% de chance de se produire, il semble peu probable que la Réserve fédérale soit concernée. En revanche, s’il a 40 % de chances de se produire, il semble très probable que la Réserve fédérale soit concernée.

Dans la figure ci-dessous, nous traçons les probabilités basées sur le marché que l’inflation de l’indice des prix à la consommation (IPC) [2] dépassera en moyenne 3 % au cours des cinq prochaines années, ainsi que les anticipations de taux des fonds fédéraux au cours des cinq prochaines années. Les probabilités d’inflation sont construites à l’aide de plafonds et de planchers d’inflation, dont nous avons discuté plus en détail dans un article de blog précédent . Les attentes du FFR sont construites à l’aide de contrats à terme Eurodollar à trois mois et représentent ce que les marchés s’attendent à ce que le FFR soit dans cinq ans. Chacune de ces lignes nous dit ce que les marchés attendent pour une date donnée. Par exemple, au cours de la première semaine d’octobre 2020, les marchés agissaient comme si la probabilité que l’inflation de l’IPC dépasse 3 % au cours des cinq prochaines années était de 7,7 %.

Attentes du FFR et probabilités d'inflation au cours des cinq prochaines années

SOURCES : Bloomberg et calculs des auteurs.

REMARQUE : Les dernières valeurs signalées concernaient la semaine du 25 juin 2021, avec une inflation sur cinq ans supérieure à 3 % de probabilité de 31,1 % et des attentes FFR sur cinq ans de 2,0 %.

En se concentrant d’abord sur la ligne bleue, nous pouvons voir que le risque d’une inflation plus élevée n’a cessé d’augmenter depuis le début de la récession COVID-19. Plus précisément, entre avril 2020 et mai 2021, la probabilité fondée sur le marché que l’inflation sur cinq ans dépasse 3 % a augmenté de 38,6 points de pourcentage, passant de 1,5 % à 40,1 %. Mais pourquoi? L’explication la plus simple est que le taux d’augmentation des prix s’est accéléré. Si le taux d’inflation augmente aujourd’hui, les marchés pourraient s’attendre à ce que cette tendance se poursuive

Depuis que l’inflation de l’IPC en glissement annuel a atteint un creux de 0,22 % en mai 2020, l’inflation a progressivement augmenté pour atteindre un taux de 4,9 % un an plus tard.[4] La demande croissante, souvent associée à des problèmes de chaîne d’approvisionnement, pour des produits tels que le pétrole, l’acier et les plastiques a fait grimper les prix. Une autre explication du risque élevé perçu d’inflation future est liée à la proposition de budget de 6 000 milliards de dollars de l’administration Biden annoncée en mai, qui pourrait déclencher une activité d’achat qui augmenterait encore les prix. Plus récemment, les probabilités d’inflation à cinq ans ont fortement diminué, passant de 40,1 % à 31,1 % en juin 2021.

Si nous nous concentrons sur la ligne orange, nous pouvons voir que les attentes des marchés concernant le futur FFR ont augmenté de la même manière depuis le début de la récession. D’avril 2020 à juin 2021, les attentes futures du FFR à cinq ans ont augmenté de 1,2 point de pourcentage, passant de 0,8% à 2%. En fait, la corrélation entre les deux séries tracées était de 0,88 depuis avril 2020. Cela a du sens intuitivement – à mesure que le risque d’inflation future plus élevée augmente, la probabilité que la Réserve fédérale ait besoin de resserrer les taux d’intérêt à l’avenir augmente également.

Probabilités dans un laps de temps plus court

Dans la figure ci-dessous, nous traçons les probabilités basées sur le marché que l’inflation basée sur l’IPC dépassera en moyenne 3 % au cours des trois prochaines années, ainsi que les anticipations de FFR à trois ans. En gros, ce deuxième chiffre raconte la même histoire que le premier. Les marchés pensent que le risque d’une inflation plus élevée a augmenté et que la Réserve fédérale devra resserrer les taux d’intérêt à l’avenir. En fait, dans la mesure où la Réserve fédérale augmente généralement le FFR par incréments de 25 points de base, les attentes actuelles du FFR pour juin 2024 suggèrent que les marchés pensent que les décideurs augmenteront le FFR cinq fois au cours des trois prochaines années, de 13 points de base à 138 points de base.

Attentes du FFR et probabilités d'inflation au cours des trois prochaines années

SOURCES : Bloomberg et calculs des auteurs.

REMARQUE : Les dernières valeurs signalées concernaient la semaine du 25 juin 2021, avec une probabilité d’inflation sur trois ans supérieure à 3% de 43,8% et des attentes FFR sur trois ans de 1,4%.

Tester le nouveau framework

La Réserve fédérale a adopté une nouvelle approche pour gérer son mandat de stabilité des prix. Au moment où FAIT a été annoncé, l’inflation était modérée et l’était depuis un certain temps. Dans un tel environnement, il est facile de prédire que la politique monétaire ne se resserrera pas alors que l’inflation s’approche et dépasse la cible de 2 %. Mais maintenant que l’inflation a déjà dépassé les 2 % et que les marchés attribuent environ 50 à 50 chances que l’inflation de l’IPC soit en moyenne supérieure à 3 % au cours des trois prochaines années, la stratégie FAIT sera testée.

Notes et références

  1. Cette stratégie est parfois appelée prosaïquement « Enlever le bol de punch juste au moment où la fête devient bonne ».
  2. Alors que cette analyse est basée sur l’inflation de l’IPC, la Réserve fédérale cible les dépenses de consommation personnelle (PCE). Néanmoins, le CPI suit de près le PCE.
  3. Il convient de noter que les taux d’inflation récemment élevés en mars, avril, mai et juin 2021 sont en partie dus à ce qu’on appelle l’effet de base (c’est-à-dire que l’inflation était faible pour ces mois de l’année précédente, donc des hausses arithmétiquement plus faibles de l’IPC semblent plus gros qu’ils ne le sont).

Ressources supplémentaires

La source

https :// www . alimenté . org / sur – l’ – économie / 2021 / juillet / inflation – anticipations – nourri – nouveau – cadre – monétaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s