Un système totalement déréglé, tout le monde se frotte les mains, surtout les ploutocrates.

Mon idée est que le système américain est devenu ingérable.

A l’image de ce qui se passe en ce moment dans le système chinois. Les préoccupations de court terme et les préoccupations de long terme se télescopent.

Les USA comme les Chinois n’ont plus les moyens de gérer convenablement leur système, voila mon diagnostic.

Le système économique américain est prisonnier de ses contradictions : il est profondément déflationniste en raison de l’excès de dettes , de capital fictif et de la mauvaise allocation des ressources, il ne peut supporter qu’on appuie sur le frein budgétaire ou que l’on retire le bol de punch monétaire, mais il s’emballe.

L’économie américaine a créé 943 000 emplois en juillet. 

Avec les révisions à la hausse, 938 000 emplois ont été ajoutés en juin et 614 000 en mai – pour une augmentation notable de l’emploi sur trois mois de près de 2,5 millions. 

Le taux de chômage a chuté de cinq dixièmes à 5,4%, le plus bas depuis mars 2020.

Pour la période 2000 à 2019, le chômage s’est établi en moyenne à 5,9%. 

Le salaire horaire moyen a augmenté de 4,0% en glissement annuel en juillet, la plus forte hausse de la pandémie. 

D’après les données de Challenger publiées jeudi, les suppressions d’emplois en juillet ont été les plus faibles depuis juin 2000 ). 

Les rapports de pénuries de main-d’œuvre dans les groupes industriels et dans l’ensemble de l’économie se multiplient . Le marché du travail se resserre de semaine en semaine.

La notion de réglage de l’économie a disparu, comme si on s’était trompé pendant des decennies à en tenir compte et à s’efforcer de prévenir les déséquilibres.

Nous avons vécu depuis 1965 une Aventure monétaire. Tous les freins ont été relachés; mais il y avait encore , au moins, la notion de réglage économique, de surveillance des grands équilibres . A l’Aventure monétaire et financière que je décris inlassablement vient maintenant se joindre l’Aventure économique. John Law doit se retouner dans sa tombe, sa Great Experiment est dépassée, on double la Great Experiment Monétaire d’une Great Experiment Economique.

5 août – Associated Press

« Le déficit commercial américain a atteint un record de 75,7 milliards de dollars en juin. Le rebond de l’économie américaine a fait bondir la demande d’importations. 

Le déficit a augmenté de 6,7% par rapport à un déficit révisé de 71 milliards de dollars en mai. 

Le déficit de juin a établi un record, dépassant l’ancienne marque de 75 milliards de dollars établie en mars…

En juin, les exportations ont légèrement augmenté de 0,5% à 207,7 milliards de dollars tandis que les importations ont bondi de 2,1% à 283,4 milliards de dollars.

 Le déficit des biens politiquement sensible avec la Chine a atteint 27,8 milliards de dollars en juin, en hausse de 5,8 % par rapport au niveau de mai. 

Jusqu’à présent cette année, le déficit de marchandises avec la Chine, le plus important que les États-Unis ait eu avec n’importe quel pays, s’élèveait à 158,5 milliards de dollars, soit une augmentation de 19,2 % par rapport à la même période en 2020. »

Traditionnellement, les déficits commerciaux et courants sont des indications importantes d’une politique monétaire excessivement souple et de réglages conjoncturels défaillants.

L’ excès de crédit produit par le sytème américain et la défaillance du réglage économique inondent le monde de soldes en dollars lesquels sont recyclés sur les marchés boursiers américains. Le monde entier se réjouit et pour cause de l’abondance de liquidités dans le monde entier. Chacun a l’impression de s’enrichir.

3 août – Bloomberg

« La dette des ménages américains a augmenté au rythme le plus rapide depuis 2013 au deuxième trimestre, tirée par un boom hypothécaire. Les Américains profitent des faibles coûts d’emprunt . 

Le passif des ménages a grimpé de 313 milliards de dollars pour atteindre 14,96 trillions de dollars fin juin, soit une hausse de 2,1% par rapport à trois mois plus tôt, a déclaré la Federal Reserve Bank de New York…

La majeure partie de l’augmentation provient de l’hypothécaire. Avec la baisse du taux moyen sur 30 ans sur la période, des millions d’Américains dont le rating de credit est bon en ont profité pour se refinancer et réduire leurs mensualités.

6 août – Bloomberg

« Les emprunts à la consommation aux États-Unis ont augmenté le plus rapidement jamais enregistré en juin, reflétant de fortes augmentations des soldes de cartes de crédit et des prêts non renouvelables. Le crédit total a bondi de 37,7 milliards de dollars par rapport au mois précédent après un gain révisé à la hausse de 36,7 milliards de dollars en mai, selon les chiffres de la Réserve fédérale… Sur une base annualisée, les emprunts ont augmenté de 10,6 %.

2 août – Reuters

« Les agents de crédit des banques américaines ont signalé un assouplissement des normes et des conditions des prêts aux entreprises au deuxième trimestre, alors que l’économie se redressait grâce à des réouvertures plus larges et à l’augmentation des taux de vaccination contre les coronavirus.

Les officiers ont également déclaré dans l’enquête de la Réserve fédérale… qu’il y avait une plus grande demande de prêts aux entreprises de la part des entreprises de toutes tailles. « Les principale banques … ont cité des perspectives économiques plus favorables ou moins incertaines, « 

3 août – Financial Times

« Les Américains ont augmenté leurs emprunts hypothécaires au deuxième trimestre de l’année, ajoutant du carburant à un boom immobilier qui a vu les prix américains augmenter à un rythme record..

Les données de la succursale de New York de la Réserve fédérale ont montré que les montages de prêts hypothécaires ont atteint 1,2 trillions de dollars au cours des trois mois se terminant fin juin, dépassant les volumes observés au cours des trois trimestres précédents et bien au-dessus du niveau de 752 milliards de dollars atteint au dernier trimestre de 2019.

Ensemble, les montages hypothécaires au cours des quatre trimestres jusqu’au 30 juin – qui incluent le refinancement – ​​se sont élevés à près de 4,6 milliards de dollars, un sommet historique. Cela a contribué à porter les soldes hypothécaires à plus de 10 milliards de dollars – après une augmentation de 282 milliards de dollars au cours des trois mois précédents – ce qui signifie qu’environ 44% du solde hypothécaire impayé a été créé au cours de l’année écoulée.

Pendant ce temps:

L’indice des prix CPI a bondi de 0,9% en juin, avec un gain en glissement annuel de 5,4%. Les prix à la production ont bondi de 1,0 %, l’inflation en glissement annuel atteignant 7,3 %. Les données les plus récentes ont montré que l’indice national des prix des maisons FHFA a augmenté de 18,0 % en glissement annuel, tandis que l’indice S&P CoreLogic a augmenté de 16,99 %.

4 août – Bloomberg

« Les fournisseurs de services américains se sont développés en juillet au rythme le plus rapide depuis des records remontant à 1997, alors que les mesures de l’activité commerciale, des nouvelles commandes et de l’emploi s’amélioraient toutes. 

L’indice des services de l’Institute for Supply Management a bondi à 64,1 le mois dernier contre 60,1 en juin, dépassant toutes les estimations…

« Les pénuries de matériaux, l’inflation et la logistique continuent d’avoir un impact négatif sur la continuité de l’approvisionnement », Anthony Nieves, président du comité d’enquête sur les services de l’ISM, dit…

Les prix payés par les prestataires de services ont bondi à 82,3 le mois dernier, le niveau le plus élevé depuis septembre 2005. Entre-temps, les délais de livraison se sont allongés, avec une jauge de livraisons des fournisseurs atteignant sa deuxième valeur la plus élevée jamais enregistrée.

2 août – Financial Times

« Une saison des bénéfices meilleurs que prévu a suscité une vague de recommandations d’achat sur les actions, les analystes étant désormais plus optimistes qu’ils ne l’ont été depuis près de deux décennies.

Les données de Morgan Stanley montrent que le pourcentage de notes d’achat a atteint son plus haut niveau en 18 ans…

Le crédit de la Réserve fédérale a gonflé 4,462 trillions , ou 120%, au cours des 99 dernières semaines. Au cours de cette période, la « masse monétaire » M2 a gonflé de 5,450 trillions , soit 36%, à 20,4 TN. Bien entendu, une telle inflation monétaire sans précédent a des conséquences, immédiates comme à plus long terme. 

3 août – New York Times

« Le Sénat américain a fait des progrès mardi sur un projet de loi d’investissement de 1 000 milliards de dollars dans les infrastructures pour moderniser les routes, les ponts, les transports en commun et les services à large bande alors que les dirigeants démocrate et républicain se disputaient le débat sur les amendements.

Les risques s’intensifient pour l’économie américaine en surchauffe.

Une lettre du sénateur démocrate modéré influent Joe Manchin met les pieds dans le plat:

« Avec la fin de la récession et notre forte reprise économique bien entamée, je suis de plus en plus alarmé par le fait que la Fed continue d’injecter des quantités record de relance dans notre économie en poursuivant un niveau d’urgence d’assouplissement quantitatif (QE) avec des achats d’actifs de 120 milliards de dollars par mois de Titres du Trésor et de titres adossés à des créances hypothécaires. 

La Fed a acheté 120 milliards de dollars par mois d’actifs depuis juin 2020, malgré l’augmentation des taux de vaccination pour lutter contre le virus et les mesures de relance budgétaire supplémentaires du Congrès dans l’ARP. Le volume record de mesures de relance dans l’économie a conduit à la plus forte dynamique d’inflation en 30 ans, et notre économie n’a même pas encore complètement rouvert. Je suis profondément préoccupé par le fait que la relance continue proposée par la Fed et la proposition de relance budgétaire supplémentaire,

Je vous exhorte, ainsi que les autres membres du Federal Open Market Committee, à réévaluer immédiatement la position de notre pays en matière de politique monétaire et à commencer à réduire votre réponse de relance d’urgence.

Bien que j’apprécie votre engagement en faveur d’un emploi maximal et de prix stables, il est impératif que nous commencions à comprendre que les réponses politiques à long terme adaptées à une dépression économique, comme la Grande Dépression et la Grande Récession de 2008, ne sont pas adaptées à la situation actuelle.

Tout est dit, ou presque!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s