Dire qu’il faut des boosters aux vaccins c’est dire que les vaccins sont un quasi échec sans le dire

Note BB:

Le but recherché, l’immunisation de groupe, par la vaccination est inatteignable, mais il ne faut pas desespérer les masses.

Tous les textes doivent etre lus sachant qu’il y a un biais systemique en faveur du vaccin.

Il ne s’agit pas de cacher que l’efficacité du vaccin est inferieure aux promesses, il s’agit d’acclimater cette idée tout en evitant de se dejuger.

Exercice délicat.

Ce biais vient du fait que les autorités ne peuvent se renier, car elles risquent la perte de credibilité, la propagande est un paquebot lent et lourd a virer.

Le biais se retrouve dans les tournures de phrases, dans le vocabulaire et dans la hierarchisation de l’information.

Source Medpage.

Mercredi, les responsables de la santé américains ont présenté la justification scientifique d’une troisième dose de vaccins à ARNm COVID-19 pour tous les adultes américains, en s’appuyant sur des données CDC publiées et non publiées, ainsi qu’une étude de préimpression.

Dans l’ensemble, ils ont déclaré qu’il existe des preuves que l’efficacité du vaccin contre l’infection – à la fois symptomatique et asymptomatique – a diminué au fil du temps, mais que la protection contre les maladies graves, l’hospitalisation et la mort reste relativement élevée.

En prévision d’un nouveau déclin de l’immunité au milieu de la poussée continue alimentée par la variante Delta – qui pose des défis supplémentaires – appuyer sur la gâchette des injections de rappel pourrait aider les États-Unis à garder une longueur d’avance sur le virus, ont-ils déclaré.

Lors d’un briefing du groupe de travail COVID-19 de la Maison Blanche, la directrice du CDC, Rochelle Walensky, MD, a offert cinq preuves à l’appui de cette décision : trois nouvelles études qui ont été publiées mercredi dans le Morbidity and Mortality Weekly Report (MMWR) , une précédemment publiée le medRxiv et des données CDC non publiées sur la variante Delta.

Protection contre les infections

Walensky a cité de nouvelles données MMWR de New York qui ont montré une baisse de l’efficacité du vaccin contre l’infection, de 91,7% à 79,8% au cours de la période du 3 mai au 25 juillet.

Eli Rosenberg, PhD, du Département de la santé de l’État de New York, et ses collègues ont lié les données de plusieurs systèmes de surveillance de New York sur la vaccination, les tests de laboratoire et l’hospitalisation.

Au cours de cette période, ils ont constaté qu’un total de 9 675 nouveaux cas de COVID-19 sont survenus chez des adultes complètement vaccinés, contre 38 505 cas chez des adultes non vaccinés (1,31 contre 10,69 pour 100 000 jours-personnes).

En outre, les données de la Mayo Clinic, publiées précédemment sur medRxiv , ont également révélé une diminution de l’efficacité du vaccin dans la prévention des infections au Minnesota, a déclaré Walensky. Pour le vaccin Moderna, l’efficacité contre l’infection est passée de 86 % en janvier-juillet à 76 % au cours du mois de juillet, tandis qu’elle est passée de 76 % à 42 % pour Pfizer pendant cette période.

Enfin, de nouvelles données du MMWR d’un réseau national de maisons de soins infirmiers ont montré une réduction de la protection contre les infections, de 75% en mars à 53% au 1er août, a déclaré Walensky.

Srinivas Nanduri, MD, du CDC, et ses collègues ont évalué les données hebdomadaires sur les maisons de soins infirmiers et les établissements de soins infirmiers qualifiés signalées par CMS au National Healthcare Safety Network du CDC.

Ils ont constaté que l’efficacité ajustée contre l’infection au cours de la période « pré-Delta » (1er mars au 9 mai) était de 74,7 % (sur la base de 17 407 rapports hebdomadaires provenant de 3 862 établissements), qui est tombée à 67,5 % au cours de la période « intermédiaire » (mai 10 au 20 juin ; sur la base de 33 160 rapports hebdomadaires provenant de 11 581 installations), et finalement à 53,1 % au cours de la période dominante du delta (21 juin au 1er août ; sur la base de 85 593 rapports hebdomadaires provenant de 14 917 installations).

Nanduri et ses collègues ont noté que les estimations de l’efficacité étaient similaires pour les deux vaccins.

« Dans l’ensemble, vous pouvez voir que si le pourcentage exact d’efficacité du vaccin diffère selon la cohorte et le cadre étudiés, les données démontrent systématiquement une réduction de la protection contre l’infection au fil du temps », a déclaré Walensky.

2 réflexions sur “Dire qu’il faut des boosters aux vaccins c’est dire que les vaccins sont un quasi échec sans le dire

  1. Cher Monsieur,

    Je viens de lire ce commentaire écrit par une participante assidue du blog du Dr Maudrux, elle-même soignante :
    « Anecdote personnelle : Un médecin avec qui je travaille a parlé avec les laborantines du labo d’à côté, 10 vaccinées. Elles ont mesuré leur taux d’anticorps après le vaccin, une seule en a un peu. Vaccin efficace à 10% ? »

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s