Editorial: la colère de Dieu!

  • Keynes était un fin connaisseur de la Bourse de son époque , de ses vices et de ses limites.
  • C’est lui qui a popularisé l’idée du concours de beauté. Il a expliqué que dans un concours de beauté, ce sont pas tant les candidates -et maintenant les candidats, il faut vivre avec le temps du genre- qu’il faut examiner, mais le jury.
  • Appliqué à la bourse, cela signifie qu’il faut passer plus de temps à analyser l’état d’esprit des participants au jeu boursier que les actifs financiers eux mêmes.
  • L’idée n’est plus d’accomplir une fonction économique d’affectation de ressources rares mais de trouver des gagnants, des chevaux gagnants ou des numéros gagnants au grand casino.
  • Keynes avait compris la modernité, c’est à dire la névrose qui consiste à substituer un signe au réel et à en faire un fétiche, ici le fetiche est le cours de bourse: il occculte la réalité économique sous jacente et ensuite vit de sa vie, de sa combinatoire propres.
  • L’affectation des ressources rares devient comme il l’a dit cyniquement- Keynes était un terrible cynique sous apprécié- l’affectation des ressources rares devient le sous-produit d’une activité de casino. Il ne faisait que reprendre la découverte du grand joueur/escroc , John Law qui lui même la reprenait d’Adam Smith.
  • De la théorie du jeu à la theorie des jeux
  • Keynes avait accédé à la modernité c’est à dire qu’il avait inclus dans ses réflexions la névrose sociale , le fait que l’on perdait de vue le Réel et que l’on se laissait séduire/aveugler par les ombres, les cours de bourse. Keynes comme John Law avait compris la disjonction des ombres et des corps .
  • Mais il n’avait pas anticipé la post- modernité.
  • Depuis Keynes on a si j’ose dire progressé!
  • On a remonté d’un cran dans la névrose.
  • On a compris qu’ analyser , décortiquer le jury et son état d’esprit était insuffisant car les opinions du jury ne sont pas des données mais des produits, des résultantes; l’opinion d’un jury cela se façonne, cela se fabrique et même maintenant cela se programme.
  • Bref dans la post modernisté il faut remonter, remonter et aller en amont des opinions du jury, il faut voir coment elle se fabrique cette opinion.
  • Et là on a découvert que l’opinion du jury que constitue le public de la bourse, est fabriquée, manipulée, produite par le monétaire et que le monétaire est produit par des oracles, des pythies du temple d’Apollon/Apognon , des grands prêtres à savoir les gouverneurs et le chef des gouverneurs, le président de la Fed. Le Powell.
  • Donc on progresse toujours si on peut dire, dans la névrose et on étudie les paroles des oracles et pyhonisses.
  • Mais on peut encore aller plus en amont et remonter jusqu’à ce qui produit la parole des oracles à savoir , leur psychologie, leur mood, leur histoire etc vous m’avez compris je pense.
  • Couper les cheveux des gouverneurs en quatre.
  • Le jeu boursier ne consiste plus à étudier les produits boursiers, le jury des joueurs, mais mainteant à couper les cheveux des oracles en quatre , à scruter la personnalité, les forces et faiblesses de ceux qui croient influencer le jury.
  • La récurrence ne saurait s’arréter là! En effet dans leur délire démiurgique les pythonisses d’Apognon ont appris et compris tout cela, elles savent que non seulement le jury à une mémoire mais qu’il joue à interpreter les oracles avant meme qu’ils ne soient prononcés. Ce qui conduit bien sur les gouverneurs de la Fed à intégrer dans leurs paroles Eleusiques ou leurs actions les aprentissages et les réactions supposées du jury!
  • Par exempe; s’agissant de la question idiote mais centrale du Taper- la Fed intègre l’expérience du Tantrum , de la colère des marchés et elle croit donc jouer au plus fin en jouant de cette expérience.
  • On va donc faire un Taper qui n’est pas un Taper, c’est dire une ombre de Taper pour ne pas avoir une ombre de colère, une ombre de Tantrum.
  • Bref on va faire joujou avec des ombres , ou des ombres d’ombres, ce qui est à peu près aussi intelligent que ce que l’on fait avec les QE ou on crée de la monnaie qui n’est qu’une ombre de monnaie, ou avec les Reverse Repos, ou d’un côté on pompe des liquidités mais ou de l’autre on re-injecte ces liquidités tout en sachant qu’elles sont excédentaires car il ne faut pas dire qu’elles sont excédentaires et que l’on va finir par les enlever…tout cela pour dissimuler le vrai probleme qui est celui … des ombres que sont les collatéraux!
  • La Fed est prise dans un imaginaire vertigineux, dans un jeu de miroirs sans fin qui la fait s’éloigner de plus en plus du monde réel et s ‘enfoncer dans le « Rabbitt Hole » d’Alice au Pays des Merveilles. Chez Alice il y a des taux négatifs , des demandes de dépots négatives, etc etc . Mais il y a aussi la Reine Rouge qui nous dit que dans le monde il faut courir de plus en plus vite pour rester à la meme place!
  • C’est sans fin, c’est stupide et vertigineux de connerie .
  • On s’éloigne de plus en plus du réel pour s’enfoncer dans le jeu en abyme de la récurrence .
  • Tout cela est pure folie et mène à la catastrophe ; les hommes se surévaluent et à force de tricher et mentir ils finissent par croire à l’univers bidon qu’ils ont créé et comme ils ont la toute puissance des mots/narratives ils en arrivent à croire qu’ils ont la toute puissance de transformer le monde réel!
  • Hélas quand on chasse le naturel disait le bon vieux Aristote un jour il revient au galop.
  • Des gens qui ont une illusion de pouvoir se réunissent virtuellement.
  • Au cours de la semaine à venir, les « responsables » de la Fed se réuniront donc virtuellement pour leur symposium annuel, qui se tient normalement à Jackson Hole, Wyoming. 
  • Le sujet brûlant sera l’intention de nombreux responsables de la Fed de s’éloigner d’une politique monétaire accommodante.

La Fed pourrait maintenir les tensions sur les marchés à un niveau élevé. Les actions ont réagi négativement aux dernières minutes de la Fed selon lesquelles la plupart des membres soutiennent un ralentissement des achats d’obligations dès cette année.

Les efforts de la Réserve fédérale pour renverser sa politique accommodante seront donc le thème dominant pour les marchés au cours de la semaine à venir.

Plutôt que de se réunir dans le contexte des Grands Tetons dans l’air vif de la fin août, les banquiers centraux tiendront leur symposium annuel de politique économique de Jackson Hole en ligne en raison des risques de Covid . Les responsables de la Fed seront sous pression pour se diriger doucement vers moins de soutien monétaire , sans créer une crise sur le marché.

Les responsables de la Réserve fédérale, dans de nombreux discours et entretiens récents, ont déjà réussi à accélérer les attentes quant au moment où ils pourraient commencer à réduire lentement leurs 120 milliards de dollars d’achats d’obligations par mois. 

Le discours du président de la Fed est généralement le point culminant de l’événement annuel, et plusieurs présidents de la Fed ont utilisé la réunion de Jackson Hole pour envoyer des messages importants. La question est de savoir si Jerome Powell utilisera son discours vendredi matin pour fournir plus de détails sur la façon dont la Fed pourrait commencer à dénouer ses achats d’obligations, et même s’il est personnellement prêt à l’accepter.

Personnellement je ne m’attends pas à une grande révélation politique lors de cette réunion, Je ne pense pas que ce soit le moment où Powell veut vraiment faire sensation. Il serait stupide de se lier les mains et de trancher: son interêt personnel pour sa crédibilité est de gérer les oscillations des anticipations plutot que de faire pensher la balance. Mais on ne sait jamais.

Powell, ne devrait pas annoncer le Taper magique, il va parler des progrès qui ont été réalisés depuis le début de Covid, et dire que l’incertitude cependant demeure.

La publication mardi dernier du compte rendu de la dernière réunion officielle a secoué les investisseurs. Le procès-verbal décrit la plupart des membres du Federal Open Market Committee comme étant prêts à diminuer les achats dès cette année si l’économie est suffisamment forte. 

On acclimate à l’idée du taper

Le dernier procès-verbal a provoqué des hoquets sur les marchés : les investisseurs ont réagi à l’idée que la Fed ferait ses premiers pas pour réduire la politique qu’elle a utilisée pour lutter contre l’impact de la pandémie. La réduction du programme d’obligations pourrait prendre des mois, mais une fois qu’il se terminera, cela pourrait annoncer le début de hausses de taux.

Ce proces verbal fait bien entendu partie de la gestion des opinions et des anticipations du jury dont nous avons parlé ci dessus: on introduit du continu, des affirmations et des dénégations sur du fractal sur du tout ou rien. C’est l’un des outils de la Fed: mettre du pseudo-continu sur du fractal.

L’ obsession qui transparait est de désamorcer la colere du marché.

.

Pendant ce temps, sur les marchés:

Le S&P500 a baissé de 0,6% (en hausse de 18,3% en glissement annuel).

Le Dow Jones a baissé de 1,1% (en hausse de 14,7%). 

Les Utilities ont bondi de 2,0% (+11,2%). 

Les banques ont chuté de 3,6% (en hausse de 27,8%) et les courtiersont perdu 3,3% (en hausse de 24,6%). 

Les Transports reculent de 2,5% (+16,4%). 

Le S&P 400 des Midcaps a baissé de 2,0% (en hausse de 16,0%) et les Small Cap du Russell 2000 a baissé de 2,5% (en hausse de 9,8%). 

Le Nasdaq100 a glissé de 0,3% (en hausse de 17,1%). 

Les Semi-conducteurs s’effondrent de 2,4% (+16,5%). Les Biotechs reculent de 0,6% (+0,6%). 

Alors que le lingot a gagné 1 $, l’indice de l’or HUI a chuté de 5,9 % (en baisse de 19,9 %).

Les taux des bons du Trésor à trois mois ont terminé la semaine à 0,0425 %. 

Les rendements des fonds d’État à deux ans ont augmenté de deux points de base à 0,23% (en hausse de 10 points de base en glissement annuel). 

Les rendements des bons du Trésor à cinq ans ont augmenté d’un point de base à 0,78 % (en hausse de 42 pb). 

Les rendements des bons du Trésor à dix ans ont baissé de deux points de base à 1,23% (en hausse de 34 points de base). Les rendements obligataires longs ont baissé de 6 points de base à 1,87 % (en hausse de 23 points de base). 

Les rendements des MBS de référence Fannie Mae ont augmenté d’un point de base à 1,79% (en hausse de 44 pb).

Les rendements du Bund allemand ont baissé de trois points de base à – 0,50 % (en hausse de 7 points de base). Les taux français ont baissé de deux points de base à – 0,15% (en hausse de 19 points de base). L’écart entre les obligations françaises et allemandes à 10 ans s’est élargi de 1 à 35 points de base.

Les taux grecs à 10 ans ont ajouté un point de base à 0,56% (en baisse de 7 pb en glissement annuel). Les taux 10 ans portugais sont restés inchangés à 0,11% (+8pb). Les taux italiens à 10 ans sont restés inchangés à 0,55% (inchangé). Les taux à 10 ans espagnols ont glissé d’un point de base à 0,21% (+16 pb).

 Les rendements des gilts britanniques à 10 ans ont baissé de cinq points de base à 0,52 % (en hausse de 33 points de base). L’indice boursier britannique FTSE a chuté de 1,8 % (en hausse de 9,7 % en glissement annuel).

L’indice Nikkei Equities du Japon a chuté de 3,4% (-1,6% en glissement annuel). Les rendements japonais à 10 ans « JGB » ont baissé de 2 pb à 0,01 % (-1 pb en glissement annuel). 

Le CAC40 français a chuté de 3,9% (+19,4%). 

L’indice actions allemand DAX a perdu 1,1% (+15,2%). 

L’indice des actions espagnoles IBEX 35 a baissé de 0,9% (en hausse de 10,4%). 

L’indice italien FTSE MIB a chuté de 2,8% (en hausse de 16,6%). 

Les actions des marchés émergents étaient pour la plupart en baisse. 

L’indice Bovespa du Brésil a chuté de 2,6 % (-0,8 %), tandis que le Bolsa du Mexique a peu changé (hausse de 16,7 %). 

L’indice Kospi de la Corée du Sud a chuté de 3,5% (en hausse de 6,5%). 

L’indice indien des actions Sensex a reculé de 0,2% (+15,9%). 

La bourse chinoise de Shanghai a chuté de 2,5% (-1,3%). 

L’indice turc Borsa Istanbul National 100 a glissé de 0,2% (-2,2%). 

L’indice des actions russes MICEX a baissé de 1,0 % (en hausse de 16,5 %).

Les fonds d’obligations de qualité ont enregistré des entrées de 4,278 milliards de dollars, tandis que les fonds d’obligations de pacotille ont enregistré des sorties de 4,0 millions de dollars (de Lipper).

Le crédit de la Réserve fédérale a augmenté la semaine dernière de 93,2 milliards de dollars pour atteindre un record de 8,298 trillions . Au cours des 101 dernières semaines, Fed Credit a augmenté de 4,572 trillions , soit 123%. 

Le crédit de la Fed a gonflé 5 487 milliards de dollars, ou 195 %, au cours des 458 dernières semaines. 

Ailleurs, les avoirs de la Fed pour le compte des propriétaires étrangers de dette du Trésor et de la dette des agences ont augmenté la semaine dernière de 5,9 milliards de dollars à 3,502 trillions . 

Les actifs totaux des fonds du marché monétaire ont augmenté de 12,5 milliards de dollars à 4,522 trillions . Les fonds monétaires totaux ont diminué de 22 milliards de dollars en glissement annuel, ou 0,5%.

Le total du papier commercial a baissé de 3,3 milliards de dollars à 1,138 trillions . Le CP a augmenté de 132 milliards de dollars, ou 13,1%, d’une année sur l’autre.

Chez Freddie Mac les taux hypothécaires fixes à 30 ans pb sont à 2,8 % (basse pb en glissement annuel). Les taux à 15 ans bps à 2,1% (en baisse de 3bps). Les taux ARM hybrides à cinq ans s’établissent à 2,4 % en points de base (en baisse de 4 points de base). L’enquête de Bankrate sur les coûts des emprunts hypothécaires jumbo avait des taux fixes à 30 ans à 3,0 % (en baisse de 1 pb).

Sur le front monétaire :

Pour la semaine, l’indice du dollar américain a gagné 1,1% à 93,50 (en hausse de 4,0% en glissement annuel). 

Pour la semaine à la baisse: le rand sud-africain a baissé de 3,7%, le dollar australien de 3,2%, le dollar néo-zélandais de 2,9%, la couronne norvégienne de 2,5%, le real brésilien de 2,5%, le dollar canadien de 2,4%, le peso mexicain de 2,4 %, la couronne suédoise 1,8%, la livre sterling 1,8%, le won sud-coréen 0,9%, l’euro 0,8%, le dollar de Singapour 0,5%, le yen japonais 0,2% et le franc suisse 0,2%. 

Le renminbi chinois a perdu 0,37% par rapport au dollar (+0,40% en glissement annuel).

Sur les matières premières :

L’indice Bloomberg des Commodities a chuté de 4,2 % (en hausse de 16,8 % en glissement annuel). 

L’or au comptant a peu varié à 1 781 $ (en baisse de 6,2 %). L’argent a chuté de 3,0% à 23,03 $ (en baisse de 12,8%). 

Le brut WTI a chuté de 6,30 $ à 62,14 $ (en hausse de 28 %). L’essence a perdu 10,6 % (+ 44 %) et le gaz naturel a reculé de 0,3 % (+ 52 %). 

Le cuivre a baissé de 5,9% (+17%). 

Le blé a baissé de 5,9 % (+ 14 %). Le maïs a baissé de 6,3% (+11%). 

Bitcoin a gagné 1 645 $ cette semaine à 49 248 $ (en hausse de 69 %).

Sur le coronavirus :

16 août – CNBC :

« Cinq États ont battu des records pour le nombre moyen de nouveaux cas quotidiens de Covid au cours du week-end alors que la variante delta met à rude épreuve les systèmes hospitaliers à travers les États-Unis et oblige de nombreux États à rétablir les restrictions. La Floride, la Louisiane, Hawaï, l’Oregon et le Mississippi ont tous atteint de nouveaux sommets dans leur moyenne de sept jours de nouveaux cas par jour dimanche… Par habitant, la Louisiane, le Mississippi et la Floride souffrent des trois pires épidémies du pays. « 

La Mania de la rue Quincampoix

19 août – Bloomberg :

« Les rangs des millionnaires 401(k) et IRA explosent. Le nombre de comptes 401 (k) avec des soldes d’au moins 1 million de dollars chez Fidelity Investments a augmenté de 84 % sur un an pour atteindre 412 000, tandis que le nombre d’IRA à sept chiffres a bondi de plus de 64 % à 341 600, a déclaré Fidelity. Ensemble, le nombre de comptes avec 1 million de dollars ou plus a augmenté de 74,5 %, bien qu’il ne soit pas clair combien d’individus cela représente, car les gens peuvent avoir plusieurs comptes.

18 août – Bloomberg

: « Le monde du crédit privé à haut risque et à haut rendement cible les riches. Blackstone Group Inc., Carlyle Group Inc., Apollo Global Management Inc. et d’autres grandes entreprises ont commencé à proposer des produits aux particuliers pour investir dans des prêts aux entreprises de taille moyenne auxquels les banques ne touchent pas. L’attrait est un rendement annuel potentiel dépassant parfois 8 %, allors que les indices de rendement des obligations d’entreprise sont négatifs. on peut investir avec un investissement initial relativement faible. Leur poussée coïncide avec une « démocratisation » plus large des marchés financiers, avec des applications telles que Robinhood Markets Inc. aidant les gens à trouver leur chemin dans tout les vehicules les plus divers , des SPAC à Dogecoin.

16 août – Financial Times

 : « Les plus grandes sociétés de capital privé américaines cotées en bourse ont plus que triplé en valeur depuis le creux de l’année dernière, les investisseurs cherchant à profiter des commissions élevées qu’elles engrangen avec le boom des actifs non cotés. 

La valeur marchande combinée de Blackstone, KKR, Carlyle, Apollo et Ares est passée d’un creux de 80 milliards de dollars en mars 2020 à environ 252 milliards de dollars cette année, et les chefs du capital-investissement ont donné une tonalité exubérante aux commentaires de résultats avec les analystes cet été. « Nous avons la chance d’être dans une entreprise en croissance », a déclaré Marc Rowan, directeur général d’Apollo Global Management. « Presque tous les jours, les affaires s’améliorent. Les tendances de l’entreprise sont extrêmement favorables.

17 août – Bloomberg :

« Les plus gros acheteurs de prêts à effet de levier américains ont levé des fonds cette année au rythme le plus rapide jamais enregistré, alors que les investisseurs réclament des rendements plus élevés et une dette à taux variable. Les gestionnaires de fonds qui regroupent des prêts en obligations connues sous le nom d’obligations de prêts garantis ont vendu plus de 100 milliards de dollars de ces titres aux États-Unis en 2021… soit 130,4 milliards de dollars. Les ventes de CLO atteignant de nouveaux records, Sur le marché des prêts à effet de levier, les nouveaux financements, ceux qui soutiennent les acquisitions et les dividendes, ont atteint plus de 40 milliards de dollars en juin et juillet,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s