De la bouche du cheval , Summers critique poliment Powell.

27 août 2021 : David Westin de Bloomberg Wall Street Week :

« Larry, vous avez vu ce que Jay Powell a dit dans son discours de Jackson Hole. Quelle est votre réaction ? »

Larry Summers :

«J’ai été heureux de le voir commencer à parler de réduction cet automne. 

Je pense toujours qu’il opère dans le même paradigme – ce qui… je ne pense pas qu’il ait raison. 

Il a avancé toute une série d’arguments lénifiants par rapport à l’inflation. Evidemment, il peut s’avérer correct dans ces arguments – et il y a beaucoup de gens qui sont d’accord avec lui. Mais j’ai été frappé, par exemple, qu’il n’ait rien dit sur le secteur du logement. C’est la plus grande composante des indices des prix à la consommation. J’ai vu une statistique… qui disait qu’en moyenne, lorsqu’un locataire emménage dans une résidence louée, il paie 17 % de plus que l’ancien locataire. Cela suggère beaucoup d’inflation dans les prix de location. Si vous regardez les maisons occupées par leurs propriétaires, les prix décollent. Rien de tout cela n’a encore été reflété dans nos indices de prix.. Et, donc, je suppose que nous allons commencer à voir la composante logement de l’inflation augmenter assez rapidement. Ou si cela ne se fait pas, pas, cela signifiera qu’il y a des vices dans la façon dont nous fabriquons les indices de prix.

Le président a mentionné, à juste titre, que nous avons des niveaux record d’ouvertures d’emplois. Les travailleurs quittent leur emploi et retrouvent facilement du travail. . 

J’aurais pensé que tout cela serait un signal que nous sommes dans une économie de pénurie de main-d’œuvre, et que nous allions commencer à voir des augmentations de salaire beaucoup plus rapides qu’auparavant. 

Powell était tout fait serein sur tout cela. 

Il a fait référence au fait que nous avions 4% de chômage avant Covid sans que cela accélère rapidement l’inflation. Il a raison là-dessus, bien sûr. Mais je vois que nous avons beaucoup de changements structurels dans l’économie, les entreprises repensent leurs modèles , les gens ne vont pas revenir au bureau, les gens repensent leur vie après un an sans se déplacer – dans l’ensemble la structure de l’économie change. Les chiffres ne sont donc pas comparables.

Il n’y a pas de certitudes, mais je pense que les risques d’inflation sont plus graves que ceux que le Président a reconnus. 

Je pense que les effets secondaires toxiques du QE sont plutôt plus importants que ce que le président ne l’a reconnu. 

….

« Si vous pensez que c’est une bonne idée de stimuler l’économie – personnellement je pense que c’est l’inverse, les risques sont plutôt du côté de la surchauffe – mais si l’on pense que c’est une bonne idée de stimuler l’économie en imprimant de la monnaie la question devrait être de s’interroger sur quoi il faut dépenser l’argent. 

De toutes les possibilités pour dépenser de l’argent, la chose qui me semblerait la plus absurde serait d’aider le plus les riches par l’achat d’actifs financiers. Et c’est ce que fait le QE.

 Je préfère utiliser la politique budgétaire. Encore une fois, je ne vois pas une situation qui nécessite une stimulation de l’économie. Je vois que le risque est au contraire celui de surchauffe l’économie. Mais dans tous les cas, si nous voulons fournir un stimulus, je ne pense pas que le QE soit la bonne façon de le faire. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s