Editorial. La synthèse de la semaine: nous sommes dans l’univers alchimique, le plomb des dettes se transforme en or.

La folie financière et monétaire continue. Le Centre Mondial alimente le système: le pétrole est rare mais les digits sont abondants!

La dette non financière (la NFD) américaine a augmenté de 1,002 trillions au cours du deuxième trimestre pour atteindre un record de 63,254 trillions .

 En rythme annualisé désaisonnalisé, la NFD a augmenté de 4,013 trillions . 

À titre de perspective, la NFD avait gagné en moyenne 1,842 trillions par an pour la décennie 2010-2019. 

La NFD a bondi d’un montant sans précédent de 8,755 trillions au cours des six derniers trimestres (moyenne trimestrielle de 1,459 trillion). 

Bien que légèrement inférieur aux récents records, le ratio de 278 % de la NFD au PIB au deuxième trimestre se compare aux sommets du cycle précédent, 227 % à la fin de 2007 et 184 % à la fin de 1999.

Les emprunts du Trésor continuent de dominer la croissance du crédit du système. Les bons du Trésor en circulation ont gagné 359 milliards de dollars au cours du deuxième trimestre pour atteindre un record de 24,302 trillions . 

Les encours de bons du Trésor ont bondi de 6,487 trillions , ou 36%, au cours des deux dernières années. Les encours de bons du Trésor par rapport au PIB ont légèrement fléchi au cours du trimestre à 107 %. Ce ratio avait terminé l’année 2007 à 41 % et il atteignait 87 % avant la pandémie, on est a 107%

Tout est dit !

Du coup, alors que le monde global ne cesse de se paupériser:

La valeur nette de la fortune des ménages US (actif moins passif) a bondi de 5,849 trillions pour atteindre un record à 141,668 trillions!

La valeur nette de la fortune des ménages US a bondi de 23,176 trillions , ou 19,6%, au cours des quatre derniers trimestres. 

Plus cela va mal, plus on sombre et plus on est riche!

La valeur nette de la fortune des ménages par rapport au PIB a terminé le deuxième trimestre à un record de 623 %, après avoir augmenté de 537 % à la fin de 2019 (avant la pandémie). Cela se compare aux pics du cycle précédent 491% (T1 ’07) et 445% (T1 2000).

L’inflation des prix des logements a alimenté une augmentation de 1,218 trillions (13% annualisé) des avoirs immobiliers des ménages au cours du trimestre pour atteindre un record de 38,706 trillions .

 À 171 %, le ratio de l’immobilier au PIB est en hausse par rapport au creux du cycle de 125 % (T2 2012) – mais reste inférieur au sommet du cycle qui était de 190 % du T3 2006.

L’enrichissement des américains leur donne un pouvoir de prélèvement considérable sur toute la production et la richesse mondiale puisque le dollar est roi !

Le monde entier aura beau travailler, se serrer la ceinture, jamais il ne pourra honorer la fortune des ménages US : ils s’enrichissent au dessus de nos moyens.

Plus on s’endette et plus on est riche cela n’a jamais été aussi vrai puisque les dettes sont comptabilisées comme … des avoirs!

Les gouvernements s’endettent, les banques centrales achètent les dettes et les convertissent en monnaie de base qui ne rapporte rien, cette monnaie de base va faire un tour sur les marchés histoire de s’engraisser un peu et au passage elle inflate les prix des actifs boursiers.

Nous sommes en presence d’une alchimie qui crée de la fortune fictive en papier de toutes sortes et qui donne aux apprentis sorciers et a leurs gogos l’illusion qu’ils sont riches.

Finalement après un tour d’escarpolette, le S&P500 a augmenté de 0,5% (en hausse de 18,6% en glissement annuel).

Le Dow Jones a augmenté de 0,6% (en hausse de 13,7%). 

Les services publics ont baissé de 1,2 % (en hausse de 3,8 %). 

Les banques ont fait un bond de 3,1% (en hausse de 32,9%) et les courtiers ont gagné 2,0% (en hausse de 26,0%). 

Les Transports ont ajouté 0,5% (+14,7%). 

Le S&P 400 des Midcaps a progressé de 0,8% (+17,0%) et les small caps du Russell 2000 de 0,5% (+13,8%). 

Le Nasdaq100 a peu évolué (en hausse de 18,9%). 

Les Semi-conducteurs ont ajouté 1,0% (en hausse de 23,6%). 

Les Biotechs reculent de 0,8% (+3,0%).

 Alors que les lingots chutaient de 4 $, l’indice des mines d’or HUI a chuté de 3,0 % (en baisse de 23,1 %).

Les taux des bons du Trésor à trois mois ont terminé la semaine à 0,025 %. 

Les rendements des fonds d’État à deux ans ont augmenté de cinq points de base à 0,27 % (en hausse de 15 points de base en glissement annuel). 

Les rendements des bons du Trésor à cinq ans ont bondi de neuf points de base à 0,95% (en hausse de 59 points de base). 

Les rendements des bons du Trésor à dix ans ont gagné neuf points de base à 1,45% (en hausse de 54 points de base). 

Les rendements des obligations longues ont augmenté de huit points de base à 1,99% (en hausse de 34 points de base). Les rendements de l’indice de référence Fannie Mae MBS ont bondi de huit points de base à 1,93% (en hausse de 59 points de base).

Les rendements du Bund allemand ont gagné cinq points de base à – 0,23 % (en hausse de 34 points de base). Les taux français ont bondi de 6 pb à 0,11% (+45 pb). L’écart entre les obligations françaises et allemandes à 10 ans s’est élargi d’environ 1 à 34 pb. 


Les rendements grecs à 10 ans sont restés inchangés à 0,81% (en hausse de 19 pb en glissement annuel). Les rendements portugais à dix ans ont augmenté de six points de base à 0,32 % (en hausse de 29 points de base). Les taux italiens à 10 ans ont bondi de 6 pb à 0,78% (+ 24 pb). Le rendement à 10 ans de l’Espagne a augmenté de cinq points de base à 0,41% (en hausse de 36 points de base). 

 Les rendements des gilts britanniques à 10 ans ont augmenté de huit points de base à 0,93% (en hausse de 73 points de base). L’indice boursier britannique FTSE a progressé de 1,3% (en hausse de 9,1% en glissement annuel).

L’indice Nikkei Equities du Japon a baissé de 0,8% (en hausse de 10,2% en glissement annuel). Les rendements « JGB » japonais à 10 ans ont augmenté d’un point de base à 0,06 % (en hausse de 4 pb en glissement annuel). 

Le CAC40 français a récupéré 1,0% (+19,6%). 

L’indice des actions allemandes DAX a ajouté 0,3% (hausse de 13,2%). 

L’indice des actions espagnoles IBEX 35 a progressé de 1,3% (+ 9,9%). L’indice italien FTSE MIB a augmenté de 1,0 % (en hausse de 16,8 %). 

Les actions des marchés émergents étaient mitigées. 

L’indice Bovespa du Brésil a récupéré 1,7% (en baisse de 4,8%) et le Bolsa du Mexique a glissé de 0,4% (en hausse de 16,0%). 

L’indice Kospi de la Corée du Sud a baissé de 0,5% (en hausse de 8,8%). 

L’indice indien des actions Sensex a bondi de 1,7% (en hausse de 25,8%). La bourse chinoise de Shanghai a peu changé (en hausse de 4,0 %). 

L’indice turc Borsa Istanbul National 100 a chuté de 2,4% (en baisse de 6,2%). 

Les actions russes MICEX ont peu varié (en hausse de 22,8 %).

Les fonds d’obligations de qualité ont enregistré des entrées de 1,495 milliard de dollars, et les fonds d’obligations junk ont ​​affiché des flux positifs de 536 millions de dollars (de Lipper).

Le crédit de la Réserve fédérale a bondi de 86,3 milliards de dollars la semaine dernière pour atteindre un record de 8,438 trillions. Au cours des 106 dernières semaines, Fed Credit a augmenté de 4,712 trillions, soit 126 %. 

Le Fed Credit a gonflé 5 628 milliards de dollars, ou 200 %, au cours des 463 dernières semaines. 

Ailleurs, les avoirs de la Fed pour compte des propriétaires étrangers de la dette du Trésor et de la dette des agences ont bondi la semaine dernière de 13,2 milliards de dollars à 3,484 trillions . 

Les « avoirs en dépôt » ont augmenté de 60 milliards de dollars, soit 1,7% en glissement annuel.

Les actifs totaux des fonds du marché monétaire ont bondi de 50,1 milliards de dollars à 4,515 trillions; le total des fonds monétaires a augmenté de 100 milliards de dollars en glissement annuel, soit 2,3%.

Le papier commercial total a gagné 6,1 milliards de dollars à 1,188 trillions. Le CP a augmenté de 203 milliards de dollars, ou 20,5%, d’une année sur l’autre.

Les taux hypothécaires fixes à 30 ans de Freddie Mac ont augmenté de deux points de base à 2,88% (en baisse de 2 points de base en glissement annuel). Les taux à 15 ans ont augmenté de trois points de base à 2,15 % (en baisse de 25 points de base). Les taux ARM hybrides à cinq ans ont chuté de huit points de base à 2,43% (en baisse de 47 points de base).

 L’enquête de Bankrate sur les coûts des emprunts hypothécaires jumbo avec des taux fixes à 30 ans est en hausse de deux points de base à 3,05 % (en hausse de 2 points de base).

Sur les devises :

Pour la semaine, l’indice du dollar américain a peu changé à 93,33 (en hausse de 3,8% en glissement annuel). 

Pour la semaine à la hausse, la couronne norvégienne a augmenté de 1,5%, le dollar canadien de 0,9%, le franc suisse de 0,8% et la couronne suédoise de 0,4%. 

Pour la semaine à la baisse, le rand sud-africain a baissé de 1,6%, le real brésilien de 0,8%, le yen japonais de 0,7%, la livre sterling de 0,5%, le dollar de Singapour de 0,4%, le dollar néo-zélandais de 0,4%, le peso mexicain de 0,2%. %.

Le renminbi chinois est resté inchangé par rapport au dollar (+0,94% en glissement annuel).

Sur les matières premières :

L’indice Bloomberg Commodities a augmenté de 1,5% (en hausse de 26,8% en glissement annuel). 

L’or au comptant a glissé de 4 $ à 1 750 $ (en baisse de 7,8 %). 

L’argent a récupéré 0,2% à 22,42 $ (en baisse de 15,1%). 

 L’essence a augmenté de 0,7 % (en hausse de 55 %) et

le gaz naturel a gagné 0,7 % (en hausse de 102 %). 

Le cuivre a récupéré 0,9% (+22%). 

Le blé a progressé de 2,1 % (+ 13 %). Le maïs a peu évolué (+ 9 %). 

Bitcoin a coulé 4 363 $ ou 9,2 %, cette semaine à 42 918 $ (en hausse de 48 %).

Sur le coronavirus :

21 septembre – Associated Press

COVID-19 a maintenant tué à peu près autant d’Américains que la pandémie de grippe espagnole de 1918-19 — environ 675 000. La population américaine il y a un siècle n’était qu’un tiers de ce qu’elle est aujourd’hui.

21 septembre – Associated Press

« Les décès dus au COVID-19 aux États-Unis ont atteint une moyenne de plus de 1 900 par jour pour la première fois depuis début mars, les experts affirmant que le virus s’attaque en grande partie à un groupe distinct : 71 millions d’Américains non vaccinés. Le tournant de plus en plus meurtrier a rempli les hôpitaux, compliqué la rentrée scolaire, retardé le retour aux bureaux et démoralisé les personnels de santé.

23 septembre – CNBC

« En moyenne, plus de 2 000 Américains meurent à nouveau de Covid chaque jour, un seuil sinistre que le pays n’a pas vu depuis plus de six mois. La moyenne sur sept jours des décès signalés par Covid aux États-Unis s’élevait à 2 031 mardi, selon… l’Université Johns Hopkins. »

23 septembre – Associated Press

« Un district scolaire californien désespéré envoie des dépliants chez lui dans les boîtes à lunch des élèves, disant aux parents qu’il ’embauche maintenant’. Ailleurs, les directeurs remplacent les brigadiers, les enseignants se voient offrir des primes à la signature et les écoles reviennent à l’apprentissage en ligne. Maintenant que les écoles ont accueilli de nouveau les élèves dans les salles de classe, elles sont confrontées à un nouveau défi : une pénurie d’enseignants et de personnel que certains districts disent n’avoir jamais vu. Les écoles publiques ont lutté pendant des années avec des pénuries d’enseignants, en particulier en mathématiques, en sciences, en éducation spécialisée et en langues. Mais la pandémie de coronavirus a aggravé le problème. Le stress de l’enseignement à l’ère du COVID-19 a déclenché une flambée des départs à la retraite et des démissions. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s