De la bouche du cheval, c’est à dire du Sénat qui refuse la vaccination obligatoire, faites circuler

De la bouche du cheval, c’est à dire du Sénat qui refuse la vaccination obligatoire

Objet

Les différents vaccins contre le SARS COV 2 actuellement disponibles sur le marché bénéficient d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) conditionnelle dont la durée n’excède pas un an. Les essais cliniques de phase 3 sont toujours en cours, consacrant le caractère expérimental de cette vaccination inédite dans l’histoire.

Selon le site de l’ANMSM, une AMM conditionnelle permet « l’autorisation de médicaments qui répondent à un besoin médical non satisfait avant que des données à long terme sur l’efficacité et la sécurité ne soient disponibles. Cela est possible uniquement si les bénéfices de la disponibilité immédiate du médicament l’emportent sur le risque inhérent au fait que toutes les données ne sont pas encore disponibles. L’AMM conditionnelle rassemble tous les verrous de contrôles d’une autorisation de mise sur le marché standard pour garantir un niveau élevé de sécurité pour les patients. »

Rendre obligatoire l’administration de vaccins génétiques dont la phase expérimentale est toujours en cours, est ainsi politiquement imprudente et moralement condamnable.

C’est même impossible juridiquement dans l’état actuel de la réglementation pour des raisons parfaitement fondées liées à la préservation de la santé publique et au libre consentement de chacun.

Cette proposition de loi contrevient en effet à toutes les règles internationales de la santé publique :

1. « La Convention d’Oviedo (1997) signée par 29 pays dont la France en son article 5 : « une intervention dans le domaine de la santé ne peut être effectuée qu’après que la personne concernée y a donné son consentement libre et éclairé. Cette personne reçoit préalablement une information adéquate quant au but et à la nature de l’intervention ainsi que quant à ses conséquences et ses risques. La personne concernée peut, à tout moment, librement retirer son consentement ».

Ainsi, les français ne peuvent en aucun cas avoir un avis éclairé sur l’administration du vaccin qui est un dispositif médical expérimental alors que beaucoup d’entre eux pensent bénéficier d’un vaccin traditionnel. En effet, les thérapies géniques à ARNm ont été nouvellement développées et mises sur le marché avec une autorisation provisoire en essai de phase 3 jusqu’à 2023 et 2024.

2. L’Assemblée du Conseil de l’Europe dans sa résolution 2361 du 27 janvier 2021 demande instamment aux États membres et à l’Union européenne à son article 7.3.1 « de s’assurer que les citoyennes et les citoyens sont informés que la vaccination n’est pas obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s’il ou elle ne souhaite pas le faire personnellement » et son article 732 : « de veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas avoir été vacciné, en raison de risque potentiel pour la santé ou pour ne pas vouloir se faire vacciner ».

L’ensemble de ce projet de loi contrevient intégralement aux dispositions de cette résolution.

Aussi, au nom de la liberté individuelle en matière de santé, cet amendement propose la suppression de l’article 1er qui vise à ajouter à la liste des vaccinations obligatoires, la vaccination contre le SARS-COV-2.

6 réflexions sur “De la bouche du cheval, c’est à dire du Sénat qui refuse la vaccination obligatoire, faites circuler

  1. Bonjour M. Bertez

    Merci pour cette info.

    Après plus d’un an de tentatives de juristes pour contourner ou faire invalider les textes votés par l’Assemblée, le bilan est clair: plaintes jugées non recevables , etc….4 plaintes instruites sur plusieurs dizaines de milliers…. Donc, utiliser cette proposition d’amendement d’un texte en cours d’application pour le contester me semble peu judicieux pour un salarié… Par contre, que chacun le transmette à ses élus, sénateurs et députés, en y adjoignant la liste des pays de l’U.E. qui ont renoncé aux dispositions discriminatoires me semble pertinent.

    Pour le moment, la meilleure stratégie de défense pour un salarié reste à mon sens de s’aider d’un avocat compétent pour dialoguer avec son employeur. Ou de se syndiquer ou de se grouper: on voit bien que les professions qui ont mis la pression sur le gouvernement ont obtenus des avantages: le pass s’applique désormais « à la tête de la profession », donc encore plus inique dans les faits et abject éthiquement qu’il ne l’était dans l’esprit de ses concepteurs.

    Cordialement

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s