Zone euro, la reprise subit un revers fin septembre

Oxford Economics.

Notre Recovery Tracker a subi un revers à la fin du mois de septembre, chutant de 1,1 pt à
87,6 après avoir atteint un nouveau sommet pandémique deux semaines plus tôt. La baisse de la consommation et la dégradation des conditions financières en sont les principaux responsables, les composantes du marché du travail, de la production et de la mobilité diminuant dans une moindre mesure.


L’indicateur de santé a été la seule composante à progresser, en hausse pour la troisième
semaine consécutive. 

Avec une situation sanitaire globalement maîtrisée et une confiance des consommateurs toujours positive, comme le révèle l’ESI.

Ce que vous apprendrez :

  • Des pressions inflationnistes accompagnées d’une flambée des
    prix de l’ énergie et de perturbations persistantes du côté de l’offre menacent les perspectives
  • La baisse de la consommation et l’affaiblissement des conditions financières ont été les principaux moteurs de la baisse, les composantes du marché du travail, de la production et de la mobilité représentant des freins moins importants.
  • Il est possible que la chute marque un ralentissement temporaire et que les mesures de consommation et de mobilité se redressent dans les semaines à venir

Les dépenses de consommation ont pris le relais comme moteur de la reprise au deuxième trimestre. Nous prévoyons des gains similaires au troisième trimestre, laissant les dépenses de 3% en dessous des niveaux d’avant la pandémie. Cependant, les gains faciles de la réouverture sont maintenant pour la plupart épuisés et nous nous attendons à ce que la reprise de la consommation ralentisse au cours de l’hiver. Mais bien que la balance des risques bascule à la baisse, nous prévoyons toujours de solides gains de dépenses en 2022.
Les données à haute fréquence indiquent une forte dynamique des dépenses de consommation. Le tourisme a connu une saison solide, qui devrait se prolonger jusqu’à l’automne. La mobilité reste forte et les activités de consommation sociale ont connu une solide reprise ces derniers mois. Notre Recovery Tracker montre que les dépenses de consommation resteront robustes au troisième trimestre.

Pourquoi des déficits budgétaires importants et une faible inflation peuvent coexister (35)-1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s