Editorial: la transition climatique imposerait le collectivisme. Tout changer pour que rien ne change pour les droits du Capital

La question de ce que je pense n’a strictement aucune importance.

La question de ce que vous pensez non plus d’ailleurs.

Les dès sont jetés, depuis qu’ils ont eu la peau de Trump. Le monde s’achemine vers la transition climatique.

Les textes que je vous offre ne visent pas vous persuader, car cela n’ a aucune importance, on se passe de vous et de vos opinions; tout se passe ailleurs!

Les textes que je vous offfre visent à vous faire prendre conscience de ce qui se passe, rien de plus.


Ils aident à comprendre toutes les évolutions y compris la traitement de la crise sanitaire et le wokenisme; dans les tous les cas nous sommes en transition vers un monde nouveau et les élites considèrent qu’il faut nous déstructurer, nous diviser, nous leurrer dans des combats imbéciles afin qu’elles, elles aient les mains libres.

Il faut assouplir nos échines et casser tous nos referents et toutes nos solidarités.

Il faut que vous redécouvriez le sens du mot « sacrifice » car vous allez être sacrifiés.

C’est un nouveau fascisme dans la démarche: le fascisme quel que soit son contenu, dévouement à la religion, a la nation, a la race, au chef, aux business, au profit, c’est toujours un système dans lequel on vous demande de vous sacrifier.

Schwab est un leurre avec son Grand Reset, il est là pour détourner votre attention.

Il faut que vous ne participez pas au débat sur la transition climatique , que votre attention soit captée ailleurs vers les gesticulations de cet imbécile. Ils pratiquent la technique de David Copperfield, ils vous font regarder ailleurs, là ou il ne se passe rien pendant qu’ils s’arrangent entre eux.

La transition climatique c’est un changement de société pour que rien ne bouge. C’est un changement entrepris par les élites, pour les élites , elles prétendent conduire ce changement pour que rien ne change pour elles, pour que l’ordre de leurs privilèges subsiste malgré les bouleversements. Elles conduisent le changement pour que rien ne change pour elles et que vous, vous soyez la variable d’ajustement.

On pose un invariant qui est les droits du Capital et pour le reste, tout est variable.

Retenez bien vous devez vous sacrifier, vous etes les variables de l’ajustement de la transition climatique.

Le sanitaire n’est rien d ‘autre qu’une construction parallèle, un apprentissage de la souplesse, de la docilité, un exeercice d’assouplissement de vos invariants.

L’ORDRE INTERNATIONAL N’EST PAS PRET POUR LA CRISE CLIMATIQUE.

La planète est en proie à une urgence environnementale. 

La dépendance continue de l’humanité aux combustibles fossiles et son appétit vorace pour les ressources naturelles ont conduit à un changement climatique incontrôlable, à la dégradation d’écosystèmes vitaux et à la mort lente des océans du monde. 

La biosphère terrestre s’effondre. Notre déprédation de la planète a mis en péril notre propre survie.

Compte tenu de ces risques, il est choquant que le système multilatéral n’ait pas réagi avec plus de force et se soit contenté de bricoler à la marge. Bien que les États-Unis et l’Union européenne aient adopté des mesures pour ralentir le rythme du réchauffement climatique – en fixant des objectifs de réduction des gaz à effet de serre plus ambitieux, par exemple – rien ne garantit qu’ils respecteront ces engagements, et de telles mesures ne contribuent guère à encourager la décarbonation dans Chine, Inde et autres grands émetteurs. 

Ces efforts ne parviennent pas non plus à aborder d’autres facettes de la catastrophe imminente, notamment l’effondrement de la biodiversité. 

Le monde naturel n’obéit à aucune frontière souveraine, pas plus que l’aggravation de la crise écologique

Il est temps de prendre des mesures audacieuses , de surmonter le décalage entre un système international divisé en 195 pays indépendants, chacun fonctionnant selon ses propres impératifs, et une calamité mondiale qui ne peut être résolue de manière fragmentée. Il est temps de gouverner le monde comme si la terre comptait. Ce dont le monde a besoin, c’est d’un changement de paradigme dans la politique étrangère et les relations internationales des États-Unis, un changement qui est enraciné dans le réalisme écologique et qui place la coopération sur les menaces environnementales partagées au centre de la scène. 

Appelez cette nouvelle vision du monde « politique planétaire ». Tous les gouvernements, à commencer par Washington, doivent désigner la survie de la biosphère comme un intérêt national fondamental et un objectif central de la sécurité nationale et internationale, et s’organiser et investir en conséquence.

Un passage à la politique planétaire nécessitera une nouvelle compréhension partagée des devoirs des États souverains, des engagements sérieux en faveur du développement et de l’investissement durables, et des institutions internationales innovantes. Les dirigeants mondiaux devront adopter une nouvelle éthique de gestion environnementale et élargir leurs conceptions des obligations souveraines pour inclure la responsabilité de protéger les biens communs mondiaux. Les gouvernements, les entreprises et les communautés devront évaluer et prendre en compte le capital naturel de la terre plutôt que de le prendre pour acquis et de l’exploiter jusqu’à son épuisement.

 Enfin, les gouvernements nationaux devront revoir et renforcer les fondements institutionnels et juridiques de la coopération internationale en matière d’environnement. Les États-Unis sont en position mener cette charge – en effet, un tel effort échouera à moins que Washington ne soit à l’avant-garde. 

DANS NOTRE MEILLEUR INTÉRÊT

L’impact environnemental dévastateur de l’activité humaine n’est pas un secret. Un défilé de rapports récents de groupes tels que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat et le Fonds mondial pour la nature documente la portée de notre assaut sur la planète et laisse présager un avenir de chaleur torride, d’incendies de forêt qui font rage, d’acidification des océans, de violentes tempêtes, de montée des mers. et la migration de masse. 

Pendant ce temps, l’activité humaine a mis en péril la biodiversité alors que les gens pillent les terres et les eaux, introduisent des espèces envahissantes et exploitent les ressources naturelles de manière non durable. 

Les chiffres donnent à réfléchir : depuis 1970, les populations de vertébrés sauvages ont diminué de plus de 60 pour cent et les populations d’insectes ont diminué de 45 pour cent. Et les dégâts ne se limitent pas à la seule faune. 

Les industries extractives, telles que l’agriculture, l’élevage, l’exploitation forestière et l’exploitation minière, ont marqué la surface de la planète, irrémédiablement à certains endroits. Chaque année, le monde perd une superficie de forêt tropicale de la taille du Costa Rica. Aujourd’hui, un million d’espèces végétales et animales sont menacées d’extinction à court terme.

Notre propre espèce souffre aussi . Des centaines de millions de personnes dans le monde sont confrontées à une insécurité alimentaire croissante et à un manque d’approvisionnement en eau potable. Et alors que les humains et les animaux domestiques empiètent et perturbent de plus en plus les écosystèmes de la biodiversité et rencontrent des espèces autrefois isolées.

Nous sommes exposés à de nouveaux virus dangereux : au cours des dernières décennies, les scientifiques ont documenté plus de 200 agents pathogènes zoonotiques qui sont passés des animaux sauvages aux humains, y compris le Le virus Ebola, le virus qui cause le SRAS, et probablement le virus qui cause le COVID-19. 

Les choses sont prêtes à empirer. Malgré un taux de fertilité en baisse, la population humaine ne se stabilisera pas avant au moins 2060, et la montée des classes moyennes en herbe dans le monde ajoutera aux tensions écologiques. 

Alors que nous pillons la planète, nous risquons de la rendre inhabitable – une crise qui appelle à la solidarité mondiale et à l’action collective. 

Pourtant, la plupart des pays continuent de considérer les défis écologiques comme des priorités de politique étrangère de second rang, distinctes des questions vraisemblablement plus importantes, telles que la concurrence géopolitique, le contrôle des armements et le commerce international. Les résultats sont prévisibles : ce qui passe pour une gouvernance environnementale mondiale est une mosaïque d’accords sectoriels faibles supervisés par des organismes sous-alimentés qui sont incapables de faire respecter la conformité. Le monde naturel n’obéit à aucune frontière souveraine, pas plus que l’aggravation de la crise écologique.

La crise environnementale mondiale nécessite un nouvel art de gouverner construit autour de la proposition que toute autre préoccupation étatique – de la sécurité nationale à la croissance économique – dépend d’une biosphère saine et stable. Ce cadre revitalisé n’abandonnerait pas le concept central d’intérêt national, mais l’élargirait pour inclure la sécurité et la conservation de l’environnement. 

Les traditionalistes de la politique étrangère peuvent reculer devant un tel recadrage, inquiets de distraire les diplomates et les responsables de la défense des menaces qui ont directement affecté la survie des États tout au long de la majeure partie de l’histoire. Mais la crise écologique a changé la nature de ces menaces. 

Le président américain Joe Biden semble saisir cette vérité. Dans un décret exécutif historique publié une semaine après son investiture, Biden a déclaré que le changement climatique était une menace de premier plan pour les États-Unis et a demandé aux agences fédérales américaines de mener une réponse pangouvernementale sans précédent pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et s’adapter. au réchauffement climatique. Trois mois plus tard, Avril Haines, la directrice américaine du renseignement national, a déclaré aux dirigeants mondiaux réunis lors d’une conférence virtuelle sur le climat que le changement climatique « doit être au centre de la sécurité nationale et de la politique étrangère d’un pays ». 

La rhétorique est facile, bien sûr. L’administration Biden doit maintenant inculquer cette nouvelle approche à l’ensemble de la branche exécutive et travailler avec le Congrès pour réviser un budget de sécurité nationale américain gargantuesque qui est toujours massivement orienté vers la lutte contre les menaces géopolitiques et militaires traditionnelles. Il doit simultanément collaborer avec des partenaires étrangers sur une réponse multilatérale pour ralentir et inverser l’effondrement environnemental.

CE QUI EST À MOI EST À TOI , limitation du droit à la souveraineté/propriété.

Si les États-Unis veulent vraiment être le fer de lance de la réponse mondiale à l’urgence écologique de la planète, ils devraient commencer par travailler avec d’autres pays pour remodeler les concepts traditionnels de souveraineté. Washington peut commencer ce processus en approuvant explicitement l’idée que les pays ont la responsabilité de protéger la terre, les obligeant à s’abstenir de toute activité qui pourrait fondamentalement altérer ou endommager les systèmes environnementaux. 

Un tel consensus n’existe pas aujourd’hui, comme en témoigne la querelle qui a éclaté entre le président brésilien Jair Bolsonaro et le président français Emmanuel Macron en 2019, alors que des dizaines de milliers d’incendies ont englouti la forêt amazonienne. Macron a accusé Bolsonaro d’« écocide » : en permettant que la plus grande forêt du monde soit exploitée par des bûcherons, des éleveurs, des agriculteurs et des mineurs rapaces, a fait valoir Macron, Bolsonaro commettait un crime contre la planète. Le leader brésilien enragé a fustigé son homologue français et l’a accusé de traiter le Brésil comme s’il était « une colonie ou un no man’s land ». 

Deux conceptions rivales de la souveraineté sous-tendent cet affrontement. Selon Bolsonaro, le Brésil a le droit absolu de développer l’Amazonie comme bon lui semble. « Notre souveraineté n’est pas négociable », a déclaré son porte-parole. Macron a rétorqué que toute l’humanité a un intérêt dans la survie de la forêt tropicale. Le monde est une partie prenante, pas un spectateur, et ne peut rester silencieux alors que le Brésil spolie cet indispensable puits de carbone, source d’oxygène irremplaçable et précieux réservoir de vie végétale et animale. Le débat central, comme l’a souligné Richard Haass, président du Council on Foreign Relations, est de savoir si le Brésil doit être considéré comme le « propriétaire » de la forêt tropicale ou simplement son « gardien ». Davantage de dirigeants et de sociétés doivent accepter le point de vue de Macron et rejeter celui de Bolsonaro.

QUE VAUT LA TERRE ?

Un tel changement de mentalité est tout à fait envisageable. Les conceptions de la souveraineté n’ont jamais été fixées ou absolues : elles sont continuellement contestées, négociées et adaptées, et la croyance que la souveraineté implique des obligations aussi bien que des privilèges est maintenant largement acceptée. 

Comme tous les États membres des Nations Unies l’ont convenu lors du Sommet mondial de 2005, par exemple, les gouvernements ont la responsabilité de protéger leurs habitants contre les atrocités de masse. S’ils ne le font pas, ils peuvent perdre le droit d’éviter une intervention étrangère. 

Les crises jumelles du changement climatique et de l’effondrement de la biodiversité justifient un ajustement similaire. En vertu d’un principe international existant connu sous le nom de « règle de non-violation », les États souverains ont déjà l’obligation générale de ne pas endommager l’environnement dans les zones situées au-delà de leur juridiction. Mais cette loi s’est avérée difficile à appliquer : il y a peu de consensus sur ce qui constitue exactement un dommage environnemental transnational, à quoi devraient ressembler les obligations des États, ou quand elles devraient entrer en vigueur. Ces questions deviennent plus délicates à mesure que les sources potentielles de dommages deviennent plus complexes. Alors que l’urgence écologique de la planète s’aggrave, les pays doivent élargir la définition des biens communs mondiaux – des ressources partagées gérées dans le cadre du patrimoine commun de l’humanité – pour inclure tous les écosystèmes et cycles naturels critiques.

Nettoyer les ordures le long de la rivière Pasig, Manille, Philippines, juin 2021
Nettoyer les ordures le long de la rivière Pasig, Manille, Philippines, juin 2021Eloisa Lopez / Reuters

Protéger ce bien commun élargi nécessitera de mettre un prix sur la nature. Pendant trop longtemps, les humains ont facilement investi dans le capital produit (bâtiments, routes, machines, logiciels) et le capital humain (éducation, soins de santé) tout en réduisant le capital naturel qui soutient la vie et constitue le fondement de toute prospérité. Nous avons pris le monde naturel pour acquis et avons supposé que l’innovation technologique et les incitations du marché nous libéreraient des contraintes de ressources d’une planète finie. De telles attitudes ne sont plus tenables. 

Selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement, le stock total de capital naturel de la planète a diminué de 40 % par habitant depuis 1992. Inverser cette tendance nécessitera de repenser la compréhension actuelle de la richesse pour inclure la valeur des actifs naturels du monde et la myriade avantages qu’ils procurent. En janvier 2020, le Forum économique mondial estimait que plus de la moitié de la production mondiale, soit 44 000 milliards de dollars par an, dépendait fortement ou modérément des avantages de la nature qui sont de plus en plus menacés. Une autre étude, publiée en 2014, a évalué la valeur annuelle totale des services écosystémiques de la planète (filtration de l’eau, cycle des nutriments, pollinisation, séquestration du carbone, etc.) entre 125 000 et 145 000 milliards de dollars.

La plupart des écologistes, cependant, refusent d’attribuer une valeur monétaire à la nature, citant sa valeur intrinsèque. Mais ne pas le faire encourage les entreprises et les individus à tenir pour acquis les services écosystémiques et à les exploiter jusqu’à épuisement. Le résultat est une défaillance du marché sous la forme de coûts environnementaux supportés non par les participants à un échange spécifique, mais par la société dans son ensemble (ce que les économistes appellent « externalités négatives »). 

Un problème connexe est le fait que le PIB, la mesure conventionnelle de la richesse et du progrès, ne tient pas compte du capital naturel, ce qui en fait un mauvais indicateur du bien-être et de la capacité de production à long terme. La communauté internationale doit s’efforcer d’élaborer des mesures qui peuvent tenir compte des actifs environnementaux. Environ 89 pays, dont tous les membres de l’UE, ont publié des comptes de capital naturel pour suivre ces actifs et promouvoir la transparence concernant leur utilisation. Les États-Unis devraient faire de même.La survie de la biosphère doit être un objectif central de la sécurité nationale et internationale.

Les gouvernements doivent également adopter des réglementations et créer des incitations pour que les entreprises assument les coûts écologiques de leur comportement sur le marché, plutôt que de les répercuter sur la société. L’économiste Partha Dasgupta a estimé que le coût mondial annuel de toutes les subventions préjudiciables à l’environnement (y compris pour l’agriculture, la pêche, le carburant et l’eau) se situe entre 4 000 et 6 000 milliards de dollars. En revanche, les gouvernements ne consacrent que 68 milliards de dollars par an à la conservation et à la durabilité mondiales, soit ce que leurs citoyens dépensent chaque année en crème glacée. Les autorités nationales peuvent également utiliser des taxes et des redevances pour garantir que les prix des biens et services reflètent avec précision la valeur sociale des actifs naturels impliqués dans leur production, et elles peuvent utiliser des mécanismes de marché spécifiques au secteur pour encourager la conservation de l’environnement. Par exemple,

Un cadre solide pour la comptabilité du capital naturel pourrait également aider à justifier l’indemnisation des pays en développement riches en biodiversité, comme la Bolivie et l’Indonésie, pour protéger ou restaurer les écosystèmes locaux et leurs services. Il existe des précédents à petite échelle pour ce type d’investissement, lorsque les autorités paient des propriétaires fonciers pour préserver les bassins versants ou accordent des allégements fiscaux aux agriculteurs qui plantent des cultures de couverture séquestrant le carbone. Mais des efforts internationaux plus importants sont en cours : l’administration Biden, par exemple, travaille à négocier un accord de plusieurs milliards de dollars avec le Brésil pour préserver une partie de la forêt amazonienne.

Le système financier mondial doit également jouer un rôle plus important dans la gérance de l’environnement. Certains régulateurs financiers nationaux, dont la Securities and Exchange Commission des États-Unis, s’orientent vers l’obligation de divulguer l’exposition des entreprises aux risques climatiques afin que les investisseurs soient conscients de la vulnérabilité des entreprises aux chocs environnementaux d’une planète en réchauffement. 

Les institutions financières internationales telles que le Fonds monétaire international et la Banque mondiale encouragent désormais les gouvernements partenaires à inventorier leur capital naturel et à adopter des politiques et des lois pour les protéger. 

Un changement radical est également en cours dans le secteur privé : BlackRock, Goldman Sachs et d’autres acteurs majeurs se sont engagés à intégrer la durabilité dans leurs décisions d’investissement. Le défi pratique, bien sûr, est de faire la distinction entre les réponses crédibles des entreprises et les campagnes de greenwashing, qui visent simplement à redorer l’image publique d’une entreprise. Les organisations de défense de l’environnement, telles que Greenpeace et le Natural Resources Defense Council, peuvent aider à responsabiliser les entreprises en exposant des engagements vides de contenu et en soulevant le spectre des boycotts des consommateurs et d’autres formes d’activisme civique pour les persuader que nuire à la nature est une menace pour leurs résultats. 

LA VOIE À SUIVRE: la gouvernance mondiale.

La politique planétaire ne peut réussir sans des institutions multilatérales et une gouvernance mondiale capables de favoriser la coopération internationale sans précédent exigée par les crises liées au climat et à la biodiversité.

 La priorité à court terme la plus urgente est de combler le fossé béant entre le processus de négociation décousue organisé par l’ONU et la dure réalité décrite par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat de l’organisation, qui envisage un réchauffement catastrophique à moins que le monde ne prenne des mesures immédiates et dramatiques pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il n’y a cependant aucun moyen concevable pour le monde d’atteindre les objectifs d’émissions fixés par l’accord de Paris sur le climat de l’ONU en 2015 sans des investissements massifs dans les écosystèmes terrestres et marins capables de servir de réservoirs de carbone. Par conséquent,

Le commerce est un autre domaine dans lequel la gouvernance mondiale doit s’adapter. Une voie à suivre serait de réformer les règles du commerce mondial pour permettre aux pays engagés dans la décarbonisation de discriminer les pays qui insistent pour continuer à faire des affaires comme d’habitude, sans se heurter à l’Organisation mondiale du commerce. 

La solution la plus efficace serait que les membres de l’OMC adoptent une dérogation climatique globale qui autorise les soi-disant ajustements aux frontières pour le carbone sous la forme de taxes sur les importations et de rabais sur les exportations. Cela permettrait aux pays de l’UE, par exemple, de pénaliser les importations de ciment à forte intensité de carbone en provenance de Russie et de Turquie et de récompenser d’autres partenaires commerciaux qui utilisent des méthodes de production plus vertes. Un tel dispositif encouragerait la formation de « clubs climat », composés de pays engagés dans la réduction des émissions et donc éligibles à un traitement non discriminatoire. 

Déforestation sur des terres indigènes, État du Pará, Brésil, septembre 2021
Déforestation sur les terres indigènes, État du Pará, Brésil, septembre 2021Lucas Landau / Reuters

Les modèles de développement devront également évoluer. Les pays pauvres ont besoin du soutien des partenaires internationaux pour proposer des politiques et des structures d’incitation qui encourageront les acteurs privéset les communautés à conserver la nature. Les industries extractives, telles que le bois et l’exploitation minière, endommagent souvent les écosystèmes des pays en développement qui dépendent de l’exportation de produits primaires et ont des réglementations environnementales faibles. Le préjudice est généralement subi par les habitants plutôt que par les entreprises ou les consommateurs. La Banque mondiale et d’autres donateurs peuvent fournir une assistance technique pour donner aux gouvernements des pays en développement une image précise du coût total d’une telle dégradation de l’environnement afin qu’ils puissent commencer à demander des comptes aux entreprises coupables et les forcer à assumer le fardeau de ces coûts. Enfin, les États-Unis et d’autres pays riches peuvent encourager un développement respectueux de la nature en consacrant une plus grande part de l’aide bilatérale et multilatérale aux efforts mondiaux de conservation et, plus généralement, 

Simultanément, les pays devraient renforcer le cadre juridique international pour la conservation de la biodiversité, en particulier la Convention sur la diversité biologique. Bien que ce traité n’ait pas réussi à ralentir la perte d’écosystèmes et d’espèces, un certain espoir se profile à l’horizon. Fin 2020, le Costa Rica et la France ont créé un groupe intergouvernemental connu sous le nom de High Ambition Coalition for Nature and People, qui cherche à protéger de manière permanente 30 % de la surface terrestre et marine de la planète d’ici 2030. Depuis lors, de nombreux gouvernements se sont engagés à le faire. appelé cible 30×30, dont l’approbation est prévue lors de la conférence de la CDB au printemps 2022. L’administration Biden a déjà adopté 30×30 comme objectif national; il n’y a aucune raison pour qu’il ne se joigne pas à la campagne mondiale. 

L’administration Biden devrait également travailler à la conclusion réussie d’une convention des Nations Unies sur la biodiversité en haute mer, qui est actuellement en phase finale de négociation. L’accord établirait un cadre pour conserver et gérer durablement les ressources marines vivantes et les écosystèmes situés au-delà des juridictions nationales, un vaste bien commun mondial qui représente 43 % de la surface de la planète. La haute mer est une remarquable source de biodiversité et protège l’humanité des pires effets du changement climatique en absorbant d’énormes quantités de chaleur et de dioxyde de carbone. Mais leur santé décline considérablement, car les nouvelles technologies permettent leur exploitation sans précédent et une mosaïque de réglementations ne parvient pas à les protéger. Les négociations prolongées et les différends persistants sur les détails de cette convention mettent en évidence les défis de la collaboration internationale. Mais Washington est bien placé pour négocier des accords sur de nouvelles règles régissant les aires marines protégées, les évaluations d’impact environnemental et le partage des avantages des ressources génétiques marines. L’urgence écologique mondiale est le plus grand défi d’action collective auquel nous ayons jamais été confrontés.

Enfin, les États-Unis devraient apporter leur soutien au Pacte mondial pour l’environnement, qui fait l’objet de discussions à l’ONU depuis 2018 et contribuerait à mettre en cohérence l’ordre juridique fragmenté des protections environnementales. Contrairement au système commercial mondial, qui accorde à l’OMC une place de choix en tant qu’organe de réglementation et d’arbitrage, il n’existe pas de cadre juridique international global ni d’organisation régissant les questions environnementales mondiales. Au lieu de cela, des centaines de traités multilatéraux qui se chevauchent et se contredisent encouragent la coopération sur des questions spécifiques, telles que les espèces menacées et les déchets dangereux, comme si les préoccupations environnementales pouvaient être efficacement traitées une par une. Le Pacte mondial codifierait une obligation souveraine de veiller à ce que les actions étatiques et privées ne nuisent pas à d’autres pays ou aux biens communs mondiaux et établirait un droit humain fondamental à un environnement propre et sain. Le pacte élèverait la prévention et fournirait une mesure de justice réparatrice en approuvant le principe selon lequel les pollueurs devraient payer pour la dégradation de l’environnement. Pour obliger les gouvernements à rendre des comptes, la convention inclurait des dispositions pour des rapports périodiques, établirait des règles de responsabilité et fournirait des mécanismes pour la résolution pacifique des différends environnementaux transfrontaliers. 

Malgré un soutien international écrasant, les négociations multilatérales sur le pacte se sont effondrées au printemps 2019, grâce en partie à l’opposition de l’administration Trump. L’administration Biden devrait explicitement désavouer la position de son prédécesseur et se joindre aux efforts en cours au sein de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement pour négocier une déclaration politique non contraignante sur l’environnement mondial en prélude à un éventuel pacte mondial. L’exemple de la Déclaration universelle des droits de l’homme de l’ONU de 1948, qui a inspiré une douzaine de traités, montre que même des déclarations informelles peuvent jeter des bases importantes pour des conventions internationales plus formelles. 

Il ne faut bien sûr pas se faire d’illusions sur les énormes obstacles législatifs qui s’opposent à la ratification américaine de la CDB, d’une convention sur la haute mer ou du Pacte mondial. Les États-Unis ont souvent choisi de ne pas participer aux traités – même de ceux qu’ils ont dirigés et rédigés – et les divisions idéologiques partisanes intenses d’aujourd’hui peuvent encourager cette tendance. Néanmoins, l’expérience de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, que les États-Unis ont défendue et traite désormais principalement comme le droit international coutumier (bien qu’elle ne l’ait jamais ratifiée), suggère que l’administration Biden devrait saisir ce moment pour aider à façonner l’évolution cadre juridique de la coopération internationale en matière d’environnement.

COMBLER LE FOSSÉ

L’urgence écologique mondiale est le plus grand défi d’action collective auquel nous ayons jamais été confrontés. Le rétablissement de l’équilibre entre l’humanité et la biosphère nécessitera un changement fondamental dans la conception de la politique et des objectifs de la politique étrangère. Il faudra réimaginer notre place sur terre.

Considérez les atlas que nous utilisons pour représenter notre planète. Ils s’ouvrent généralement avec deux cartes distinctes. La première carte, une carte géophysique, capture le monde dans son état naturel, révélant un éventail surprenant de biomes et d’écosystèmes : forêts tropicales et savanes, steppes et taïga, montagnes et glaciers, vallées fluviales et déserts, calottes glaciaires et toundras, atolls et barrières éloignés. récifs, plateaux continentaux et fosses d’eau profonde—s’ombrant et se chevauchant les uns les autres. La deuxième carte, géopolitique, représente la surface terrestre de la terre découpée en unités territoriales indépendantes indiquées par des lignes précises, chacune colorée distinctement de ses voisines.

La première carte est une représentation précise de la planète. La deuxième carte, avec ses frontières artificiellement imposées, s’apparente à une œuvre de fiction – et pourtant, les gens ont tendance à la considérer comme plus importante. La crise de la biosphère a forcé une collision de ces deux cartes, exposant la tension entre un monde naturel intégré et une politique mondiale divisée et exigeant que nous réconcilions les deux. 

La souveraineté nationale ne mène nulle part, mais une nouvelle approche internationale pourrait aider à réduire la distance entre le monde politique et le monde naturel. 

Si une crise de cette ampleur ne peut pas remodeler la façon dont les pays formulent leurs intérêts nationaux, leurs définitions de la sécurité internationale ou leurs approches de l’économie mondiale, peut-être que rien ne le fera. Mais cette situation n’appelle pas à la résignation. Il réclame plutôt un engagement envers notre rôle de gardiens de la seule planète que nous ayons.

 Il crie à la politique planétaire.

TRADUCTION BRUNO BERTEZ

Foreign affairs.

3 réflexions sur “Editorial: la transition climatique imposerait le collectivisme. Tout changer pour que rien ne change pour les droits du Capital

  1. Bonsoir M. Bertez
    Merci de nous présenter ce texte…..
    J’ai été frappé par son côté obsessionnel, ses aveuglements, l’idéologie qui le sous-tend!
    Le CO2, le CO2 ! Le poumon, le poumon vous dis-je! Mais contrairement à Toinette, l’auteur rend l’humanité tout entière coupable. Où sont les PCB, les perturbateurs endocriniens, les molécules mises sur le marché sans études d’impact approfondies, qui tuent et les gens et les autres vivants de cette terre? Pas un mot.
    L’avidité pour s’emparer des ressources naturelles? Cela ne concerne qu’une poignée de caractériels, esclaves de leur névrose de toute puissance.
    Généraliser l’avidité , ou n’importe quelle tare , de quelques uns à toute l’humanité est une vieille ficelle rhétorique . Elle ne peut tromper que les ignares et les sots.
    On l’a vue à l’oeuvre lors de la chute de l’Urss: ceux pour qui seul comptait de s’emparer de ce « scandale géologique », sous-entendu cette concentration de matières premières qu’est la Russie se sont dévoilés avec Eltsine…. Cette avidité qui s’auto justifie en affichant sa religion sur une unité de compte est toujours là, à oeuver dans l’ombre…
    Sénèque, qui fut un temps gestionnaire de fait de l’empire romain, décrit bien cette poignée d’individus ne voyant plus les millions d’êtres sur lesquels ils se sont juchés pour ne plus voir que les rares qui leur sont encore supérieurs par l’avoir…
    Dans tous les pays où je suis entré en relation avec mes semblables, quelle que soit leur culture et leur éducation, partageant un repas accroupi dans une hutte ou attablé dans une demeure où rien ne manquait, je n’ai pas rencontré d’être humain rêvant ou ambitionnant d’accaparer quelque ressource que ce soit à son profit. Ceci n’empêchant pas de souhaiter supplanter une famille, un clan, un peuple perçu comme adversaire ou ennemi.
    A quoi rêvent la plupart des humains hors les 1%? D’avoir un toit, de quoi manger, d’être estimés et respectés de leurs voisins et que leurs enfants vivent mieux qu’eux….
    Notre mythe de la Tour de Babel – Bab El : la Porte du Ciel- se réincarne dans cette vision perverse et létale d’un gouvernement mondial.

    Cordialement

    J’aime

  2. Ils savent depuis 1972 et le rapport meadows que la croissance n’est, ne peu être infini. Ils ont décidé de l’ignoré.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Limites_%C3%A0_la_croissance

    Nous nous rendons compte aujourd’hui que les écolos de l’époque avaient raison, et que nous les avons ridiculisés.

    Remarqué que la baisse du niveau scolaire, la nouvelle gauche sociétale en opposition à la gauche « prolétarienne », l’envolé des dettes, vont suivre de quelques années la publication du rapport.
    Après il est toujours amusant de voir les grandes compagnies pétrolières se faire grillé car elles n’ont rien fait contre le réchauffement climatique, le cache sexe de l’épuisement des énergies fossiles.

    J’aime

  3. Vos encadrés d’introduction sont un modèle de clarté. A défaut de se prémunir, au moins nous pouvons comprendre.
    Et la transition climatique ne concerne pas que l’organisation du rationnement et de la cherté énergétiques, mais également l’alimentation avec le rationnement de l’eau pour la production agricole, les écoconditionnalités en tous genres, et les usages des sols dédiés au stockage du carbone. Les contraintes vont être beaucoup plus étendues qu’on ne le pense (enfin pour les gueux).

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s