Didactique. Argent, inflation, richesse financière, richesse productive. Seule compte la production.

Le rapport sur l’inflation d’hier montrait que l’inflation faisait rage, vous voyez donc maintenant l’inflation éroder votre richesse. 

Ce n’est pas une surprise. 

En ce moment

1) le gouvernement imprime beaucoup plus d’argent,

2) les gens reçoivent beaucoup plus d’argent, et

3) cela produit beaucoup plus d’achats ce qui produit beaucoup plus d’inflation. 

Certaines personnes font l’erreur de penser qu’elles s’enrichissent parce qu’elles voient leurs actifs monter en prix sans voir comment leur pouvoir d’achat s’érode. Les plus touchés sont ceux qui ont leur argent en liquide. 

Aujourd’hui, je partage une partie du chapitre Déterminants de mon nouveau livre, Principles for Dealing with The Changing World Order, pour vous rappeler les principes clés qui sont pertinents maintenant. 

J’ai fait cette étude des 500 dernières années pour m’aider et je la transmets dans ce livre pour vous aider à comprendre et à gérer ce qui se passe maintenant. J’espère qu’il est d’une certaine valeur pour vous positionner sur ce qui se passe. 

Voici les principes clés à retenir :

Richesse = pouvoir d’achat

Richesse ≠ Richesse financière

Faire de la richesse = être productif

Baisse de la richesse = Baisse du pouvoir

Pour comprendre les grands cycles, il convient de définir un peu plus précisément la richesse et d’examiner son impact sur les pays qui en ont ou n’en ont pas. Je pense que ce qui suit est vrai et très pertinent pour ce qui se passe actuellement :

Richesse = pouvoir d’achat. Sans être trop nuancé, appelons pouvoir d’achat de richesse pour le distinguer de l’argent et du crédit. Cette distinction est importante parce que la valeur de l’argent et du crédit change. Par exemple, lorsque beaucoup d’argent et de crédit sont créés, leur valeur diminue, donc avoir plus d’argent ne donnera pas nécessairement plus de richesse ou de pouvoir d’achat .

Richesse réelle ≠ Richesse financière . La vraie richesse est ce que les gens achètent parce qu’ils veulent l’avoir et l’utiliser, comme une maison, une voiture, un service de streaming vidéo, etc. La vraie richesse a une valeur intrinsèque. 

La richesse financière se compose d’actifs financiers qui sont détenus pour a) recevoir un revenu continu à l’avenir et/ou b) être vendus à l’avenir pour obtenir de l’argent pour acheter des actifs réels désirés 

La richesse financière n’a pas de valeur intrinsèque. À l’heure actuelle, il y a beaucoup plus de richesses financières qu’il ne sera jamais possible de convertir en richesses réelles, il faudra donc les dévaluer. Lorsque vous voyez votre richesse financière augmenter comme c’est le cas actuellement, ne pensez pas que vous gagnez de la richesse réelle, votre pouvoir d’achat diminue. 

Faire de la richesse = être productif. À long terme, la richesse et le pouvoir d’achat dont vous disposez dépendront de la quantité que vous produisez. C’est parce que la vraie richesse ne dure pas longtemps et les héritages non plus. 

C’est pourquoi il est si important d’être continuellement productif. Si vous regardez les sociétés qui ont exproprié les richesses des riches et essayé d’en vivre alors qu’elles n’étaient pas productives (par exemple, la Russie après les révolutions de 1917), vous verrez qu’il ne leur a pas fallu longtemps pour devenir pauvres. 

Moins une société est productive, moins elle est riche et donc moins puissante. 

Soit dit en passant, dépenser de l’argent pour l’investissement et les infrastructures plutôt que sur la consommation a tendance à conduire à une plus grande productivité, donc l’investissement est un bon indicateur avancé de prospérité. 

D’un autre côté, imprimer de l’argent et le distribuer sans être productif n’augmentera pas la richesse. Imprimer de l’argent et le donner ne nous rendra pas plus riches si l’argent n’est pas destiné à augmenter la productivité.

Richesse = Puissance. C’est parce que si l’on a suffisamment de richesse, on peut acheter presque tout : la propriété physique, le travail et la loyauté des autres, l’éducation, les soins de santé, les pouvoirs influents de toutes sortes (politiques, militaires, etc.), etc. 

À travers le temps et à travers les pays, l’histoire a montré qu’il existe une relation symbiotique entre ceux qui ont la richesse et ceux qui ont le pouvoir politique, et que le type d’accord qu’ils ont entre eux détermine l’ordre au pouvoir. 

Cet ordre régnant continue jusqu’à ce que les dirigeants soient renversés par d’autres qui s’emparent de la richesse et du pouvoir pour eux-mêmes. 

La richesse et le pouvoir se soutiennent mutuellement. Par exemple, en 1717, la Compagnie britannique des Indes orientales a effectivement réuni des capitaux financiers, des personnes ayant des capacités commerciales et des personnes ayant des capacités militaires pour forcer l’empereur moghol de l’Inde à commercer avec eux, qui fut le premier pas vers la colonisation britannique de l’Inde, la chute de l’empire moghol au XVIIIe siècle, puis son échec complet au XIXe siècle, lorsque les Britanniques exilèrent l’empereur et exécutèrent ses enfants après la rébellion indienne de 1857. Les Britanniques ont fait ces choses parce qu’ils avaient la richesse et le pouvoir de les faire.

Les changements de pouvoir proviennent des changements de richesse, alors regardez qui fait quoi pour créer des changements de richesse.

Baisse de la richesse = Baisse du pouvoir . Il n’y a pas un individu, une organisation, un pays ou un empire qui n’ait pas échoué lorsqu’il a perdu son pouvoir d’achat. Pour réussir, il faut gagner un montant au moins égal au montant que l’on dépense. 

Ceux qui dépensent modestement et ont un excédent réussissent plus durablement que ceux qui gagnent beaucoup plus et ont des déficits. 

L’histoire montre que lorsqu’un individu, une organisation, un pays ou un empire dépense plus que ce qu’il gagne, la misère et les turbulences sont à venir. L’histoire montre également que les pays qui ont des pourcentages plus élevés de personnes autosuffisantes ont tendance à être plus stables socialement, politiquement et économiquement. 

Les États-Unis dépensent maintenant beaucoup plus d’argent qu’ils n’en gagnent et le paient en imprimant de l’argent qui est dévalué. Pour nous améliorer, nous devons augmenter la productivité et la coopération. En ce moment, nous sommes sur la mauvaise voie.  

Publié par

Ray Dalio

Co-chef des investissements et président de Bridgewater Associates,

Traduction BB

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s