Editorial. Tous les actifs financiers dans le monde sont surévalués, l’immobilier aussi bien sur…mais c’est faux, c’est la monnaie qui est surévaluée

Je suis bien obligé de sacrifier à la pensée dominante sinon personne ne me comprend; donc je commence par une affirmation que tout le monde comprend mais .. que je sais fausse.

Les actifs financiers mondiaux ne sont pas surévalués, c’est une erreurd ‘optique.

C’est une façon de tomber dans le fétiche du cours boursier comme si il était un en-soi, une métrique.

Le cours de bourse ou l’indice boursier n’est pas une métrique, c’est un échange; vous échangez une unité de S&P 500 contre 4683 dollars.

Mais vous ne pensez pas quand vous dites que le S&P 500 est à 4683 que ce que vous exprimer c’est un échange pas du tout; vous pensez que c’est un absolu, il ne vous vient pas à l’esprit que c’est une valeur relative.

Acheter un actif financier c’est échanger par exemple un dépôt bancaire ou une réserve bancaire auprès de la Fed contre un titre boursier. A votre avis est-ce que l’échange est le même selon que la masse de dépôts bancaires, ou la masse de réserves auprès de la Fed est de 1 trillion ou de 2, 3 ou 5 trillions?

Bien sur que non , la rareté relative est totalement différente selon la taille du bilan de la Fed et selon la masse de dépôts bancaires, c’est à dire de monnaie dans les banques.

Si vous avez une masse considérable de monnaie en dépôts dans les banques, monnaie qui ne rapporte rien ou si vous avez une masse colossale de réserves oisives auprès de la banque centrale, vous êtes tentés de convertir une partie de cette monnaie en actifs financiers. Surtout si, sur les actifs financiers est branchée une loterie et que l’on tire des gagnants chaque jour; vous aussi vous voulez participer à la loterie; Donc vous convertissez votre monnaie oisive en « monnaie-actifs-financiers-billets de loterie » et vous faites monter les prix des actifs financiers en Bourse; leur valeur intrinsèque ne change pas mais leur prix monte, il grimpe .

L’univers de la finance est un Imaginaire dont on vous fait croire qu’il est articulé à la Réalité pour pouvoir mieux vous baiser c’est à dire pour pouvoir mieux surévaluer toutes bestioles financières..

Dans les temps anciens la monnaie n’était pas flottante, de-sancrée, elle représentait quelque chose, une vraie richesse, on ne pouvait pas en créer autant que l’on voulait, elle avait un fil a la patte, une pesanteur, c’est à dire qu’ele etait collée au réel, elle reflétait le réel.

Mais quand on a coupé le lien entre la monnaie et l’or puis avec le travail et les marchandises, on a libéré la monnaie, on lui a permis de s’envoler et de se déconnecter de la production des richesses réelles. On a libéré la monnaie du poids de la Valeur des choses.

La monnaie a cessé de refléter la valeur actuelle des choses puis elle a été rattachée à la valeur future des choses c’est à dire que l’on a pris de l’avance, on a anticipé, puis comme cela ne suffisait pas la monnaie n’a plus été rattachée qu’à l’espoir de création de richesses futures, puis comme cela ne suffisait pas encore, à la volonté des apprentis sorciers de créer un jour des richesses futures, puis maintenant on a fait le tour, la monnaie ne reflète plus rien d ‘autre que le besoin d’en créer sans cesse plus! Plus pour maintenir sa valeur fictive! La monnaie ne sert qu’à se maintenir en vie elle même; la monnaie ne sert plus qu’à maintenir la fiction de la valeur de la monnaie, c’est à dire la valeur des dettes qui ont servi à .. créer de la monnaie. C’est la dialectique de la monnaie de credit et de dette, in fine elle se mange la queue, elle n’est plus créée que pour faire tenir le système qui lui a donné naissance; la monnaie n’est plus mise en circulation que pour faire tenir l’échafaudage de dettes qui lui ont permis d’etre mise au monde.

A partir du moment ou un actif financier constitue un échange de titre contre de la monnaie, la caractéristique fondamentale de la monnaie, sa frivolité bullaire, se transmet aux actifs financiers, l’un est un avatar de l’autre; un actif financier devient simplement une quasi monnaie, une monnaie qui rapporte un peu. Et si la monnaie flotte, libérée dans les airs alors les prix des actifs financiers exprimés en monnaie flottent également.

Si vous avez compris cela vous en avez compris plus que n’importe quel membre du gouvernement et que n’importe quel gouverneur de banque centrale; croyez moi sur parole.

Rédigé par 

Bruno Bertez 

15 novembre 2021

Un portefeuille d’action ou d’obligations qui prend de la valeur n’est pas forcément une bonne nouvelle : si la hausse est basée sur du vent, le retour de manivelle sera violent…

Comment peut-on prendre les gens pour des imbéciles et continuer de se poser la question de savoir si les actifs financiers sont « surévalués et bullaires ».

Cela dépasse l’entendement.

Sauf si on admet que poser la question sert à entretenir le doute donc à tromper le public.

La surévaluation n’est pas une question, c’est un constat.

Un constat alimenté par les faits suivants :

  • depuis 2009, le monde entier s’appauvrit, croule sous les dettes non recouvrables, et il n’y a pas eu de croissance en regard ;
  • le monde va s’appauvrir beaucoup avec la transition climatique : elle va faire mettre au rebut plus du tiers de nos équipements antérieurs, renchérir l’énergie, beaucoup d’actifs vont être bons pour la poubelle, et, au lieu d’être amortis, nos actifs vont être dépréciés ;
  • la tension sur les ressources et la répartition du revenu mondial va être considérable, car il va falloir investir plus de 150 000 Mds$, plus de deux fois les PIB actuels ;
  • la tension sur les ressources – sauf à faire sauter la valeur des monnaies – va faire monter les taux d’intérêt, ce qui va déprécier les actifs financiers anciens, lesquels ne rapportent déjà quasiment rien ;
  • par ailleurs, les primes d’incertitude et de risque vont exploser.

Tous les bilans actuels du système sont faux, car ils ne tiennent pas compte des dépréciations et mises au rebut qui sont d’ores et déjà inéluctables, ainsi que des coûts de remplacement des actifs de production. Les amortissements et dépréciations sont non-pratiqués par exemple, alors qu’ils sont actés par les décisions internationales.

La richesse réelle ne progresse pas

Les bilans du système sont faux en ce sens qu’ils ne traduisent pas la situation réelle, honnête de la réalité qu’ils sont censés exprimer. La richesse réelle non seulement n’a pas progressé depuis 12 ans mais elle va être amputée.

En clair, les mots important sont « réalité » et « réel ».

L’argument des banquiers centraux pour éviter de reconnaître la fausseté des bilans et des valorisations, c’est l’argument des taux bas pratiqués sur les fonds d’Etat.

Cet argument est un aveu : l’univers des papiers est auto-référent. On ne peut justifier le niveau des promesses « papier » qu’à l’intérieur de cet univers du papier.

Les taux bas ne font pas référence au réel, ils font référence à des attributs du papier.

C’est le fameux « ceci n’est pas une pipe » : le papier n’est le réel, il est le signe trompeur du réel.

Or, un jour, les détenteurs demanderont la contrepartie réelle du papier, les vraies richesses. C’est là que le pot aux roses sera découvert : il n’y a pas de richesses réelles à mettre en face de toutes ces promesses.

Elles ne tiennent que dans l’imaginaire.

Alors, selon vous, les actifs financiers sont-ils surévalués ou pas ?

[NDLR : Retrouvez toutes les analyses de Bruno Bertez sur son blog en cliquant ici.]

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE J’accepte de recevoir une sélection exclusive d’offres de la part de partenaires de La Chronique Agora

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora. Voir notre Politique de confidentialité.

EN PRIME

Non les actifs financiers ne sont pas surévalués, ils lévitent et sont détachés du réel.

ils sont en a-pesanteur car ils dependent de la pression monétaire qui s’exerce sur les actifs boursiers.

C’est la quantité de monnaie en circulation et en reserve qui constitue la pression monétaire;

Le ratio de la valeur de la bourse par rapport au GDP n’est pas plus en bulle que le ratio de masse monétaire ou de bilan de la Fed par rapport au GDP.

3 réflexions sur “Editorial. Tous les actifs financiers dans le monde sont surévalués, l’immobilier aussi bien sur…mais c’est faux, c’est la monnaie qui est surévaluée

  1. La BCE se réveille ; quand vous serez plumés ils n’y seront pour rien ils vous auront même prévenu.

    13:01:49 shared *ECB WARNS OF MARKET EXUBERANCE IN FINANCIAL STABILITY REVIEW

    13:01:52 shared *ECB SEES STRETCHED PRICES IN PROPERTY, FINANCIAL MARKETS

    13:01:57 shared *ECB SAYS RISK-TAKING BY NON-BANKS, HIGH DEBT ALSO POSE THREATS

    13:02:08 shared *ECB’S GUINDOS: EQUITY, RISKY ASSETS SUSCEPTIBLE TO CORRECTIONS

    13:02:14 shared *ECB SAYS PERSISTENT HIGH INFLATION COULD WEIGH ON RECOVERY

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s