Le risque n’est pas l’inflation car l’inflation est la solution naturelle, le vrai risque c’est l’écroulement de la pyramide.

Nous sommes conduits à nous enfoncer dans la fausseté de tout; les Chinois s’en sont rendu compte et ils tentent de stopper la fuite en avant. Ils tentent tant qu’ils ont encore la situation, en mainde dégager la fausseté et la pourriture.

En occident nous y avons renoncé er la fausseté remonte tout le long de la chaine, les prix, les discours, les structures, les superstructures, les principes , rien n’est épargné, tout est contaminé.

Rédigé par 

Bruno Bertez 

2 décembre 2021

Les prix montent dans un mouvement naturel, pour apporter une solution au déséquilibre entre l’offre et la demande… Sauf que ce déséquilibre est loin d’être naturel, et révèle de biens plus gros problèmes que l’inflation.

Le vrai problème n’est pas l’inflation, car l’inflation dans la situation présente c’est la solution, puisque c’est ce qui permet d’équilibrer l’offre insuffisante et la demande excédentaire.

L’inflation permet aussi de bonifier les marges bénéficiaires et de défendre la rentabilité du capital.

Non, le problème n’est pas l’inflation, mais le risque systémique.

Car l’inflation en tant que phénomène correcteur, pour produire tous ses effets positifs sur le rétablissement des équilibres macroéconomiques, doit s’accompagner d’une hausse des dépenses d’équipement et donc des taux d’intérêt. Il faut réduire l’excès d’épargne par rapport à la demande d’investissement.

La hausse des taux fait partie de la solution, elle fait partie du rééquilibrage.

Le processus naturel est bloqué

Malheureusement le processus normal de rééquilibrage doit être artificiellement interrompu au niveau précisément des taux, car, s’ils montent, ils feraient s’effondrer toute la pyramide de capital fictif court qui s’est immobilisé dans les actifs longs.

Une hausse des taux feraient ressortir le colossal déséquilibre du système financier. Il est gorgé d’actifs à risque longs financés avec des capitaux courts qui ne peuvent supporter le risque. Le risque n’est pas l’inflation, c’est la réduction du levier et donc la fragilité financière.

Voilà le vrai risque. Le vrai problème, c’est l’impossibilité de laisser s’opérer le processus naturel de rééquilibrage.

Et ceci ne peut que déboucher sur des mesures qui ne ressortiront pas du marché, des mesures règlementaires dont la logique ultime sera le rationnement. Sauf que le rationnement, c’est la ratification d’un système de prix faux !

Tout va continuer de se désajuster.

[NDLR : Retrouvez toutes les analyses de Bruno Bertez sur son blog en cliquant ici.]

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE J’accepte de recevoir une sélection exclusive d’offres de la part de partenaires de La Chronique Agora

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora. Voir notre Politique de confidentialité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s