L’inflation des prix alimentaires continue

L’inflation alimentaire mondiale continue d’augmenter pour le quatrième mois consécutif en novembre.

Elle atteint des niveaux jamais vus depuis une décennie, tirée principalement par une forte demande de blé et de produits laitiers, selon un nouveau rapport publié par l’ Organisation des Nations Unies pour l’ alimentation et l’agriculture (FAO ). 

L’indice des prix alimentaires de la FAO, qui suit les variations mensuelles des prix internationaux des produits alimentaires, a augmenté de 1,2 % à 134,4 en novembre par rapport à octobre, en raison de la demande continue de produits alimentaires. 

L’indice est en hausse de 27,3 % en glissement annuel. 

Les prix des denrées alimentaires restent au niveau le plus élevé de la décennie; ils ont fortement augmenté depuis le début de la pandémie, entraînés par des ruptures d’approvisionnement , des récoltes médiocres, la flambée des coûts agricoles, des engrais etc et une demande élevée. 

Le mois dernier, les augmentations des céréales, des produits laitiers et du sucre ont été le principal moteur de l’indice des prix alimentaires de la FAO. Les retardataires étaient la viande et l’huile végétale. 

L’indice FAO des prix des céréales s’est établi en moyenne à 141,5 points en novembre, en hausse de 3,1% par rapport à octobre et de 23,2% par rapport au même mois de l’année dernière. Les prix du blé sont à leur plus haut niveau depuis mai 2011 en raison des conditions météorologiques défavorables en Australie et des modifications des règles d’exportation en Russie.   

L’indice des prix des produits laitiers a augmenté de 4,1 % à 125,5 points en novembre. Par rapport à l’année dernière, l’indice est en hausse de 19,1 %. « Une forte demande mondiale d’importations a persisté pour le beurre et les poudres de lait, les acheteurs cherchant à sécuriser les approvisionnements au comptant en anticipant le resserrement des marchés », a déclaré la FAO.

Les prix du sucre se sont établis en moyenne à 120,7 points en novembre, en hausse de 1,4 % par rapport à octobre, inversant l’essentiel de la baisse du mois précédent. Par rapport à l’année dernière, les prix ont augmenté de 40%. 

Les prix de l’huile végétale et de la viande ont légèrement baissé en novembre, mais ont tous deux fortement augmenté au cours de l’année. 

La question que se posent les banques centrales, les gouvernements, les négociants en matières premières et les ménages est de savoir si la tendance des prix des denrées alimentaires va s’inverser et quand .

Judy Ganes, présidente de J. Ganes Consulting, a récemment déclaré à Bloomberg que la hausse des prix des denrées alimentaires devrait se  poursuivre  au second semestre 2022. 

« Nous ne voyons pas encore de tournant, nous le verrons probablement, je suppose que c’est au milieu de l’année prochaine. Il y a un moment où les prix élevés sont le meilleur remède contre les prix élevés, il y a un moment où ça va se résoudre », a déclaré Ganes 

Elle a souligné que la hausse des prix était due à une combinaison de facteurs, tels que les plafonds imposés aux migration, les pénuries de main-d’œuvre, les conditions météorologiques défavorables, l’offre réduite,  les prix des engrais plus élevés et la flambée des coûts de transport.

Ganes a déclaré que la fin de plusieurs sécheresses majeures et l’augmentation des précipitations dans les principales régions productrices signifient que la production alimentaire mondiale en 2023-24 devrait etre nettement  » améliorée ». 

Avec au moins un an ou plus d’inflation alimentaire, le PDG de Cargill, David MacLennan, a récemment changé d’avis sur l’inflation « transitoire » et pense maintenant  qu’elle sera plus persistante  avec des prix alimentaires plus élevés en 2022. les pénuries et les conditions météorologiques défavorables, entre autres. 

Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a dû retirer le mot « transitoire » concernant l’environnement inflationniste dans un geste embarrassant cette semaine. Il est peu probable que la flambée des prix des denrées alimentaires s’inverse au début de 2022, elle va pénaliser les consommateurs des marchés émergents et les travailleurs les plus pauvres des pays développés. 

Il y a près d’un an, Albert Edwards de la SocGen soulignait que la hausse des prix des denrées alimentaires conduirait au mécontentement et à l’instabilité sociale dans les pays les plus faibles. 

2 réflexions sur “L’inflation des prix alimentaires continue

  1. Bonjour
    Je ne suis pas riche mais je n’ai pas a me plaindre car il y a des gens dans des situations bien plus difficiles que la mienne.

    « Les prix de l’huile végétale et de la viande ont légèrement baissé en novembre, mais ont tous deux fortement augmenté au cours de l’année.  »

    Chaque dimanche je me fais un plaisir en achetant du tournedos de bœuf, pardon je devrais dire de vache car c’est le seul animal qui change de sexe à l’abattoir, la majorité de la viande vendu comme bœuf est en réalité de la vache et en plus il faut faire une distinction entre une vache élevée pour sa viande et un vache laitière envoyée à l’abattoir
    Bref, depuis très longtemps le prix au Kg tournait autour des 40,00 € Il y a peut de temps il est passé à 50 et mon boucher m’annonce 67 prochainement !
    Certains produits vont doubler !

    J’aime

  2. La question suivante, c’est où commenceront les révoltes de la faim : Egypte, Iran, Algérie ? Si c’est dans un pays exportateur d’énergie, ce sera un facteur aggravant des perturbations actuelles. On a vu déjà des mouvements sociaux importants des paysans indiens plus tôt cette année, Si les prix alimentaires mondiaux restent élevés, les révoltes ou révolutions sont certaines.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s