Editorial. Le mythe de l’appétit pour le risque; l’argent qui vient sur les marchés c’est de l’argent monétaire, pas du capital. Quand le mal devient un bien.

Je ne vais pas rentrer dans cette analyse aujourd’hui, mais il faudra, un jour, dire que tout ce que l’on dit sur le risque, le paradigme risk-on/risk-off est une imbécillité. Une imbécillité trompeuse. C’est une pseudo vérité produite par la Modernité.

Quand « ils » achètent les véhicules spéculatifs , actions, crédit, junk etc, ce n’est pas parce qu' »ils » ont de l’appétit pour le risque mais parce qu’ils jugent qu’au contraire il n’y a pas de risque; ils ont acquis la certitude qu’ils pouvaient y aller.

Souvent cette certitude est instillée par le spectacle moutonnier: « comme les autres y vont c’est qu’il faut y aller ». Le caractère moutonnier pourtant, garantit l’inéluctable destruction! Quand on est tous du même cote du bateau, un jour le bateau chavire.

Plus précisément les intervenants acquièrent la conviction et l’envie irrésistible d’y aller parce que :

-que le momentum c’est à dire la Magie de la Tendance joue pour eux, c’est de la Magie et vous savez que les financiers sont superstitieux comme tous les joueurs; quand le pognon tombe du ciel on accorde plus de poids à l’irrationnel qu’au rationnel.

-que la Fed les assurent et leur garantit le PUT, le filet de sécurité parce qu’ils sont bien sages et « don’t fight the Fed « 

-que la Fed vous couvre intellectuellement car ses complices ne cessent de dire qu’il n’y a pas de surévaluation-donc pas de risque- « tant que les taux sont bas »

-que les largesses vont continuer , qu’il n’y a pas d ‘autre solution que le printing, nous nous sommes dans TINA ; n’y a pas de vraie reprise économique auto-entretenue

-que le système ne pourrait résister à une fermeture des robinets qui elle même ferait baisser les bourses puisque les banques sauteraient et que ce serait l’Armagedon.

En résumé « cela ne peut pas baisser, il n’y a aucun risque car si cela baissait alors ce serait la catastrophe finale ».

Mais nous vivons dans un monde d’inversion, nous marchons sur la tête; c’est une structure maintenant bien ancrée dans nos sociétés que celle de l’inversion.

Nous n’avons pas à craindre la situation économique déplorable, car c’est elle qui nous enrichit! Ce que nous avons à craindre c’est la disparition des remèdes à cette situation.

La baisse du taux de profitabilité du capital est une aubaine car elle revalorise mécaniquement le capital ancien, on se l’arrache car il rapporte plus que le nouveau; la baisse des taux de rendement jusqu’au point ou l’épargne ne rapporte plus rien est une aubaine car elle donne une valeur colossale à tous les titres anciens deja émis. Un jour les titres auront une valeur infinie car les taux deviendront négatifs.

Etc etc

Plus on émet de monnaie et plus on produit de dettes, plus leurs valeurs deviennent fictives mais comme cela oblige à soutenir les valeurs par la création de toujours plus de dettes et de monnaie, alors c’est une aubaine, c’est un grand bien.

Nous n’avons pas a craindre le Covid, ce que nous avons à craindre, ce sont les mesures prises par les autorités pour faire face au Covid. voire même c e que nous avons a craindre ce sont nos propres forces, nos résistances et adaptations spontanées.

Nos societes sont fracassées par les inégalités, le Woke, le genre, l’antiracisme, le racisme, le féminisme, qu’importe ; car nos sociétés sont grâce à cela divisées, clivées, ingérables, le peuple est impuissant et étant impuissant , les élites n’ont plus besoin de réunir 50% des suffrages pour dominer , 20% suffisent pour gouverner et rester en place.

La hausse des bourses et des actifs à risque doit être interprétée comme le signe que les intervenants sur les marchés ont la conviction que le risque, soit n’existe pas, soit est pris en charge par d’autres. Pas comme l’indication qu’ils sont disposés à supporter ou à pouvoir supporter les risques.

Donc retenez bien ; quand les marchés se mettent en ce que l’on appellle « risk-on » ce n’est pas parce qu’ils retrouvent le gout de l’invetissement à long terme et la capacité à affronter l’avenir, non c’est parce qu’ils ont acquis ou ré-acquis la conviction qu’il n’y avait aucun risque : le risque étant grand, il est assuré par la banque centrale et les promesses ou guidances de la Fed.

C’est toujours de l’argent court, frileux, peureux capable de s’envoler comme une volée de moineaux au moindre coup de fusil. L’argent qui alimente les marchés; ce n’est pas du vrai argent , du vrai capital investissement, c’est de l’argent monétaire.

[Yahoo/Bloomberg] Stocks, Futures Gain on Virus Hopes; Dollar Dips: Markets Wrap 

[Reuters] China Evergrande hits new low on default worries; Kaisa misses pay date

[CNBC] House takes key step toward raising the debt ceiling as deadline draws closer

[Yahoo/Bloomberg] Kaisa Suspends Trading Amid Uncertainty Over Debt Repayment

[CNBC] Chinese developer Kaisa halts trading in Hong Kong again as real estate concerns resurface

[Yahoo/Bloomberg] Gundlach Sees ‘Rough Waters’ for Market as Fed Pursues Taper

[WSJ] Supply-Chain Problems Will Last Through 2023, Intel Chief Says

[Reuters] Australia joins diplomatic boycott of Beijing Winter Games

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s