Une guerre, cela se fabrique, c’est la construction d ‘un long processus ignoré des peuples.

C’est aujourd’hui – en fait hier, 7 décembre- le 80e anniversaire de l’attaque japonaise sur Pearl Harbor, qui a plongé les États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale.

Bien que l’attaque réelle ait été un choc pour de nombreux Américains, elle a été le point culminant d’une série de décisions politiques en cours depuis des années.

Le catalyseur le plus immédiat est survenu lorsque les États-Unis ont gelé les actifs japonais et imposé un embargo sur les expéditions de pétrole vers le Japon à l’été 1941, après que le Japon ait rejeté les demandes américaines de se retirer de la Chine.

Le Japon recevait plus de 80 % de son pétrole des États-Unis, de sorte que l’embargo a mis le Japon dans une impasse. Il pouvait soit se soumettre aux exigences américaines, soit lancer une attaque pour sécuriser les territoires riches en pétrole des Indes néerlandaises , actuellement l’Indonésie.

Il a choisi ce dernier. Mais un mouvement contre les Indes néerlandaises serait vulnérable à une attaque des Philippines, qui était un Commonwealth américain avec une présence militaire américaine. Cette menace devrait être neutralisée, donc une invasion japonaise des Indes orientales néerlandaises signifierait inévitablement une guerre avec les États-Unis

La plupart des experts politiques s’attendaient à ce que toute attaque japonaise contre les forces américaines ait lieu aux Philippines. Mais ils ont d’abord attaqué la base navale et les aérodromes de Pearl Harbor.

Le Japon ne s’est pas simplement réveillé un jour et a décidé que c’était une bonne idée d’attaquer les États-Unis. Il était confronté à un ensemble limité d’options politiques face à l’embargo américain et il a pris ce qu’il croyait être une action nécessaire.

Le fait est que les guerres sont le résultat final de décisions politiques qui ont lieu bien avant que le premier coup de feu ne soit tiré. 

Si une nation estime que ses intérêts vitaux sont gravement menacés, elle choisira souvent la guerre, pas nécessairement parce qu’elle veut la guerre, mais parce qu’elle estime qu’elle n’a aucun autre recours.

La Russie masse des troupes et des capacités de mobilité offensives à sa frontière avec l’est de l’Ukraine. Les États-Unis craignent que la Russie n’envahisse l’Ukraine pour annexer la région du Donbass, qui est peuplée de citoyens ethniques russes et de milices pro-russes.

Les décideurs politiques américains semblent oublier que tout le fiasco en Ukraine a commencé en 2014, lorsque des agents de la CIA et du MI6 ont lancé une « révolution de couleur » qui a conduit au renversement d’un président pro-russe dûment élu.

Cela faisait partie d’une politique plus large visant à inclure l’Ukraine dans l’OTAN et l’UE aux mépris des promesses faites par les américains Baker- lors de la fin du communisme.. Cela a également été fait pour soutenir un racket de pots-de-vin lucratif qui soutenait les politiciens démocrates, y compris les Clinton et les Bidens.

Le résultat a été une scission de facto de l’Ukraine en une moitié pro-occidentale centrée à Kiev et une moitié pro-russe dans les régions du Donbass et de Luhansk.

L’intervention occidentale dans ce qui était un statu quo quelque peu neutre a ignoré le fait que l’Ukraine est comme un poignard pointé au cœur de la Russie et fait partie d’un arc allant de l’Ukraine à l’Estonie qui est membre de l’OTAN.

Cet arc entoure, encercle Moscou : certaines parties se trouvent à l’est de Moscou. 

Une Ukraine membre de l’OTAN ou même pro-occidentale est une menace existentielle pour la Russie. L’Ukraine est une ligne rouge en ce qui concerne la Russie.

Les États-Unis auraient dû s’en rendre compte et laisser le statu quo. Au lieu de cela, des gens comme le secrétaire d’État Anthony Blinken et le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan sont allés trop loin sous Obama. Maintenant, ils sont de retour en répétant la même erreur sous Biden.

Blinken dit que si la Russie intervient, elle subira d’énormes sanctions économiques. Mais les sanctions proposées incluent la coupure du gaz naturel de la Russie vers l’Allemagne, ce qui nuira le plus… à l’Allemagne.

Par ailleurs, la Russie est sous sanctions depuis plus de dix ans, et cela n’a pas changé son comportement. La Russie n’est pas sur le point de laisser l’Ukraine tomber dans l’orbite occidentale sous la menace de sanctions. En matière de jeu d’échecs elle a plusieurs coups d ‘avance.

Si une guerre éclate, ne blâmez pas seulement les Russes. Blâmez également les vrais responsables, les Biden, Blinken et Sullivan, qui auraient dû rester tranquilles .

Ne piquez pas un ours dans sa propre tanière.

Ci-dessous, je vous montre comment les élites ont fait dérailler les relations américano-russes à un moment où les États-Unis ont besoin de la Russie pour aider à contenir la Chine. Espérons juste que cela ne mène pas à la guerre. 

Regards,

Jim Rickards
pour The Daily Reckoning

Publicité

Une réflexion sur “Une guerre, cela se fabrique, c’est la construction d ‘un long processus ignoré des peuples.

  1. Bonjour M. Bertez

    Heureusement, il y a des militaires intelligents qui font leur possible pour retenir les politiques.

    La plupart des militaires intelligents sont pacifistes. Les officiers supérieurs et généraux que j’ai connus l’étaient tous , surtout ceux qui avaient combattu pendant la seconde guerre mondiale.

    Tous savent que les va t’en guerre demeurent généralement bien planqués et ne songent qu’à profiter de la chose.
    Cordialement.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s