Pour la fin d’année, un plaidoyer pour l’or; l’or c’est de l’argent.

Est-ce que quelque chose détrônera King Dollar ? Au moins à court terme, la réponse semble être non. L’indice du dollar américain (DXY), tel que suivi par le Wall Street Journal, n’a cessé de grimper depuis le printemps dernier.

Et ce, malgré les mesures de relance monétaire et budgétaire qui ont été déversées depuis le printemps dernier.

Les États-Unis ont d’autres problèmes économiques , notamment des dizaines de millions de travailleurs dans la force de l’âge qui ont abandonné le marché du travail et ne recherchent pas d’emploi.

Bien qu’ils ne soient pas techniquement comptés comme chômeurs (parce qu’ils ne cherchent pas de travail), ils sont certainement au chomage selon n’importe quelle définition du terme.

Vient maintenant la rupture de la chaîne d’approvisionnement mondiale, elle vide les étagères et les livraisons sont retardées au plus fort de la saison des achats de Noël. 

À cela s’ajoute l’inflation à la consommation la plus élevée depuis plus de 30 ans.

Le prix de tout, de l’essence à la pompe à la viande et au lait à l’épicerie, monte en flèche.

L’inflation a de nombreuses causes. L’inflationnisme monétaire et les perturbations de la chaîne d’approvisionnement y contribuent. 

Le plus grand danger est lorsque les anticipations d’inflation augmentent et que le comportement des consommateurs provoque l’inflation sous la forme d’une augmentation de la demande et de la thésaurisation des biens.

Ce n’est pas un scénario particulièrement rose pour l’économie américaine.

Le paradoxe du dollar fort

Alors pourquoi le dollar américain est-il si fort sur les marchés des changes alors que ses fondamentaux sont si faibles ?

La réponse à l’énigme du dollar fort est de chercher dans une autre direction.

Il est vrai que le dollar américain est fort contre l’euro, le yen et le franc suisse. Pourtant, ce sont toutes des monnaies papier et aucune d’entre elles n’est adossée à de l’or.

Lorsque vous comparez un papier-monnaie à un autre, cela vous dit quelque chose sur les flux de capitaux en papier-monnaie, mais cela vous en dit peu sur la valeur des devises mesurées en actifs durables tels que la terre, l’or, l’argent, l’eau, le pétrole ou d’autres ressources naturelles.

C’est là que l’or entre en jeu.

C’est une forme d’argent bien que les banquiers centraux ne le reconnaissent pas. Si l’or n’était pas de l’argent, pourquoi les États-Unis détiendraient-ils 8 133 tonnes métriques d’or ? Pourquoi l’Allemagne a-t-elle 3 359 tonnes métriques ? Pourquoi l’Italie et la France ont-elles environ 2 450 tonnes chacune? ?Même le FMI a 2 814 tonnes métriques.

Les banques centrales détiennent collectivement 35 554 tonnes métriques d’or, soit 20 % de tout l’or extrait dans le monde entier.

La réponse est évidente : l’or, c’est de l’argent. Les banques centrales ne veulent tout simplement pas l’admettre.

L’étalon d’or

Pourtant, l’or est un autre type de monnaie. Il appartient aux banques centrales, mais ce n’est pas elles qui l’ont créé. L’or n’est pas du papier-monnaie et ne peut pas être émis en quantités illimitées.

Le papier-monnaie est un passif des banques qui l’émettent. (Lisez simplement un billet de 20 $ la prochaine fois que vous n’avez rien à faire. Il est écrit « Note de la Réserve fédérale » juste au recto. Une note est une promesse, un passif.

L’or est un actif, mais ce n’est la responsabilité de personne. C’est ce qui le rend différent.

Pour cette raison, l’or est le meilleur moyen de mesurer la valeur d’une devise. Il donne une mesure objective en poids. Vous ne comparez pas une monnaie fiduciaire avec une autre. Vous comparez une monnaie fiduciaire avec de l’argent réel. C’est ainsi que vous savez si une monnaie fiduciaire est forte ou faible.

Lorsque nous utilisons cette mesure, nous constatons que le dollar américain ne se renforce pas réellement ; il s’affaiblit.

Le 28 septembre 2021, l’or valait à 1 733 $ l’once. Le 17 novembre 2021, l’or s’élevait à 1 864 $ l’once. C’est un gain de 7,5% du prix de l’or en dollars en sept semaines. Mesuré par le poids de l’or, ce mouvement de prix traduit une baisse de 7,5% de la valeur du dollar.

Aujourd’hui, l’or se négocie à plus de 1 800 $, ce qui représente une forte baisse de la valeur du dollar depuis septembre.

Les devises Fiat ne peuvent pas se cacher de l’or

Voilà donc la réponse. Au cours des quatre derniers mois, le dollar américain est en hausse par rapport à un panier de devises, mais il est en baisse par rapport à l’or. Au total, les devises autres que le dollar sont en baisse de près de 10 % par rapport à l’or.

Il y a une explication à ce phénomène : l’inflation.

Les devises peuvent fluctuer librement les unes par rapport aux autres, mais elles chutent toutes en termes réels lorsque l’inflation est prise en compte. L’or est l’étalon le plus immunisé contre l’inflation. Cela signifie que c’est la meilleure façon de mesurer la valeur des devises dans un environnement inflationniste.

Le système monétaire actuel est-il viable ?

Nous sommes peut-être à l’ère du dollar-roi pour le moment, mais le roi va perdre sa couronne d’or.

Mes recherches m’ont amené à une conclusion : nous allons assister à l’effondrement du système monétaire international. Quand je dis cela, je veux dire spécifiquement un effondrement de la confiance dans les monnaies papier dans le monde.

Ce n’est pas seulement la mort du dollar ou la disparition de l’euro. C’est un effondrement de la confiance de toutes les monnaies papier.

En retard pour un changement

Les systèmes monétaires ont changé environ tous les 30 à 40 ans en moyenne. Le système monétaire existant a 50 ans, le monde attend donc depuis longtemps un nouveau système monétaire.

Lorsque la confiance est perdue, les banques centrales peuvent devoir revenir à l’or comme référence ou comme étalon-or réel pour rétablir la confiance. Ce ne serait pas par choix. Aucun banquier central ne choisira jamais volontairement de revenir sur un étalon-or.

Mais dans un scénario où il y a une perte totale de confiance avec risque de chaos , ils devront probablement revenir à une forme d’étalon-or.

Peu de gens se souviennent que Nixon a explicitement déclaré que la suspension de la convertibilité de l’or par les partenaires commerciaux se faisait « temporairement ».

J’ai parlé à deux membres de l’administration Nixon, Paul Volcker et Kenneth Dam, qui étaient avec le président à Camp David le week-end où la suspension a été annoncée. Ils m’ont tous les deux confirmé que l’intention de Nixon était bien que la suspension soit temporaire.

Le plan était de convoquer une nouvelle conférence monétaire internationale, de dévaluer le dollar contre l’or et d’autres devises, principalement le deutsche mark, le franc suisse et le yen japonais, puis de revenir à l’étalon-or aux nouveaux taux de change.

La première partie a eu lieu. Il y a eu une conférence monétaire internationale à Washington, DC, en décembre 1971. Le dollar a été dévalué par rapport à l’or (de 35 $ l’once à 42,22 $ l’once par étapes) et d’autres grandes devises d’environ 10 à 17 %, selon la devise.

Pourtant, la dernière partie n’a jamais eu lieu. Il n’y a jamais eu de retour à l’étalon-or. Alors que les pays négociaient les nouveaux taux de change officiels, ils sont également passés à des taux de change flottants sur les marchés internationaux des devises.

Le chat était sorti du sac. Depuis, nous vivons avec des taux de change flottants. Mais ce système atteint ses limites et ne peut continuer indéfiniment.

Nous sommes en retard dans la mise en place d’ un nouveau système monétaire, et l’or a son role a y jouer . Ce qui est ancien sera nouveau.

Salutations,

Jim Rickards

Traduction BB

Publicité

3 réflexions sur “Pour la fin d’année, un plaidoyer pour l’or; l’or c’est de l’argent.

  1. Un simple commentaire, pour vous remercier M. Bertez, de vos textes, de l’ensemble du travail que vous nous fournissez.
    Merci aux lectrices , lecteurs, pour leurs partages dans les commentaires.
    Passer toutes et tous de bonnes fêtes de fin d’année.
    Prenez soin de vous, de vos proches.

    Bonne journée

    J’aime

  2. Une réflexion en passant.
    Ce matin, tandis que je me promenais dans mes Pyrénées, en faisant une pause, j’ai vu un tweet sur des soignants déguisés en père Noël (à Bordeaux, journal Sud-Ouest) ou en Chaperon rouge et Reine des Neiges inoculant des enfants, les blouses blanches les effraient, paraît-il (tweet de France Info je crois).

    Après avoir été dégouté par cette info et ces images, et alors que le pic d’Annie me faisait face, enneigé, je me suis dit que finalement, il était dans la logique des choses que de tels personnages de fiction injectent une thérapie génique effroyable à l’avenir de l’humanité, nos touts petits.
    Et que par ailleurs, ceux-ci soient effrayés par une simple blouse blanche.
    Je m’explique : depuis 200 ans, ILS ont évacué le divin qui était en nous, la spiritualité… remplacés par le consumérisme du Père Noêl (Coca) et la corruption par Disney des contes originaux de Grimm et de Perrault, qui étaient pourtant là pour enseigner aux enfants du Moyen-Age, ce qu’est le Mal absolu, justement. Avec son sang, ses larmes, son sperme !
    Depuis bien longtemps, on évacue le réel pour nos gosses. On les fait vivre dans cette illusion factice, l’illusion « prête à consommer », au lieu de laisser la place à la rêverie qu’on se crée soi-même lorsqu’on s’ennuie, et que l’on veut évacuer le travail, la souffrance, le sang et les larmes, je veux dire.
    Quoi de plus logique donc au terme de cette désacralisation du sacré, et de la sacralisation perverse de rites pagano-consuméristes, que ces personnages de fiction, sans âme, sans charisme achèvent le travail de sape commencé il y deux siècles, avec la révolution industrielle et le règne de la machine triomphante (Bernanos, Ellul, Tolkien…)
    Comme vous le dites, avec le mort de l’étalon or, avec l’assassinat du Père, la dissolution de Dieu dans un gloubi-goulba syncrétiste, l’abolition du genre et j’en passe, ce relativisme permet toutes les insanités. Au moins, les pipes pour les adultes qui veulent se faire injecter restent encore ancrées dans le réel, mais la Reines de neiges, bon sang ! (lesbienne, au demeurant, les princesses de nos jours ne veulent plus de mâle hétéro blanc, qui sait, il serait foutu de leur faire des enfant !) La Reine des neiges et le Père Noël, masqués, vaccinés, gantés, d’opérette pour des gosses drogués à la « magie de Noël » – comme l’expression est bien trouvée, de la part de ces maîtres des Illusions !- enfants qui ne connaissent plus rien au Divin, celui qui a choisi l’étable de Bethléem à cause d’un empereur qui voulait recenser son peuple (n’oublions pas que le roi David a été puni par Dieu pour ce sacrilège, réservé au Divin, tandis qu’EUX souhaitent nous pucer et modifier notre ADN pour recenser chacun de nos faits et gestes, péché contre l’esprit s’il en était, je ferme la parenthèse…).
    Afin d’effacer toute spiritualité de leur âme, alors que jusqu’à 5 ans, un enfant est capable de percevoir ce monde surnaturel qui l’entoure, dit-on.
    Aussi, importe-t-il encore plus de l’abreuver dès sa naissance d’illusions avec tablettes, des dessins animés débiles, aux couleurs arc-en-ciel si possible. On ne sait jamais, il pourrait avoir un peu de clairvoyance naturelle et dire non à cette abomination, au sens biblique du terme.

    Pourtant, je demeure optimiste, monsieur Bertez, car je suis certain d’une chose : comme l’or, la (les) statue(s) du commandeur reviendra (ont) en force et emportera (ont) tout sur son (leur) passage.
    Comme l’oeil de Dieu a dénoncé la faute de Caïn jusqu’au tréfonds de sa tombe !

    Quand ? Bientôt.
    Mais à quel prix ?
    Pour quelle humanité, dévastée et génétiquement modifiée ?
    Pour quels heureux élus, ceux qui ont traversé la grande épreuve de l’Apocalypse ?
    Je ne sais.
    Alors je vais continuer à vous lire.
    Et je vais vous souhaiter un joyeux Noël, de bonnes fêtes de fin d’année, et une très longue vie en bonne santé, parce que j’ai encore besoin de me nourrir longtemps de vos analyses, de votre clairvoyance, afin de mieux comprendre le monde.
    Avec Nicolas Bonnal. Avec Charles Gave. Avec Reiner Fullmich. Avec le Dr Zelenko. Avec le Pr Montagnier…
    Avec tous ceux que je suis, et qui m’aident à tenir le coup en ces temps sombres.
    Aussi.
    Du fond du coeur.
    Merci.

    J’aime

  3. L’or c’est le quai à partir duquel on observe les devises flottes les unes les autres et le prix qui s’affiche est la mesure de leur valeur à chacune, plus le chiffre croit plus la valeur des devises décroît. L’or, comme vous nous le rappelez si bien, c’est le suprême commandeur.

    J’aime

Répondre à MASTER T Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s