EDITORIAL. Nous sommes en guerre. Bien sur. C’est parce que vous refusez de le voir que vous êtes vaincus.

La vie est une lutte et à l’échelle de l’Histoire, à l’échelle des générations, à l’échelle des espèces, à l’échelle de la planète seuls les plus adaptés survivent.

Même le virus est en lutte, il lutte pour conquérir le terrain, pour se reproduire, pour s’adapter à vos défenses. Il mute.

Et les plus adaptés sont ceux qui ont l’atout de percevoir les modifications de leur environnement, les changements de systèmes, les mutations. Ceux là , plus perspicaces que les autres prennent les bonnes décisions.

Nous avons changé de système, nous avons abandonné l’idéal démocratique.

L’horizon démocratique n’est plus celui qui nous guide.

Nous avons pénétré un système ou les peuples sont dépossédés.

Une catégorie de personnes et ses alliés prétendent que la démocratie est dépassée, que c’est le règne des Sachants. le règne des Stakeholders, ceux qui ont des billes dans le système. Ce serait le règne d’une Elite qui détiendrait les clefs de la bonne Gouvernance et serait détentrice de l’intérêt général.

C’est le sens profond du Grand Reset, la fin de la souveraineté populaire et nationale pour entrer dans le règne des parties prenantes, des détenteurs du savoir, des détenteurs de la technologie qu’ils ont volé aux salariés, les détenteurs du capital et les maitres de la police et de l’armée.

Le Grand reset c’est un colossal;

« OTE TOI DE LA QUE JE M’Y METTE »

Nous vivons sur le mythe des Lumières, le mythe Rousseauiste- le mythe de cet homme qui n’a jamais travaillé et a vécu entretenu par les femmes et les princes et n’a même pas su exercer son rôle de père – le mythe imbécile de l’homme qui serait bon , qui signerait un Contrat Social, et qui croit que la vie en société est un Pacte. Le mythe renouvelé sous ses formes Woke « tout le monde il est beau , tout le monde il est gentil, le mythe ils n’auront pas ma haine, le mythe des droits de l’homme, le mythe des élites qui voudraient notre bien , le mythe que nous -le peuple- sommes des cons, des moins que rien et que seuls les dominants savent ce qui est bien, bon, beau, progressiste , le mythe de l’intérêt général.

Ils, ou elles les élites, vous font vivre dans le monde imbécile rousseauiste du « tout le monde est beau et gentil » , on s’aime, on s’embrasse, on est solidaire, mais eux ils vivent dans le monde de la Loi du plus fort, dans le monde des privilégiés. Et ils ne se privent pas de vous écraser.

Dans ce système à deux vitesses, eux disent que le temps des héros, les temps des modèles héroïques est fini et que ce qui est admirable c’est le monde des victimes, mais eux, ce sont comme Macron des tueurs, des cyniques, des chiens.

C’est contre ce mythe que je lutte jour après jour depuis que j’ai repris cette superbe devise liminaire, « l’homme est un loup pour l’homme« .

Devise complétée par cette admirable phrase de Pascal:

« Qui veut faire l’ange fait la bête ».

Je crois à la lutte, à l’affrontement, à la dignité de défendre ce que l’on est , ce que l’on a ; je crois à la liberté et la dignité de l’individu. Je crois que liberté et dignité ne sont pas donnés ou octroyés mais conquis et défendus de hautes luttes.

Cela n’empêche pas, au contraire d’aimer ses proches, sa famille, ses alliés, ses compatriotes et même tous ceux qui pensent comme nous et nous veulent du bien.

Mais ceux là sont en nombre limité en regard de la masse de gens qui ne nous veulent pas du bien et veulent nous nuire, nous piller, nous exploiter, nous envahir, nous déposséder etc.

En matière sociale je suis pour la lutte des classes , pour les contrepouvoirs, pour le pouvoir fort des syndicats et pour la liberté de gestion des entreprises. C’est le contraire du monde actuel , monde ou les syndicats collaborent, ou ils ne luttent plus pour le bien être et la dignité des salariés mais ou ils comprennent les besoins du capital et négocient avec lui le poids des chaînes.

Le dialogue social est une escroquerie qui dissimule le renoncement des syndicats à obtenir ce que le rapport de forces les autoriserait a réclamer.

Aussi bien le capital que le patron ou le manager que les salariés tous ont raison de se comporter conformément à leur identité

et que le plus fort gagne.

sans oublier que :

l’union fait la force

Le progrès jaillit de la lutte des contraires.

Osez vous battre .

Notre lecteur SEB nous ecrit.

Bien sur qu’il n’a pas lâchée cette phrase au hasard et qu’il a des études d’opinion mais c’est lui qui a conditionné les gens au point de les rendre assez cons pour ne pas comprendre que leur vaccin à 10 doses est inefficace.

Une majorité n’arrive même pas à admettre qu’elle peut attraper et transmettre le virus autant qu’un non vacciné. Il lui suffirai de comprendre ce seul détail pour intégrer l’abjection de ce qui se passe.

Nous sommes la minorité qui n’a pas voulu servir de cobaye et à laquelle les faits donnent raison.

Nous avons non seulement plus de clairvoyance mais aussi plus de force morale que tous les soumis qui se sont vaccinés pour la plupart par peur ou pour pouvoir aller au resto.

C’est à ce titre que nous sommes persécutés.

La devise de Macron c’est « ordo ab chaos ». Il fout le bordel et espère tirer les marrons du feu.

Ce petit vicieux n’a pas encore compris que même si nous sommes une minorité nous sommes les plus forts.

Un jour viendra ou la police le lâchera…

La lettre de Charlelie couture

Je relaie cette lettre à Macron par l’artiste Charlelie Couture :

« NOUS sommes en guerre, oui !NOUS sommes en guerre, oui ! NOUS, les non-essentiels, NOUS, les inutiles, NOUS, les riens, NOUS, les Lumières plongées dans l’ombre, NOUS, les Gens de l’Esprit et de la Culture,NOUS, les restaurateurs, ceux des plaisirs de la bouche et du plaisir tout court,

Oui, NOUS sommes en guerre,

NOUS, les personnels et techniciens du spectacle, ceux des théâtres et des cinémas, NOUS, les Acteurs et les Comédiens mis aux arrêts forcés, NOUS, les Musiciens,

NOUS tous que vous considérez comme des paresseux mais ne rêvons que de travailler

,Et tous ceux de la nuit, ce monde qui vit la nuit, cette nuit NOIRE que vous associez au Mal, cette peur médiévale qui accompagne la nuit quand le Diable revient, ce Mal qui grandit quand le soleil s’est couché, -désormais après 20 h-, ce Mal viral dont la définition change au gré de vos humeurs, cette menace invisible d’abord définie comme létale, mais dont la dangerosité s’estime désormais en termes de « cas », (d’où la suggestion de recourir à des tests massifs afin d’obtenir des grands nombres impressionnants), dans l’intention de soumettre à se faire faire inoculer dans l’urgence, une opinion publique de plus en plus sceptique, malgré la pression permanente des médias, elles-mêmes sous surveillance.NOUS, que vous traitez avec un détachement scandaleux,

Oui, NOUS sommes en guerre contre VOUS ! Contre le Janus qui répète qu’il « assume », lui qui se croit doué d’un super pouvoir de séduction absolu, qui lui permet d’envoûter et de berner comme un camelot tous ceux qu’il rencontre, lui le Petit Prince tellement condescendant vis-à-vis du Peuple et de la classe moyenne, Oui.

Nous sommes en guerre contre VOUS cet orphéon de sous-fifres opportunistes qui improvisent au jour le jour une chorale cacophonique, cette ribambelle de technocrates cyniques feignant d’ignorer froidement les drames dans lesquels plongent ceux qui sont concernés par ces décisions ciniques,

VOUS, dont les discours lénifiants et versatiles conjuguent à la fois l’ignorance et l’absurde, Contre VOUS, dont les incohérences nous inondent comme des pluies acides sur notre forêt de rêves,

Contre vos fausses promesses et vos effets d’annonce comme un coup de bluff permanent, affirmant des choses un jour, et le contraire le lendemain avec le même aplomb!

Contre vos fanfaronnades ineptes et vos décisions inopinées, Contre vos lois votées en catimini, Nous sommes en guerre oui !

Contre les mafias milliardaires et autres géants de Big Pharma, Contre votre déni effectif des menaces climatiques au profit d’une consommation capricieuse et sa pollution d’objets inutiles distribués par les géants de la distribution ,

En guerre contre une économie de cavalerie et de course en avant qui « invente » des milliards virtuels, et nous entraîne à court terme vers le grand délire d’une économie irréelle, comme une plongée dans un puits sans fond.

La France n’est pas sereine, noyée dans une sorte de chaos et d’écœurement causés entre autres par la surprotection d’une police répressive et les disputes intestines entre spécialistes illuminés aussi malsaines que des bagarres de rues entre bandes de supporteurs alcoolisés.

La France n’est pas en paix avec elle-même, quand les mêmes qui dénonçaient les lois du califat imposant le silence et le voile, oui, les mêmes interdisent de la même manière depuis des mois à la fois le théâtre, la musique, les musées, les rencontres populaires (sportives ou artistiques), et puis les restaurants, les rassemblements de fêtes joyeuses et conviviales, et maintenant Noël en famille et la Saint Sylvestre…

Conscients que les enfants dans les écoles apprennent à devenir fous, oui, nous sommes en guerre, une guerre secrète, une guerre interne, pour l’heure encore en implosion, mais dont les conséquences seront graves. On devine la colère qui gronde et les gens désespérés sont prêts à exploser, prêt à se faire exploser, suicidaires.

Un pouvoir si puissant soit-il ne tient que par l’acceptation ou le refus du Peuple d’obéir. Désormais NOUS sommes en guerre, oui, Pour défendre notre droit à continuer de vivre dignement, Pour défendre notre Liberté légitime et notre droit de penser autrement !

Charlélie COUTURE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s