Que faire pour éviter la ruine? D’abord abandonner vos illusions.

Antigone: « L’espoir, votre sale espoir »

Que faire? Abandonner tout espoir car nous sommes dans le tragique, le destin, la fatalité. Ce qui doit arriver arrivera parce que c’était écrit dès le commencement. L’espoir n’est pas une stratégie de survie.

Que faire?

Réponse, d’abord perdre toute illusion que l’on peut échapper au mouvement d’appauvrissement général qui ne manquera pas de suivre la période actuelle.

La richesse est fictive cela signifie que la richesse perçue est imaginaire, elle repose sur des promesses qui ne peuvent radicalement pas être tenue, c’est mathématique.

La vraie richesse est réelle, elle est liée à la propriété effective.

La richesse fictive est une richesse papier, contractuelle, une richesse faite de promesses et de droits sur des biens et services futurs. On y croit tant que le système tourne, roule, comme la bicyclette.

Or la période bullaire se définit comme un excèdent de promesses futures, de droits futurs sur une réalité qui ne peut absolument pas les honorer. En clair la richesse actuelle perçue est fictive car il n’y en aura pas assez pour tout le monde.

Dans une loterie ou l’état prélève 70% des mises, avant le tirage chaque billet de loterie vaut le pair , c’est dire 100 mais après le tirage la masse ne vaut plus que 30% des mises, ce qui signifie que ceux qui ont les billets perdants sont ruinés.

Il y a eu un excèdent d’espoirs en regard des possibilités de les honorer.

Trop de monde à table pour un festin restreint, limité.

Ensuite il faut savoir que tout papier, toute promesse , tout actif financier doit être détenu par quelqu’un jusqu’à ce qu’il soit retiré de la circulation, c’est le constat cynique de Bernanke; les 360 trillions de dettes du système doivent être détenus, il faut bien que quelqu’un détienne le Mistigri.

Cela implique que la classe, l’ensemble des détenteurs de papiers sera ruinée, spoliée; elle ne peut y échapper. C’est le destin et il est écrit depuis les émissions de papier; et depuis les politiques scélérates des autorités qui ont construit un entonnoir pour supprimer les rémunérations sans risque et vous forcer de monter dans l’échelle du risque dans l’espoir -vain- de pouvoir échapper à la spoliation.

Echapper à la spoliation est réservé à une ultra minorité qui connait le jeu de chaises musicales mieux que vous car il est truqué à leur profit. Eux ont des chances de sauver quelque chose. Ils prendront la sortie avant vous et trouveront la chaise ou s’asseoir avant vous. C’est radical, asymétrique, systémique ; vous ne pouvez être plus intelligent que ceux qui sont à la droite des dieux de la monnaie et de la finance.

Mon cadre analytique est plus ou moins comparable à celui de JP Hussman dont je vous parle souvent.

j’ai la même théorie de base sur le concept de valeur d ‘un actif financier qui est une somme de flux à recevoir dans le futur; mais ensuite je diverge.

Je considère que ce lien entre d’un cote la valeur de l’actif financier et les flux futurs a été coupé, radicalement coupé en 1971 et 1973 quand on a détruit le lien entre le dollar et l’or et que l’on a imposé les changes flottants. On a ainsi libéré la création de dollars, cette création de dollars et de dettes s’envolée.

Ensuite après avoir libéré la création de dollars on a crée un lien entre la monnaie et les actifs financiers en réduisant ceux ci a un rendement et à un risque.

On a imposé ce que l’on appelé l’équation de la Fed qui dit que quand les taux sont bas alors les actifs financiers doivent valoir cher. On a décrété qu’un actif financier était monétaire ou si on veut quasi monétaire; cela impliquait que l’on disjoignait sa valeur ou son prix de sa valeur fondamentale constituée par les flux futurs à recevoir; à l’ultime de l’absurde on a établi que quand les taux des emprunst d’état sont « zero » la valeur de tout actif financier qui rapporte est infinie.

On a a unifié le champ de la monnaie et celui des actifs monétaires, tout est devenu quasi-monnaie . Et on a imposé cette mutation par l’activisme de la Fed dès 1987. Chaque fois que l’on a douté de la nature quasi-monétaire des actifs financiers, la Fed est intervenue pour acheter les actifs financiers et ainsi proclamer qu’ils étaient liquides c’est à dire transformables en monnaie , qu’ils étaient aussi bons que la monnaie, c’est ce que l’on appelé le fameux PUT.

Les actifs monétaires ont brisé leur lien avec l’économie fondamentale et leur vrai lien organique à notre époque c’est celui avec la monnaie.

Mais chut les élites le savent mais il ne faut pas que vous, vous le sachiez, il faut que vous croyiez encore au mythe du fondamental meme si les actifs financiers représentent 200% du GDP alors qu’ils ne devraient représenter que 40%;

L’analyse financière est un peu comme une martingale magique , comme cette martingale qui consiste à jouer sa date de naissance ou les statistiques imbéciles pour les loteries; ce qui compte c’est le lien entre la masse des actifs financiers et la masse de monnaie et rien d’autre; et c’est bien pour cela que les gestions des élites sont devenues passives, elles se foutent de la sélection.

Elles traduisent cette réalité: ce qui compte c’est le rapport non pas avec l’économie mais le rapport avec la politique monétaire; la gestion passive est le symptôme et en même temps le révélateur du changement de nature des actifs financiers.

JP Hussman/

Image

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s