Le point sur ce qui se passe à Ottawa.

Le « convoi de la liberté » qui paralyse le centre-ville d’Ottawa continue de faire des vagues. La capitale canadienne a déclaré l’état d’urgence en raison dit -elle du manque de ressources policières pour faire face à la situation. 

Les manifestations ont été déclenchées par des mandats de vaccination pour les camionneurs traversant la frontière depuis les États-Unis, mais elles se sont depuis transformées en un mouvement plus large contre les mandats de vaccination et les restrictions du COVID-19. 

C’est maintenant un mouvement de contestation de la politique Woke de type Davos de Trudeau, lequel l’étiquette d’extrême droite raciste, machiste, non inclusive et toute la sauce habituelle..

Les camionneurs ont convergé vers Ottawa il y a 10 jours, avec des tracteurs et des remorques qui bloquent la circulation et perturbent les affaires dans les quartiers résidentiels avoisinants.

« Nous sommes au milieu d’une grave urgence, la plus grave à laquelle notre ville ait jamais été confrontée », a déclaré le maire d’Ottawa, Jim Watson, lors d’une entrevue. 

« De toute évidence, nous sommes en infériorité numérique et nous perdons cette bataille. Cela doit être inversé, nous devons récupérer notre ville. Déclarer l’état d’urgence reflète le grave danger et la menace pour la sûreté et la sécurité des résidents posés par les manifestations en cours et souligne le besoin de soutien d’autres juridictions et paliers de gouvernement. »

Bien que l’ordonnance donne à la ville plus de flexibilité pour se procurer de l’équipement pour les « travailleurs de première ligne », au-delà de sa valeur symbolique, elle ne donne à la police ou à la ville aucun nouveau pouvoir légal. 

Justin Trudeau a également exclu l’utilisation de l’armée pour dissoudre les manifestations.

Le site de financement participatif GoFundMe a tenté de fermer l’une de ses sources de revenus, invoquant une activité illégale. Le gouverneur de Santis de Floride a réagi en menaçant GoFunMe d’une action en justice.

La police a également procédé à quelques arrestations, elle a émis des centaines de contraventions, et les klaxons ont continué à retentir dans le centre-ville au cours du week-end.

Les manifestants sont la dernière cohorte à se soulever dans l’épuisement pandémique, frustrés par des mois de blocages et de restrictions plus ou moins absurdes

Cela survient alors que de nombreux pays s’ouvrent à travers le monde malgré un nombre élevé d’infections, notamment le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Danemark, la Suède et la Norvège. 

Au cours des dernières semaines, de nombreux pays ont supprimé les passeports pour les vaccins, ainsi que l’isolement obligatoire, le port de masque et les limites des rassemblements, alors qu’ils s’orientent vers des politiques de « vivre avec le virus ».

Une réflexion sur “Le point sur ce qui se passe à Ottawa.

  1. « De toute évidence, nous sommes en infériorité numérique »
    C’est un aveu de taille de la part des autorités. Elles ont prétendus qu’il n’y avait que quelques centaines de camion et quelques milliers de personnes !!

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s