Une opinion boursière, purement marketing. Mais à lire.

Je vous livre cette analyse strategique non parce que j’y adhère, mais parce qu’elle reflète l’opinion de nombreux gestionnaires.

Mon cadre analytique est bien sur très différent et je ne suis pas partisan de faire comme les auteurs de la note le font : essayer de prévoir le marché a horizon de quelques semaines!

Prenez cette note pour ce qu’elle est: UN SYMPTOME.

  • Les actions américaines ont encore baissé et les investisseurs devraient maintenir une posture défensive, a déclaré Morgan Stanley lundi.
  • Les stratèges de la Banque ont déclaré que les commerçants devenaient trop « optimistes » étant donné plusieurs semaines « d’hiver » à venir.
  • La banque a détaillé trois raisons pour lesquelles les investisseurs ne devraient pas être trop optimistes quant aux perspectives du marché boursier.

Après un début d’année volatil, les actions américaines ont encore de la baisse devant elles et les investisseurs devraient maintenir une position défensive, déclare Morgan Stanley dans une note lundi.

Les stratèges de la banque, dirigés par Michael Wilson, ont déclaré que les traders devenaient trop « optimistes » compte tenu de plusieurs semaines de baisse en perspective pour le marché boursier.

« L’hiver est arrivé et Punxsutawney Phil dit que nous avons encore au moins 6 semaines« , ont-ils déclaré, réitérant un avertissement de fin janvier incitant a prendre une position défensive .

 « Nous sommes d’accord et pensons que cela pourrait même saigner jusqu’au printemps. Le risque sur les bénéfices augmente pour une plus large part du marché que ce à quoi la plupart des investisseurs s’attendent, car la hausse des stocks répond à la baisse de la demande.« 

Les actions américaines ont accusé le coup au cours des dernières semaines alors que les investisseurs acceptent une attitude plus belliciste de la Réserve fédéraledéterminée à resserrer sa politique monétaire pour freiner l’inflation.

Voici trois raisons pour lesquelles Morgan Stanley pense que les investisseurs devraient rester sur la défensive :

1. Les bénéfices ralentissent

Le pourcentage de bénéfices du quatrième trimestre qui dépassent les estimations jusqu’à présent revient à la moyenne à long terme de 5%, ce qui est bien en deçà des 15% à 20% observés au cours des 18 derniers mois qui ont marqué « une période de sur-rémunération ». « , ont déclaré les stratèges. 

« La question clé est maintenant de savoir si nous allons revenir à la » normale « ou allons-nous d’abord connaître une période de sous-revenus ? » ils ont ajouté.

Ce recul du retour sur investissement , ont-ils déclaré, se fera probablement au cours du premier semestre de l’année, alors que la relance budgétaire s’estompe, que la politique monétaire se resserre et que la demande rattrape les marchés. 

« L’ampleur de la révision des bénéfices et les tendances récentes suggèrent que nous nous dirigeons dans cette direction », ont-ils déclaré. « Les entreprises présentant le plus grand risque de bénéfices restent celles qui ont le plus profité de la pandémie. »

2. La confiance des consommateurs est à surveiller

Au cours des dernières semaines, les stratèges ont vu des entreprises – dont Netflix , la société mère de Facebook Meta et PayPal – qui ne s’attendaient pas à voir les bénéfices « récupérer » par rapport aux résultats décevants et renverser des guidances futures faibles. Cela suggère que le recul i pourrait être plus profond et plus large que prévu initialement.

En plus de cela, les stratèges ont déclaré qu’il y avait également de plus en plus de preuves que les consommateurs pourraient simplement être dans une pire position pour dépenser, même s’ils le souhaitent. 

« Les dépenses de consommation sont vulnérables et ce n’est pas entièrement dû à Omicron », ont-ils déclaré. « Au lieu de cela, il s’agit davantage d’une combinaison de fin des transferts gouvernementaux et des effets des ponctions sur le pouvoir d’achat par l’inflation. Les prix augmentent jusqu’à des niveaux de destruction de la demande. »

3. Les constitutions d’inventaire ne sont pas nécessairement bonnes pour les revenus

Les stratèges de la banque ont déclaré que si le réapprovisionnement des stocks pouvait stimuler la croissance économique, cela présente un risque si la demande n’est pas au rednez vous de l’offre. Ils ont également déclaré qu’ils restaient sceptiques sur le fait que cela finirait par se transformer en une « transition boucle d’or »/goldilock en douceur.

« Nous pensons que cela pourrait également révéler le nombre élevé de doubles commandes dans de nombreux secteurs », ont-ils déclaré. « Les annulations de commandes ne feront qu’exacerber les effets négatifs sur la demande déjà affaiblie. »

Comment les investisseurs doivent-ils se positionner ?

« Ce que vous devez faire en ce moment en tant qu’investisseur, c’est rechercher des domaines qui ont déjà corrigé ou des domaines où il y a probablement une demande refoulée », a déclaré Wilson à CNBC  lundi .

il cite les services aux consommateurs, les soins de santé et certaines parties de la technologie comme exemples de secteurs qui ont corrigé. « C’est l’année du stock picker. Il ne s’agit plus de jouer les ‘indices. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s