Parler de hausse des taux, agiter des signaux ne suffira peut être pas cette fois.

Fournir des signaux et parler de hausse des taux et de pivot monétaire ne suffira peut être pas cette fois;

Pourquoi?

Parcer que les marchés ont appris et ils sont sceptiques;

Les autorités auraient tort de négliger les effets d’apprentissage qu’ils ont eux même encouragés.

La nouvelle est inquiétante : l’inflation américaine a encore augmenté en janvier à 7,5 % , son plus haut niveau depuis le début des années 1980. 
Néanmoins, les marchés boursiers restent étonnamment calmes. 
Le principal indice américain, le S&P 500, est à peine plus de 6 % en dessous du niveau record de début janvier.
C’est exactement le problème du point de vue de Raghuram Rajan. « Dans le passé, la Réserve fédérale américaine pouvait ne resserrer les conditions sur les marchés financiers qu’avec des signaux », explique le professeur de finance à l’université de Chicago et ancien patron de la banque centrale indienne. « Cette fois, en revanche, cela pourrait ne pas suffire car les marchés se sont tellement habitués à une politique de taux d’intérêt laxiste. »
Rajan sait de quoi il parle. Il a provoqué un émoi international à l’été 2005 lorsqu’il a mis en garde l’élite financière lors du symposium économique de Jackson Hole contre les excès du système bancaire . Vivement critiqué à l’époque, il est aujourd’hui l’un des économistes les plus renommés de notre époque.
Dans l’interview d’aujourd’hui , il explique pourquoi il s’attend à ce que l’inflation soit persistante et ce que cela pourrait signifier pour les marchés financiers . Il a également commenté les plans de réforme ambitieux de la Chine et les changements structurels de l’économie causés par la pandémie.

Une réflexion sur “Parler de hausse des taux, agiter des signaux ne suffira peut être pas cette fois.

  1. C’est effectivement la grande question.

    A force croire que l’inflation avait disparu, que le système et sa force déflationniste allaient reprendre le dessus, les BC n’ont pas jugé crédible sa résurgence durable.

    Le plus probable reste qu’ils vont avoir raison, que l’inflation va se calmer et que les taux d’intérêts réels négatifs tiendront les marchés boursiers mais le doute s’installe de plus en plus.

    Si l’inflation s’avère ancrée et que la Fed ne peut plus se contenter de faire semblant d’agir c’est la cata.

    Or il arrivera un jour où le réel ne permettra plus aux acteurs de faire semblant.

    Nous sommes allés tellement loin que nous y sommes peut-être.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s