La synthèse: les Russes donnent un coup d’arrêt à l’avance de l’OTAN.

« Un jour ou l’autre il faudra qu’il y ait la guerre … on le sait bien … c’est le destin ». (BB mars 2009.)

La crise du système capitaliste noyé dans les dettes n’étant pas traitée mais prolongée, tous les chemins mènent à la guerre, on connait déjà les camps , mais on ignore le calendrier.

Cependant selon les experts nous sommes dans la phase finale; au début du 20e du siècle les préparatifs et les signaux ont commencé en 1906, la guerre n’est intervenus qu’en 1918 ou 1917- si on veut commencer par la guerre civile russe.

Le monde anglo saxon est celui qui profite le plus de l’ordre actuel , et singulièrement l’Empire britannique dématérialisé, attendez vous donc à ce qu’il joue un rôle en pointe dans les préparatifs de belligérance au plan de la prepartion/manipulation des esprits.

Les USA eux seront en pointe dans d’autres segments comme l’exécution . L’europe, sera bien sur la grande victime/perdante vassale, coincée entre les blocs.

L’UE s’analyse comme une tentative ratée d’échapper au destin historique européen; hélas!

Dans les périodes de crise il n’y a pas assez de surproduit pour tout le monde et la lutte devient âpre, féroce, d’abord par concurrence puis par compétition stratégique, puis par guerre froide , puis tiède et enfin les choses, mures, éclatent , selon le hasard et les opportunités.

Sur la voie choisie, pour maintenir le niveau de vie des occidentaux il n’y a que la guerre; un Think Tank américain estime que sans guerre les pays développés devraient laisser baisser leur niveau de vie de plus de 30%.

La guerre sera une guerre voulue par les ultra riches; ils savent que leur fortune monétaire, fictive, en papier ne peut avoir un contenu réel que si et seulement si ils peuvent s’attribuer le contrôle effectif de toutes les richesses de la planète. Leur pouvoir de prélèvement lié à cette fortune est nul si ils ne contrôlent pas ces richesses par un pouvoir militaire. Le papier émis qui constitue la richesse fictive représente entre 3 et 10 fois ce que l’on peut considérer comme la richesse mondiale. Celle ci va chuter considérablement avec la reconversion énergétique et la hausse fantastique des couts et des prix; la rareté va montrer son horrible tète, surtout la rareté du surproduit bien sur.

Grosso modo la guerre sera une guerre pour maintenir le pouvoir de prélèvement de la masse de papiers créée depuis le début de la crise du Capital, sur les richesses mondiales.

Vu sous cet angle vous comprenez que les Anglo-Saxons et surtout les Anglais , maitres d ‘œuvre global du capital fictif et de son ingénierie seront les fers de lance.

Tout le reste sera du narrative ou si on veut du roman.

Les évènements d’Ukraine s’inscrivent bien sur dans le continuum de la marche à la guerre. La marche de l’OTAN vers l’Est est une manœuvre militaire de long terme dans le cadre stratégique de l’encerclement de la Russie et de la Chine, les Russes viennent d’y donner un coup d’arrêt.

La guerre sera une guerre pour honorer le pouvoir de prélèvement de toute la richesse monétaire, boursière, fictive de la classe des ultra riches.

La dislocation populiste occidentale, la fin des consensus, la veulerie des élites, tout cela rend le processus inéluctable et l’accélère.

L’impérialisme se comprend vu sous cet angle. Le reste c’est de la gangue qui entoure le cristal de l’Histoire dirait Hegel.

24 février – Yahoo Finance :

« Alors que les troupes russes attaquent l’Ukraine, les experts préviennent que Vladimir Poutine pourrait également saisir l’opportunité de déployer le trésor de cyberarmes de la Russie pour pirater l’infrastructure américaine. La Russie n’est pas étrangère au lancement de cyberattaques contre les États-Unis ou à l’utilisation de pirates tiers pour frapper les intérêts américains. Des responsables américains ont précédemment accusé la Russie d’avoir tout infiltré, des centrales électriques américaines au ministère de la Défense. Et avec la montée en flèche des tensions entre les deux nations et les sanctions américaines contre la Russie qui se profilent, Poutine pourrait riposter en lançant de puissantes cyberattaques contre les États-Unis. Une telle attaque pourrait couper l’alimentation des villes, fermer les banques et arrêter le flux de carburant, paralysant des pans entiers du de campagne. »

19 février – Reuters :

« Les forces nucléaires stratégiques russes ont organisé samedi des exercices supervisés par le président Vladimir Poutine, et Washington a accusé les troupes russes massées près de la frontière ukrainienne d’avancer et d’être « prêtes à frapper ». Alors que les Occidentaux craignent une guerre , la Maison Blanche a déclaré que l’équipe de sécurité nationale du président américain Joe Biden lui avait dit qu’elle croyait toujours que la Russie pouvait lancer une attaque en Ukraine « à tout moment » et qu’il prévoyait de convoquer ses meilleurs conseillers dimanche pour discuter de la crise. ”

Le S&P500 a augmenté de 0,8 % (baisse de 8,0 % depuis le début de l’année), Le Dow Jones a peu changé (baisse de 6,3 %). 

Les services publics ont rebondi de 1,9 % (en baisse de 6,7 %). 

Les banques ont reculé de 0,9 % (hausse de 2,8 %) et les courtiers ont reculé de 0,8 % (baisse de 0,1 %). 

Les Transports reprennent 1,6% (-7,7%). 

Le S&P 400 des Midcaps gagne 1,1% (-6,3%) et les small cap du Russell 2000 progressent de 1,6% (-9,1%). 

Le Nasdaq100 a rebondi de 1,3 % (en baisse de 13,1 %). 

Les semi-conducteurs ont bondi de 2,0 % (en baisse de 12,5 %). 

Les Biotechs progressent de 0,9% (-9,8%). 

Avec un lingot en baisse de 9 $, l’indice HUI de l’or a chuté de 0,8 % (en hausse de 8,4 %).

Les taux des bons du Trésor à trois mois ont terminé la semaine à 0,2875 %. Les rendements gouvernementaux à deux ans ont bondi de 10 points de base à 1,57 % (en hausse de 84 points de base depuis le début de l’année). 

Les rendements des bons du Trésor à cinq ans ont gagné cinq points de base à 1,87 % (en hausse de 60 points de base). 

Les rendements des bons du Trésor à dix ans ont augmenté de trois points de base à 1,96 % (hausse de 45 points de base). 

Les rendements obligataires longs ont ajouté trois points de base à 2,28 % (en hausse de 37 points de base). 

Les rendements de l’indice de référence Fannie Mae MBS ont augmenté de trois points de base pour atteindre un sommet de 2,92 % sur 31 mois (en hausse de 85 points de base).

Les rendements des Bunds allemands ont augmenté de quatre points de base à 0,23 % (+41 points de base). Les taux français ont gagné 2 points de base à 0,71% (+51 points de base). L’écart entre les obligations françaises et allemandes à 10 ans s’est rétréci de deux à 48 points de base.

Les rendements grecs à 10 ans ont baissé d’un point de base à 2,56 % (en hausse de 124 pb depuis le début de l’année). 

Les rendements portugais à dix ans ont gagné 2 points de base à 1,10 % (+64 points de base). 

Les taux italiens à 10 ans ont peu bougé à 1,83% (+66bps). Les rendements espagnols à 10 ans ont augmenté d’un point de base à 1,21 % (+65 points de base). 

 Les rendements des gilts britanniques à 10 ans ont bondi de huit points de base à 1,46 % (en hausse de 49 points de base). L’indice britannique des actions FTSE a reculé de 0,3 % (en hausse de 1,4 % depuis le début de l’année).

L’indice Nikkei Equities du Japon a chuté de 2,4 % (en baisse de 8,0 % depuis le début de l’année). Les rendements japonais « JGB » à 10 ans ont baissé d’un point de base à 0,21 % (en hausse de 14 pb depuis le début de l’année). 

Le CAC40 français a chuté de 2,6% (-5,6%). L’indice actions allemand DAX a chuté de 3,2 % (en baisse de 8,3 %). 

L’indice des actions espagnoles IBEX 35 a reculé de 1,2 % (-2,6 %). L’indice italien FTSE MIB a chuté de 2,8 % (en baisse de 5,8 %). 

Les actions émergentes étaient pour la plupart sous pression. 

L’indice Bovespa du Brésil a augmenté de 0,2 % (en hausse de 7,9 %) et le Bolsa du Mexique a gagné 0,5 % (en baisse de 1,4 %). 

L’indice Kospi de la Corée du Sud a chuté de 2,5 % (en baisse de 10,1 %). 

L’indice boursier indien Sensex a chuté de 3,4 % (en baisse de 4,1 %). 

La Bourse chinoise de Shanghai a baissé de 1,1 % (en baisse de 5,2 %). 

L’indice turc Borsa Istanbul National 100 a chuté de 3,9 % (+ 5,1 %). 

L’indice actions russe MICEX s’est effondré de 27,2 % (en baisse de 34,8 %).

Les fonds d’obligations de qualité supérieure ont enregistré des sorties de 755 millions de dollars et les fonds d’obligations de pacotille ont affiché des flux négatifs de 966 millions de dollars (de Lipper).

Au plan monétaire:

La semaine dernière, le crédit de la Réserve fédérale a bondi de 27,0 milliards de dollars pour atteindre un record de 8,886 trilliond . Au cours des 128 dernières semaines, le crédit de la Fed a augmenté de 5,159 trillions , soit 138 %. Le crédit de la Fed a gonflé 6 074 000 milliards de dollars, soit 216 %, au cours des 485 dernières semaines.

 Ailleurs, les avoirs de la Fed pour comptes étrangers du Trésor, la dette des agences ont ajouté la semaine dernière 1,4 milliard de dollars à 3,449 trillions. Les «avoirs en garde» ont baissé de 98,6 milliards de dollars, ou 2,8%, en glissement annuel.

Le total des actifs des fonds du marché monétaire a augmenté de 5,0 milliards de dollars pour atteindre 4,555 milliards de dollars. Le total des fonds monétaires a augmenté de 211 milliards de dollars en glissement annuel, soit 4,8 %.

Le papier commercial total a chuté de 2,7 milliards de dollars à 1,020 TN $. Le CP a baissé de 69,2 milliards de dollars, ou 6,4 %, au cours de la dernière année.

Les taux hypothécaires fixes de Freddie Mac sur 30 ans ont baissé de trois points de base à 3,89 % (en hausse de 92 points de base en glissement annuel). 

Les taux à quinze ans ont glissé d’un point de base à 3,14 % (+80 points de base). 

Les taux ARM hybrides à cinq ans sont restés inchangés à 2,98 % (en baisse de 1 pb). 

L’enquête de Bankrate sur les coûts des emprunts hypothécaires jumbo avait des taux fixes sur 30 ans en hausse de cinq points de base à 4,25 % (en hausse de 107 points de base).

Sur les devises :

Pour la semaine, l’indice du dollar américain a augmenté de 0,6 % à 96,62 (en hausse de 1,0 % depuis le début de l’année). 

Pour la semaine à la hausse, la couronne norvégienne a augmenté de 1,8 %, le dollar néo-zélandais de 0,7 %, le dollar australien de 0,7 % et la couronne suédoise de 0,1 %. 

À la baisse, la livre sterling a baissé de 1,3 %, le dollar de Singapour de 0,5 %, le won sud-coréen de 0,5 %, l’euro de 0,5 %, le yen japonais de 0,5 %, le franc suisse de 0,4 %, le peso mexicain de 0,3 %, le réal brésilien 0,3 % et le rand sud-africain 0,1 %. 

Le renminbi chinois a augmenté de 0,13 % par rapport au dollar (en hausse de 0,61 % depuis le début de l’année).

S sur les matières premières :

L’indice Bloomberg Commodities a gagné 0,7 % (+13,3 % depuis le début de l’année).

 L’or au comptant a chuté de 0,5 % à 1 889 $ (en hausse de 3,3 %). 

L’argent a augmenté de 1,5 % à 24,27 $ (hausse de 4,1 %). 

Le brut WTI a augmenté de 52 cents à 96,62 $ (en hausse de 22 %). L’essence a bondi de 2,2 % (en hausse de 22 %) et le gaz naturel a gagné 0,9 % (en hausse de 20 %).

 Le cuivre a diminué de 0,9 % (hausse de 1 %). 

Le blé a bondi de 6,9 % (en hausse de 12 %) et le maïs a ajouté 0,5 % (en hausse de 11 %). 

Bitcoin a chuté de 862 $, ou 2,1 %, cette semaine à 39 480 $ (en baisse de 15 %).

Une réflexion sur “La synthèse: les Russes donnent un coup d’arrêt à l’avance de l’OTAN.

  1. Nous avons 2 systèmes qui s opposent, le papier contre l or, les promesses contre le réel, le court terme contre le long terme…

    Merci pour vos travaux de synthèse.

    Je prends toujours plaisir à lire vos articles ainsi que les commentaires des lecteurs qui vous suivent.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s