Editorial. Ukraine: « le problème de la vérité c’est de savoir pourquoi le mensonge réussit si bien ».

Henri Lefebvre:

« le problème de la vérité c’est de savoir pourquoi le mensonge réussit si bien« .

La ligne de propagande du bloc occidental se dégage clairement.

La perception de Poutine le transforme rapidement en « le nouvel Hitler ».

Elle se complète également par des formes plus douces de rejet des légitimes préoccupations russes :


– Les décisions de Poutine ne sont pas légitimes mais motivées par sa personnalité irrationnelle, obsédante et pleine de ressentiment.


– Tromperie et prétextes : vous ne pouvez croire aucune affirmation venant de ce camp car ce n’est qu’une couverture pour autre chose.


– Batailles de pouvoir nationales : les décisions de Poutine sont motivées par l’auto-préservation.

Aucune coordination centrale n’est nécessaire pour les milliers « d’analystes » qui effectuent simultanément ces types d’analyses et c’est précisément le grand mystère qu’il conviendrait d’étudier.

Comment une ligne de propagande se dégage-t-elle sans coordination centrale, avec une apparente diversité ce qui lui donne crédibilité .

Mon idée est que cette interprétation et ses déclinaisons s’insèrent dans un moule, un cadre qui s’est construit progressivement, depuis 2014 au moins, et même avant; cette propagande correspond au besoin/trou qui a été crée par le moule, ce moule attendait d’être rempli, il était préformaté et il suffit de l’alimenter.

Le champ de bataille tracé par le bloc crée une sorte de « manque » , et c’est tout à fait normalement que ce qui est propagandé maintenant vient remplir ce trou .

Il y a une sorte de demande latente pour la suite des mensonges, une demande pour les chapitres suivants du roman.

La logique n’est pas situationnelle, non elle est rhétorique; ce qui gouverne ce ne sont pas les faits mais la logiques des discours antérieurs.

Je fais exactement le même constat s’agissant de l’autre crise, celle du Covid, les lignes de propagande, les développements ont une logique purement rhétoriques, logiques de discours, combinatoires de discours, qui ne sont pas remises questions par les faits nouveaux, par les évènements, non!

Le discours continue comme si les évènements neufs n’avaient pas lieu. Regardez le discours sur le vaccin, il résiste à toutes les nouvelles, toutes les découvertes, toutes bavures etc.

Et c’est exactement la même chose, on retrouve la même structure de propagande dans la crise financière et économique: on a crée un cadre, un moule qui justifie la création de monnaie et de dette et tout ce qui intervient, tout ce qui se passe vient trouver sa place dans ce moule et solidifier les interprétations même si elles sont de plus en plus absurdes , idiotes, dangereuses.

La dette est l’équivalent du vaccin dans la crise financière . Pensez y c’est très riche.

Ceci justifie selon mon diagnostic central:

notre époque vit une terrible crise de la pensée.

La pensée n’est plus un scalpel pour comprendre le réel, le modifier et ainsi favoriser notre adaptation au monde extérieur, non la pensée a été détournée: elle ne sert plus qu’à entretenir l’Imaginaire par lequel les élites et leur système se maintiennent au pouvoir.

La pensée est devenue volatile frivole détachée du réel qu’elle est censée refléter.

Elle a subit la mutation de 1860/1870 , la mutation du marginalisme qui prétend que rien n’est vrai en soi , rien n’a un prix ou une valeur et que seule compte la rencontre de l’offre et de la demande, c’est dire la possibilité de fabriquer les opinions.

Quand on a tracé un champ de bataille comme l’ont fait les propagandistes de l’OTAN, tout vient naturellement s’inscrire dans ce champ, même sans coordination , il y a une logique interne du roman qui a été écrit depuis.

Ce sont les maitres du monde britannique qui ont compris les premiers que la nouvelle arme c’est le dématérialisé, l’abstrait, « la possibilité de posséder les esprits », c’est une sorte de prolongement sinon logique et dialectique du moins rhétorique de leurs structures de pensée, de la culture de leurs élites , marquées par la City; mais c’est un autre développement pour un autre jour.

Tout devient un présentisme, personne ne parle des promesses prouvées de Baker, des provocations des nazis ukrainiens entrainés par les pays de l’OTAN -et meme par les israéliens-, personne ne parle des massacres du Donbass, personne ne rappelle les avertissements de Kennan, de Zbigniew Brzeziński,  , etc .

La situation est binaire, elle n’a que deux dimensions aucune profondeur, aucune antériorité, c’est une situation pure GOOGLE, pure AI.

?

3 réflexions sur “Editorial. Ukraine: « le problème de la vérité c’est de savoir pourquoi le mensonge réussit si bien ».

  1. Bonsoir

    La vérité, si tant est qu’elle puisse être approchée, nous demanderait d’ôter nos masques, le mensonge nous permet facilement d’embellir nos masques.
     » Être une heure, une heure seulement
    Être une heure, une heure quelquefois
    Être une heure, rien qu’une heure durant
    Beau, beau, beau et con à la fois.. » Jacques Brel – Jacky.

    Cordialement

    J’aime

  2. Deux choses ont complètement disparu des radars:le covid,et la défaite en rase campagne de Trudeau et de sa première ministre.
    Trudeau a capitulé en trois jours a cause d’un vulgaire Bank-run qu’il a lui meme provoqué en gelant les avoirs des camioneurs.
    Une piste sérieuse pour lutter contre l’autoritatisme:quand une population retire massivement des liquidités du système bancaire,les gouvernements s’effondrent.
    Eric cantona avait raison!

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s