Le point de William Scott Ritter

William Scott Ritter Jr., né le 15 juillet 1961 aux États-Unis, expert militaire, est un ancien inspecteur de la commission spéciale des Nations unies sur l’armement en Irak entre 1991 et 1998.

Scott Ritter dans l’émission Justin Podur

Points clés:

Certains convois russes ont dépassé leur couverture aérienne et ont été détruits. 

La merde arrive dans une guerre à grande échelle – Jessica Simpson en Irak est présentée comme un exemple américain. De tels événements n’ont pas de signification sens par rapport au contexte général de la guerre ; c’est-à-dire que le convoi de Jessica Simpson détruit ne signifiait pas que les États-Unis perdaient la guerre de la « liberté irakienne ».

Scott fait confiance à la tabulation de chaque côté de leurs propres pertes

Un ratio de perte de la Seconde Guerre mondiale dans une victoire serait de 1,2 à 1. Le ratio de perte actuel de 1,6 à 1 indique une déroute

Le bataillon Azov a commencé comme un bataillon, mais n’a plus la taille d’un bataillon. 

Il avait au moins la taille d’une brigade lorsqu’il a été absorbé par l’armée ukrainienne officielle avec les milices plus petites. 

Cependant, ses officiers sont répartis dans l’ensemble de l’armée ukrainienne.

Scott et Justin rient tous les deux les commentaires qui prétendent que « les Russes sont en retard, retardés, ralentis, etc. » – si l’un de ces crétins qui affirme cela connaît le plan et le calendrier russes, qu’il le montre.

Scott dit que la plupart des Ukrainiens d’aujourd’hui sont des « soy boys » – tout simplement pas préparés émotionnellement ou culturellement au combat militaire et encore moins au combat en tant que mouvement de guérilla. Il les compare avec les Pachtounes en Afghanistan.

Scott répète son affirmation que l’armée russe ira à Lvov, mais ce ne sera pas une occupation.

Question à Scott : Y a-t-il un aspect de cette situation qui constitue une victoire pour les États-Unis ?

Réponse : non à tous les niveaux.

De plus, la Russie au cours des 30 années écoulées depuis 1990 s’était intégrée à l’Occident. Ces liens économiques et autres entravaient les projets de Poutine de s’intégrer plus étroitement à la Chine, mais les actions des États-Unis au cours de la dernière décennie ont résolu pour lui le problème de dissidence interne de Poutine (c’est-à-dire l’obstruction des oligarques et des atlantistes).

Scott est extrêmement négatif sur ce qui arrivera au Canada et aux États-Unis. 

Il s’attend à ce que les contre-sanctions russes détruisent les économies américaine, européenne et canadienne.

En prime la désinformation sur la centrale nucléaire

Les personnes qui tiraient sur la centrale nucléaire étaient nos propres Ukies. 

J’ai vu le sous-secrétaire du DOE expliquer à plusieurs reprises au présentateur de CNN que l’usine nucléaire n’a jamais été en danger par qui que ce soit. 

Tapper ne voulait vraiment pas l’entendre de cette façon et ils ont continué à faire la « une » de leurs journaux en disant que les Russes avaient bombardé l’usine.

Hier soir, j’ai passé du temps à regarder toutes les chaînes d’information américaines et comment elles ont rapporté ces choses. Je suppose que CNN est le pire, MSNBC est vraiment pathétique, et Fox… Je ne sais pas quel genre de dope ces gens fument mais la leur est la plus stupide et la plus ridicule. 

Le juge ivre amer Pirro disait que le gaz que l’Europe reçoit de la Russie est sale et que les Européens feraient mieux d’obtenir ce bon GNL américain.

Une réflexion sur “Le point de William Scott Ritter

  1. Lorsque j’étais à l’armée (il y a fort longtemps), je connaissais un camarade de promo qui oeuvrait au SIRPA. Il me disait que lors d’un conflit armé le rôle du SIRPA était de montrer où il fallait regarder, au commun du mortel. La morale est qu’en aucun cas il faut faire confiance à ce qu’on voit de prime abord. On nous montre un iceberg et par définition, on en voit que 10% de la surface visible. Je me souviens aussi des évènements en ex Yougoslavie. Où une grande partie de la classe politique prennait fait et cause pour les bosniaques. Les méchant d’alors étant les serbes. Sur le terrain il en fut tout autre et des exactions furent perpétrées des 2 côtés…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s