Editorial. Ils n’ont aucune solution! Stress alimentaire. Stress bancaire en Europe. Risques pour la stabilité financière.

v

Ce fut une semaine de mauvais augure pour l’approvisionnement alimentaire mondial et son prix. 

Le blé (contrat de mai) a bondi de 40,6 %, portant les gains cumulés à 57 %. Le maïs a bondi de 15 % (en hausse de 27 % depuis le début de l’année) et le soja a augmenté de 5,4 % (en hausse de 26 %).

Le représentant David Scott (interrogeant Powell lors de l’audience du comité des services financiers de la Chambre de mardi): « Je veux tirer la sonnette d’alarme ici ce matin, et je veux que vous m’écoutiez et je veux que la nation le fasse parce que je suis le président de la commission de l’agriculture de notre Chambre – et je suis très inquiet de cette agitation en Ukraine et en Russie les actions violentes, illégales et criminelles qu’ils mènent et l’impact que cela a sur le commerce mondial et, plus important encore, sur notre propre sécurité alimentaire. 

Nous pourrions très bien être au bord d’une crise de famine partout dans le monde… Je veux vous demander, Président Powell, les perturbations et la hausse des prix de ces produits de base déstabiliseront les marchés alimentaires mondiaux et menaceront notre stabilité alimentaire et notre stabilité sociale. 

Donc, ma question pour vous, Monsieur le Président Powell, dans quelle mesure ces développements pourraient-ils créer un risque pour la stabilité financière ici au pays et à l’étranger, et que devons-nous faire?

Nous pouvons nous passer de beaucoup de choses dans ce monde, mais la seule chose dont nous ne pouvons pas nous passer, c’est la nourriture. Que pouvez-vous faire à ce sujet ? »

Président Powell : « Monsieur, votre point est très bien compris et je pense… c’est le transport maritime, c’est le maïs, c’est le blé, comme vous l’avez souligné, c’est l’engrais, et nous voyons que cela se répercute sur les prix des denrées alimentaires et sur l’approvisionnement alimentaire juste en ces débuts. jours après que les sanctions ont été mises en place et la guerre remonte à moins de deux semaines maintenant. J’ai pris note vraiment mais la Fed n’a pas vraiment les outils pour résoudre ce problème. « 

Et plus encore: risques pour la stabilité financière, surtout en Europe.

Tout a changé. La Fed et la communauté des banques centrales mondiales n’ont aucune solution à la pire crise depuis la Seconde Guerre mondiale. 

Pas de solutions pour la flambée des prix de l’énergie, des aliments et des matériaux. 

Pas de solution aux pénuries croissantes de tant de produits vitaux. 

Pas de solution pour les achats de panique. 

Pas de solution si la Chine décide d’utiliser son trésor de dollars pour se procurer des approvisionnements supplémentaires en matières premières – à n’importe quel prix. 

Pas de solution à une aggravation de la crise de la chaîne d’approvisionnement mondiale. 

Pas de solution aux insolvabilités en chaine des banques russes.

Pas de solution à l’effondrement de la valeur des titres boursiers et à l’illiquidité. 

Les actions bancaires européennes (STOXX 600) ont chuté brutalement de 16,0 % cette semaine, les banques italiennes s’effondrant de 23,5 %. 

Les prix des swaps sur défaut (CDS) des banques européennes ont atteint des sommets depuis 2020.

Les CDS d’UniCredit ont bondi de 14 à 111 points de base, Deutsche Bank de 14 à 81 points de base, Credit Suisse de 13 à 118 points de base et Société Générale de 12 à 69 points de base. 

Un indice de CDS d’obligations bancaires subordonnées européennes a bondi de 40 à 182 points de base (a commencé l’année à 108), c’est le plus grand gain hebdomadaire depuis avril 2020.

Les marchés financiers européens se sont rapidement approchés de la dislocation lors de la séance de mardi. Ils perdent plus de % au niveau des indices mais les dégâts individuels sont sanglants.

Bloomberg : « Les marchés monétaires sont les plus stressés depuis depuis , alors que les opérateurs se précipitent pour obtenir des dollars à la suite du durcissement des sanctions contre la Russie, suscitant des appels à l’aide de la part des banques centrales. Le coût de conversion des p aiements en euros et en yens en dollars à l’aide de swaps de devises à trois mois est le plus élevé depuis mars 2020. L’écart entre les taux futurs du Libor et de la Réserve fédérale, un indicateur clé du stress de financement connu sous le nom de spread FRA/OIS , également élargi pour les contrats d’un mois au maximum depuis mars 2020. »

Les marchés, le système crient au secours et veulent des liquidités!

La finance contemporaine est plombée par les fragilités latentes. N’oubliez pas ce que je répète sans cesse; le système repose sur l’espoir de liquidités surabondance sans limite. il faut que le systèmes maintienne le mythe selon lequel les actifs financiers sont liquides et conservent quoi qu’il advienne leur monnaieitude. Aussi bons que le cash.

En termes simples, le système ne fonctionne pas en sens inverse. La structure financière actuelle n’est viable que tant que la bulle de liquidités et de crédit gonfle , tant que le crédit, l’effet de levier et les flux spéculatifs enflent. En cas de vague de réduction sérieuse des risques et de tendance au désendettement, les marchés sont sujets à l’illiquidité, à la dislocation et à la panique. 

La structure du marché est devenue un problème critique.

L’ensemble de l’univers financier est soutenu par des anticipations de marchés liquides. Les produits dérivés, en particulier, fonctionnent sur l’hypothèse de marchés liquides et avec une contrepartie en continu. 

Au cours de la semaine dernière, les marchés pointent à nouveau vers l’ illiquidité et un dysfonctionnement accrus. 

C’est désormais une dynamique récurrente: un stress et appel au secours.

Ce qui est différent, c’est le statut du filet de sécurité de la Fed en matière de liquidités. Le système mondial se dirigeait vers un épisode majeur de resserrement, de réduction des risques et de désendettement. 

les banques centrales sont obligées de refaire un pivot a 180 degrés!

 Le « risk off » a deja atteint une dynamique puissante.

L’ inflation est déjà très élevée

Tout indique des pressions sur les prix encore plus fortes (matières premières mondiales, problèmes de chaîne d’approvisionnement, marchés du travail en surchauffe, etc.).

La corde se resserre autour du cou des banquiers centraux.

Stress en Europe , banques vulnerables

Reuters] Russia calls on EU, NATO to stop arms supplies to Ukraine 

[AP] Putin says Ukraine’s future in doubt as cease-fires collapse

[AP] Zelenskyy’s ‘desperate’ plea to Congress: Send more planes

[The Hill] Russia weighs risks of launching cyberattacks against the West

[Reuters] Blinken speaks with Chinese foreign minister on Ukraine: State Dept.

[MSN/WP] U.S. gas prices are rising at fastest pace ever as Russia intensifies invasion of Ukraine, AAA says

[Bloomberg] Russia Energy Chaos Triggers the Biggest Market Shock in Decades

[FT] US works with Poland to provide Ukraine with fighter jets

5 réflexions sur “Editorial. Ils n’ont aucune solution! Stress alimentaire. Stress bancaire en Europe. Risques pour la stabilité financière.

  1. Bonjour M. Bertez
    Par ailleurs, la situation alimentaire en Afghanistan est catastrophique et le prix du blé a dépassé celui qui a causé les printemps arabes.
    Les solutions existent, mais le bloc Occidental n’en veut pas car ce serait baisser culotte devant tout le monde.
    La très ancienne expression « aller de Charybde en Scylla » n’a rien perdu de sa pertinence!

    Cordialement

    J’aime

  2. “il faut que le systèmes maintienne le mythe selon lequel les actifs financiers sont liquides et conservent quoi qu’il advienne leur monnaieitude”
    Je vous suit ds l’idée.
    Je dirait même plus : il faut maintenir le mythe …
    de la possibilité de re-monétisation ses actifs financiers …
    de pouvoir faire revenir ces actifs à leur contre-valeur en monnaie.
    Les contre exemples jonché l’histoire des crises passées ou récentes…

    J’aime

  3. Et pour les européens, ce sera la double peine : envolée des prix des matières premières et chute de l’euro (dont on parle beaucoup moins). Suivront mécaniquement inflation et pénuries.
    Je ne crois pas une seconde à l’incompétence de nos élites en tant que groupe, donc soit on adopte votre point de vue systémique, les engrenages se mettent en marche les uns après les autres, soit on bascule dans le complotisme avec la volonté de créer le chaos.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s